intérieur Grains et matières premières

Semaine 21 : les prix des céréales en forte hausse

24 mai 2018 -Anne Jan Doorn

Les prix des céréales affichent à nouveau une hausse significative. Le maïs présente la plus grande valeur aberrante, mais les cotations du blé et du soja sont également à un niveau élevé. Cela est principalement dû aux rapports faisant état d'attentes de récolte décevantes.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Sur le CBoT à Chicago, le liste de blé vers 200 dollars la tonne. Le prix est également en hausse au Matif à Paris et est d'environ €180 coté par tonne. Les inquiétudes concernant le temps sec dans les plaines américaines, au Canada, dans l'est de l'Australie et en Russie jouent un rôle majeur à cet égard. Par exemple, il fera assez chaud dans le sud des plaines américaines au cours des 10 prochains jours (température de 40 degrés Celsius), ce qui ne fera aucun bien au blé.

Les attentes décevantes concernant la récolte céréalière russe ont également un effet de soutien sur les prix (-10 millions de tonnes à 105 millions de tonnes). Cela est dû à la sécheresse qui a sévi dans une grande partie de la Russie et aux dégâts causés par un hiver rigoureux. Les bourses régionales affichent également une hausse des prix du blé, le cours le plus élevé étant de 172 € la tonne à la Bourse. foire à Middenmeer.

(Le texte continue sous le graphique)Le cours du blé au Matif à Paris approche les 180 € la tonne.

Points forts du maïs 
Les prix du maïs ont également atteint de nouveaux sommets. Le prix le plus élevé depuis juillet dernier a été enregistré sur le Matif (168,50 € la tonne). Cela est dû en partie à la sécheresse qui sévit en Ukraine, où l'on produit beaucoup de maïs. Il existe également des inquiétudes concernant les cultures de maïs ailleurs dans le monde, par exemple dans le Midwest. 

L'Europe a faim de maïs ; même acheté en Afrique du Sud. Depuis 7 ans, peu de maïs a été exporté d’Afrique du Sud vers l’Europe. Le fait qu’une telle quantité soit importée est inhabituel compte tenu de la distance de transport. La hausse des prix est due en partie aux prix bas dans le pays (en raison de la grande récolte), mais aussi à la demande accrue de l'Union européenne (+41%).

(Le texte continue sous le graphique)Les prix du maïs affichent depuis longtemps une forte tendance à la hausse.

Diminution des tensions
Les prix du soja sur la CBoT ont terminé en hausse ; ceci sous l'influence du diminution des tensions entre les États-Unis et la Chine, suscitant l’espoir d’une demande accrue d’exportations. Toutefois, l'augmentation est restée limitée, en partie à cause d'une importante récolte de soja au Brésil et d'un taux d'ensemencement plus élevé aux États-Unis.

En Russie, le soja retient de plus en plus l'attention ; C'est ainsi qu'hier, à Moscou, a débuté la cotation du soja en bourse.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login