Agriphoto

intérieur Granen

L'UE s'attend à ce que les exportations de blé soient les plus importantes sur le marché de la demande

21 Juin 2021 -Niels van der Boom

La combinaison d'une superficie accrue, de conditions de croissance favorables et d'une forte demande sur le marché mondial garantit de bonnes perspectives d'exportation de blé. Surtout dans la première moitié de la nouvelle campagne, les exportateurs européens comptent sur la taxe variable à l'exportation russe pour mettre des bâtons dans les roues. En conséquence, les échanges commerciaux se déplacent davantage vers l’Europe.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le cabinet français de conseil en marchés Stratégie Grains s'attend à une exportation de 28,6 millions de tonnes de blé tendre en provenance de l'UE. Un mois plus tôt, cela représentait encore 27 millions de tonnes. La production de blé s'élève à 131,1 millions de tonnes. L'année dernière, le volume total de récolte était de 119,4 millions de tonnes, soit 10 % de moins. Le niveau des exportations pour la saison en cours est de 26,9 millions de tonnes. Pour 2021/22, on suppose donc une augmentation de 6,3 % des exportations.

Les vendanges européennes démarreront plus tard que d’habitude cette année. Malgré une période chaude, le temps frais et pluvieux assure cela. En raison de la chaleur, le retard a été en partie réduit à 7 à 10 jours. Au cours des trois dernières années, le battage a eu lieu extrêmement tôt. Les premiers sont arrivés en 3 moissonneuses-batteuses déjà sur le terrain le 19 juin.

Stratégie Grains a également augmenté la production d'orge et de maïs dans l'UE. Celles-ci s'élèvent à 53,9 millions de tonnes et 65,3 millions de tonnes. Malgré le temps froid du mois de mai, la plupart des grains de maïs en Europe sont désormais en bon état grâce à la combinaison de l'humidité et des températures plus élevées. Seule la Roumanie suscite des craintes quant à la qualité en raison de précipitations excessives. Cependant, en raison de la forte demande du marché, les commerçants sont convaincus qu’il existe également un marché pour le blé de moindre qualité.

Position Russie
L'agence est très positive quant aux opportunités d'exportation pour l'UE, a déclaré à Reuters l'analyste Laurent Crastre. Des pays comme la France, l’Allemagne, la Roumanie, la Pologne et la Bulgarie peuvent bénéficier d’une demande saine sur le marché mondial. C'est notamment dans la première phase de la saison d'exportation 21/22 que l'on tient compte de la position de puissance réduite de la Russie. Après tout, les exportateurs de ce pays doivent composer avec une taxe à l’exportation variable sur chaque tonne de blé, d’orge et de maïs. Néanmoins, la Russie espère pouvoir exporter beaucoup de céréales.

Ce qui aide le blé de l'UE, c'est un niveau de prix relativement favorable. Surtout si l’on tient compte de la taxe russe en plus de leur blé. Cette comparaison n’est pas tout à fait juste, car le blé de la région de la mer Noire est du blé de boulangerie. Ceux en provenance de l’UE sont plus souvent du blé fourrager. Cela ne diminue en rien les attentes, car la demande de céréales fourragères est forte dans le monde entier. La France espère devenir un fournisseur majeur de blé de la Chine pour la troisième campagne consécutive. Ce printemps, les Chinois ont déjà acheté un million de tonnes de nouvelle récolte française. Le mois dernier, 300.000 XNUMX tonnes supplémentaires ont été ajoutées.

Prenez un morceau de gâteau
La soif de matières premières de la Chine est si grande qu'il est à craindre que toutes les autres destinations d'exportation ne puissent pas être approvisionnées. D’autres pays européens pourraient en bénéficier. Par exemple, l’Allemagne et la Pologne peuvent exporter davantage vers l’Algérie – une destination typique des exportations françaises – mais l’Iran, la Turquie et le Pakistan sont également considérés comme des pays d’exportation.

Les négociants en céréales allemands sont donc très optimistes quant à la campagne à venir. Parallèlement, la Russie fournit également du blé à l'Algérie. C'est la première fois depuis 4 ans. Faute de blé disponible, la France n’a pas toujours été en mesure d’approvisionner suffisamment ces destinations.

Source : ING.

Les attentes semblent bonnes, mais il y a des défis. Les fluctuations du taux de change euro-dollar inquiètent l'UE. De plus, les coûts de transport ont considérablement augmenté. Non seulement pour les conteneurs, mais aussi pour le transport en vrac. Les prix ont triplé par rapport à l'année dernière. Selon les analystes de la banque ING, il faudra au moins deux ans avant que la capacité de transport soit suffisamment augmentée pour faire face à la demande croissante.

Prix ​​en baisse
Une bonne récolte céréalière est également attendue cette saison dans la région de la mer Noire. En Russie, en Ukraine et au Kazakhstan, 5 % de blé en plus sont attendus pour la campagne 21/22, qui débutera dans les 2 prochaines semaines. Les prix continuent de baisser en raison de ces chiffres. La semaine dernière, il s'élevait à 248 dollars la tonne (FOB). En baisse de 7 $ par rapport à la semaine précédente. Néanmoins, la taxe variable à l'exportation a augmenté depuis début juin. Une tonne de blé est désormais taxée à 38 dollars la tonne. Ce niveau est inférieur à celui de mai.

En Europe, les prix de la nouvelle récolte sont également sous pression. Vendredi 18 juin, le Matif s'est considérablement redressé à 208,25 € après un plus bas à 204,50 € la tonne. Le prix le plus bas pour le contrat de septembre cette saison. Pourtant, lundi 21 juin, la Bourse de Paris a de nouveau ouvert en baisse, à 206,50 euros.

Entre-temps, les derniers restes de l'ancienne récolte sont commercialisés. Au cours de la semaine 23, le cours de Rotterdam pour le blé fourrager a atteint son plus haut niveau cette saison à 261 € la tonne. Cependant, la semaine dernière, le prix a baissé de 8 €. La cotation du nord des Pays-Bas affichait à nouveau des prix inférieurs à 250 €.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login