Shutterstock

Actualités Grains et matières premières

Les tensions politiques font à nouveau monter les prix du blé

14 février 2022 -Niels van der Boom

Si l’on en croit les informations, une invasion russe de l’Ukraine est imminente. Quoi qu’il en soit, la tension politique refait surface. Cela se ressent également sur le marché des céréales. Surtout après que l’Égypte ait décidé de jeter de l’huile sur le feu du marché.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Les grands médias sont divisés sur la situation politique entre l’Ukraine et la Russie. Alors que certains affirment qu'un raid pourrait avoir lieu cette semaine, d'autres estiment que cela n'arrivera pas si rapidement. Cette croyance s’était également infiltrée sur le marché des céréales. Pourtant, le feu brûle à nouveau, malgré la politique menée à un niveau élevé par les États-Unis et divers pays européens, ainsi que par la Russie. Dans le même temps, les États-Unis affirment qu’une invasion pourrait avoir lieu à tout moment.

Beaucoup à perdre
Un reportage de l'agence de presse officielle égyptienne MENA ajoute de l'huile sur le feu du blé. Lors d'un entretien avec le ministre des matières premières, il a annoncé que le pays réviserait radicalement sa politique d'achat de blé. L'Égypte est le plus grand importateur net de blé au monde. Sur ce total, 50 % proviennent de Russie et 30 % d’Ukraine. Le pays a donc beaucoup à perdre si une invasion devient une réalité.

La politique d'achat est déjà mise à rude épreuve en raison des prix élevés du blé cette saison. Les deux tiers de la population bénéficient de la subvention égyptienne pour le pain. Cela coûte au gouvernement 5,5 milliards de dollars par an. La hausse des prix du blé a augmenté le budget de cette campagne de 763 millions de dollars. Le pays tente de cultiver lui-même davantage de blé (ce qui pourrait réduire ses importations à 5,3 millions de tonnes), mais cela est loin d’être suffisant. De plus, la sécheresse joue un rôle de plus en plus important cette saison.

Assez de fournitures
Selon le ministre Ali Moselhy, le pays dispose de suffisamment de blé en stock pour nourrir la population pendant plus de cinq mois. Il tient compte du fait qu'en cas d'invasion, les exportations de blé de la région de la mer Noire seront entravées. Entre-temps, il a informé l'agence de presse que le ministère des Finances étudiait les possibilités de mieux couvrir les risques (de prix).

Une autre forme de gestion des risques déjà appliquée consiste à faire des affaires avec davantage de pays. Par exemple, la Lettonie a récemment été accréditée comme fournisseur de blé. L'Egypte a toujours été un acheteur majeur de blé français, mais la Russie a largement conquis le marché en ajustant les exigences de qualité.

Règlement financier
L’aspect financier des importations de blé est également remanié. Par exemple, la Banque centrale d'Égypte a annoncé aujourd'hui (14 février) que les importateurs seront tenus d'obtenir une « lettre de crédit » (déclaration de solvabilité émise par une banque) à partir du 1er mars. L'importateur doit avoir accès à 110 % de la valeur en espèces. Cela remplacera la méthode CAD actuelle (Cash against Documents). La banque fonctionne comme un intermédiaire indépendant, évalue le contrat d'achat et gère l'argent de l'acheteur au vendeur.

Qu’est-ce que tout cela signifie pour le marché du blé ? Le prix du blé sur le Matif a déjà fortement augmenté vendredi, après un repli jeudi. Un supplément de 7,25 € par tonne a été ajouté. Cela clôture le contrat de mars à 268,75 €. Le CBoT a également terminé en hausse à 291,31 $ la tonne.

Semaine volatile
Cette hausse s'est poursuivie lundi à Paris et à Chicago. Sur le Matif, le contrat de mars se négocie à 272 €. Un plus de 3,25 €. Le contrat de septembre s'élève à 258 € lundi après-midi. La CBoT a également ouvert à la hausse avant de plonger fortement à la baisse. Lundi après-midi, le contrat de mars est en baisse de 8 dollars. Les négociants et analystes anticipent une semaine volatile sur le marché du blé en raison de la montée des tensions politiques.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login