À l'intérieur : grains et matières premières

Semaine 35 : 150 euros, un plancher pour le blé ?

30 Augustus 2017 -Niels van der Boom

La mise à jour du marché de la semaine 35 est accompagnée de prévisions de rendement élevé et de chiffres de stocks, ce qui signifie que le marché mondial des céréales continue de sous-performer les marchés à terme du monde entier. Et une récolte importante signifie une pression sur le marché d'exportation. Quel effet cela a-t-il sur les cotations ?

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le marché mondial des céréales est également sous pression au cours de la semaine 35. A Paris, le contrat de septembre pour la mouture du blé est tombé à 152 € la tonne mardi 29 août. Les rapports sur les attentes en matière de rendement dans les différents pays producteurs de céréales ne permettent pas aux stocks de trouver facilement un terrain solide sous leurs pieds.

La Russie, premier exportateur
Les attentes concernant la récolte en Russie et en Inde font état de volumes nettement supérieurs à la moyenne. Le monde se dirige donc vers une récolte de blé record. La Russie pourrait devenir le plus grand exportateur de blé au monde, avec un volume de ventes de 31,5 millions de tonnes. Des opportunités peuvent en partie être trouvées en Chine. Ce pays protège cependant son propre marché avec des droits d’importation élevés. Cela représente 180 %, mais pour les pays amis « seulement » 65 %.

L'Europe a également besoin de bonnes exportations, compte tenu des rendements attendus dans l'Union européenne. Toutefois, jusqu’à présent, le niveau des exportations a été décevant. Un euro fort par rapport au dollar et l'ajustement à la hausse des estimations de récolte garantissent des ventes modérées. Les pays de la région de la mer Noire font obstacle à l'UE en matière d'exportations de blé.

Le texte continue sous le graphique.

Le taux de change est d'une grande importance pour les exportations de céréales en Europe.

Bonne récolte UE
Dans les dernières prévisions de récolte, la Commission européenne a ajusté le volume de céréales à la hausse, à 298 millions de tonnes nettes. Une augmentation de 2,5 millions de tonnes par rapport aux prévisions précédentes. La récolte de céréales a été augmentée de 800.000 1 tonnes. Celui du maïs grain avec 30 million de tonnes. Cela signifie que le stock théorique de céréales dans l'UE atteindra un niveau de 2018 millions de tonnes au 38,1 juin XNUMX.

De bonnes exportations sont nécessaires pour réduire ce chiffre. La France, en particulier, connaît des rendements nettement plus élevés. Ce pays représente à lui seul 8 millions de tonnes supplémentaires dans le bilan céréalier européen.

Les stocks de blé en hausse
Le Conseil international des céréales (CIG) a également revu à la hausse ses prévisions pour le blé. D'autant plus qu'un rendement élevé est attendu de la région de la mer Noire. Après la saison dernière, les stocks de clôture étaient déjà relativement élevés. Ce niveau augmentera encore au cours de la saison 2017-2018. La CIG estime que cela augmentera de 7 millions de tonnes de blé, pour atteindre 248 millions de tonnes au total. Une augmentation de 4 millions de tonnes par rapport au stock de clôture de la saison dernière.

Le texte continue sous le graphique.La CIG ajuste à la hausse ses attentes concernant le stock final de céréales.

Où est le fond ?
La question actuelle est de savoir si un prix de 150 euros pour le blé meunier sur le marché à terme pourrait constituer un plancher pour le contrat. Ces dernières années ont montré que ce niveau assure toujours la stabilisation des prix. De nouveaux marchés de vente apparaissent alors, soit parce que le blé est utilisé pour des formes de vente alternatives. Par exemple, le marché du blé fourrager.

Cependant, l'UE manque cette année de blé fourrager, ce qui signifie que ce marché connaîtra des perturbations supplémentaires dues à l'approvisionnement en blé de meunerie, si la situation devait se révéler telle. Au CBoT de Chicago, la limite de 400 cents de dollars le boisseau est une limite importante. Ceci est également actuellement en cours de test.
Le contrat blé meunier de septembre sur le Matif teste actuellement le plancher de 150 €. Plus de graphiques ? Visiter le Base de données.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login