Agriphoto

intérieur Granen

Perturbations de récolte et problèmes de qualité

9 Augustus 2021 -Niels van der Boom

La récolte des céréales progresse lentement, notamment en Europe du Nord et en Europe centrale, en raison des conditions météorologiques changeantes. Les agriculteurs tentent de récolter le blé dès que le temps le permet. Plus au sud, un temps chaud et plus sec permet aux vendanges de progresser rapidement. Bien que le marché à terme se négocie à la hausse, cela ne se remarque pas lors de la livraison du put.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

« Nous sommes devenus gâtés », est un commentaire fréquemment entendu cet été par les agriculteurs et les entrepreneurs. Au cours des trois dernières années, la récolte des céréales était généralement déjà bien avancée début août et la planification pouvait être effectuée facilement. Pas cette année. C'est du vol entre les averses, où il est frappant de constater que les différences régionales sont énormes.

Récolte hollandaise
La semaine dernière, les agriculteurs ont été occupés à se regrouper dans de nombreux endroits. Dans le sud-ouest principalement mardi et principalement mercredi. Puis la pluie a de nouveau mis des bâtons dans les roues. Dans le centre des Pays-Bas (Flevoland), les conditions étaient très variables et la récolte a été possible localement. Le blé a également été récolté dans le nord du pays. Ici aussi les averses sont tombées très localement. La semaine précédente, la circulation était encore possible dans le sud, mais la semaine dernière, le temps y est resté humide.

CZAV a reçu moins de 20 % de son volume total de blé. Une image très différente de celle des années précédentes. Le blé a été récolté notamment dans la Flandre zélandaise et dans le Nord-Beveland. Des travaux ont également été réalisés sur les îles de Hollande méridionale, notamment les mardi 3 et mercredi 4. Août, jusqu'à ce qu'il commence à pleuvoir. Ce qui joue un rôle, c'est que les agriculteurs de Zélande et du Brabant devaient souvent récolter des graines de graminées avant de pouvoir commencer à cultiver du blé.

Rendements variables
Les rendements du blé déclarés sont également variables. Dans le sud et le centre, les premiers rapports sont plus positifs que dans le nord des Pays-Bas. Peut-être que le moment ultérieur de la floraison a coïncidé avec une période sombre et humide, alors que cela se produisait plus au sud, lorsque le temps était meilleur. Alors que 10 tonnes sont normalement considérées comme la norme pour les agriculteurs travaillant sur de l'argile, cette année, elles atteignent réellement 9 tonnes. Dans de nombreux endroits de Groningue, les agriculteurs parlent de 7 à 8 tonnes. On rapporte qu'il y a beaucoup de paille dessus.

La qualité est en partie responsable de la baisse des rendements. CZAV rapporte des poids en hectolitres compris entre 73 et 78 kg/hl. Plus on s’éloigne vers le nord du pays, plus ces chiffres semblent faibles. Cela s'applique également à l'orge. Agrifirm appelle la qualité de l'orge de brasserie moyenne. Les agriculteurs de grandes cultures préfèrent parfois battre le grain avec un pourcentage d'humidité supplémentaire plutôt que de risquer une diminution du poids en hectolitre. Cependant, les jours de beau temps, il y a aussi beaucoup d'humidité apportée avec des teneurs en humidité comprises entre 15 et 16 %, voire parfois même moins.

Les Français occupés avec le dernier trimestre
En France, on estime qu'environ les trois quarts de tout le blé ont désormais été récoltés. Les agriculteurs de grandes cultures ont connu une bonne semaine. La semaine dernière, 34 % restaient encore à récolter. Un an plus tôt, la récolte de blé était déjà complètement terminée. Dans le nord et l'ouest, la récolte est en retard et le temps est très humide. Avec une vague de chaleur qui s'annonce - notamment dans le centre et le sud de la France - le reste pourra probablement être récupéré rapidement cette semaine. Nous le constatons également dans notre pays. Il fera 27 à 28 degrés dans de nombreux endroits jeudi. La volatilité revient après le week-end.

En Allemagne, la situation est très variable. Alors que les agriculteurs de Saxe-Anhalt ont presque terminé la récolte du blé, il reste encore beaucoup à récolter dans le Schleswig-Holstein. Les agriculteurs signalent des rendements de blé inférieurs de 15 % aux estimations de juin. Cela porte la récolte totale de blé allemande à plus de 21 millions de tonnes. En juin, on parlait encore de 23 millions de tonnes. Ce volume est inférieur à la moyenne quinquennale de 5 millions de tonnes et est approximativement égal à celui de 22,3.

Les producteurs du Nord-Est sont optimistes quant au rendement du colza. 40 % du blé y est désormais récolté, avec une qualité et un rendement inférieurs à ce que l'on pensait auparavant. Le rendement moyen est de 7,3 tonnes par hectare. Dans le sud du Bade-Wurtemberg, cela représente 7,3 tonnes/ha.

Récolte polonaise pluvieuse
Plus à l'est, le temps devient de plus en plus humide. Par exemple, le sud-ouest de la Pologne connaît un été très humide. Plus de 100 millimètres sont tombés ces dernières semaines. Il fait beaucoup plus sec au nord. La récolte du colza n'est pas encore terminée et la majeure partie du blé doit encore être battue. Les problèmes de qualité se multiplient, notamment dans le sud humide. Le blé y germe déjà dans l'épi. Le problème est également observé avec le colza. La récolte de céréales polonaise est estimée être inférieure de 4 % à celle de l'année dernière. En partie à cause des pertes de récolte dues au temps pluvieux.

Même si le marché à terme du blé Matif a terminé en force la semaine dernière à 229,50 € la tonne pour le contrat de septembre, cela ne se remarque pas immédiatement lors de la livraison « au puits ». Un appel aux bénéficiaires de céréales de Boerenbusiness apprend que des montants de 200 € par tonne ou légèrement plus sont toujours payés. Le marché international des céréales est principalement en vogue en raison des récoltes de blé décevantes en Russie et en Amérique du Nord. Cela alimente également le marché européen, qui est aux prises avec des perturbations des récoltes et des problèmes de qualité.

La paille remonte légèrement
Le prix de la paille de terre à la foire d'Emmeloord a baissé la semaine dernière de 5,00 € la tonne pour atteindre 50 à 80 € la tonne. Le prix des grosses balles a en effet augmenté de 7,50 € – à 85-95 € – et celui des petites balles de 5,00 €. À Middenmeer, le prix a augmenté de 2,50 € avec une fourchette de 70 à 75 € pour les grosses balles. La bourse de Goes cotait entre 85 et 95 € pour la paille en grosses bottes. On s'attend à ce que les agriculteurs mettent en marche le broyeur plus tôt en raison des conditions météorologiques changeantes, mais cela n'exerce pas encore de pression sur le marché de la paille. Cependant, il est actuellement très difficile de presser et de charger dans de bonnes conditions.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login