Shutterstock

Actualités Céréales du jour à thème

"Les agriculteurs ne doivent pas encaisser tous les coups dans la chaîne céréalière"

24 mars 2022 - Eric de Muguet - Commentaires 4

Dans la chaîne alimentaire néerlandaise, qui grince et grince en raison de l'augmentation des prix des produits transformés, l'agriculteur, en tant que producteur de la matière première, ne devrait pas être le seul à encaisser les coups. La répercussion des coûts plus élevés sur le consommateur est une responsabilité conjointe de l'ensemble de la chaîne. C'est ce qu'a déclaré aujourd'hui (jeudi 24 mars) Henk Staghouwer, ministre de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire (LNV), lors de la journée thématique sur les céréales à Nijkerk. Cela montre que répercuter « équitablement » les coûts n’est pas si simple.

Staghouwer, originaire du monde de la boulangerie, s'est entretenu avec une sélection de tous les acteurs de la chaîne céréalière néerlandaise. La réunion avait pour objectif de rendre la chaîne céréalière plus autosuffisante, ou – comme on l'a dit – « notre propre grain pour notre propre pain ». À cette fin, une intention symbolique a également été exprimée pour que la chaîne céréalière travaille ensemble pour accroître l'autosuffisance avec du blé de boulangerie néerlandais dans la chaîne.

Le thème est plus que jamais d'actualité en cette période de guerre en Ukraine, a déclaré M. Staghouwer à son auditoire. "La paix, la sécurité et une abondance de nourriture à un prix abordable. Nous y accordons plus que jamais de l'importance ces jours-ci. Et vous, en tant que chaîne, êtes la base de notre pain quotidien." Le ministre s'est dit préoccupé par le fait qu'il reste à voir si les champs de céréales en Ukraine pourront à nouveau « jaunir » cet été. Staghouwer a indiqué qu'il avait proposé au ministre ukrainien de l'Agriculture des connaissances et des compétences agricoles néerlandaises lorsque cela était possible. "C'est l'engagement que nous pouvons montrer et que vous, en tant que chaîne, pouvez également, nous l'espérons, montrer, si cela vous est demandé."

Plus de protéines de notre propre pays
La dépendance à l'égard de pays tiers pour l'approvisionnement en blé de boulangerie peut être réduite si l'initiative est prise. Staghouwer y fait notamment référence à l'initiative Nederwheat, créée pour le fabricant de farine Royal Koopmans. Cela s’inscrit également bien dans la Transition Nationale des Protéines, a indiqué le ministre. "Davantage de protéines provenant de notre propre terre sont bonnes pour les Pays-Bas. La viande et les produits laitiers sont les plus grandes sources de protéines, suivis par les céréales en troisième position. C'est pourquoi il est dommage de cultiver uniquement des céréales aux Pays-Bas pour l'alimentation animale. Les Pays-Bas est un véritable pays du pain", déclare Staghouder, ce qui sous-entend que la fierté de cette culture devrait s'exprimer beaucoup plus. "Célébrons notre culture céréalière."

L’ambition d’introduire davantage de blé néerlandais comme matière première dans la fabrication du pain n’est pas nouvelle. Staghouwer lui-même a évoqué la période d'il y a plus de vingt ans, où les prix des céréales étaient très bas. Déjà à cette époque, il existait des initiatives locales pour fabriquer du pain à partir de blé néerlandais, comme le Groninger Landbrood ou le Zeeland Vlegel. Ces projets offraient également aux producteurs la possibilité de rentabiliser leur culture, car un prix plus élevé pouvait être facturé pour ces produits. "Jusqu'à 2,45 florins par pain, un montant élevé pour l'époque. Mais ça a marché."

Payer littéralement le prix du blé à cuire
Pour une chaîne de boulangerie, passer réellement à la boulangerie ou à la mouture du blé hollandais est un véritable défi, comme l'a clairement montré la discussion de ce jour. Il y a littéralement un prix à payer pour un blé de boulangerie hollandais de bonne qualité. "Le problème est qu'il faut convaincre les agriculteurs de cultiver du blé panifiable. Le blé fourrager produit plus de tonnes que le blé panifiable, donc le rendement est au moins aussi élevé, tandis que les risques sont moindres. Cette différence doit être comblée", a déclaré un meunier. Cela a été confirmé par un céréalier. "Si le secteur alimentaire veut davantage de blé panifiable de qualité, il devra en fin de compte payer pour cela." Bauke Wierda, responsable de l'approvisionnement chez Koopmans, a également indiqué que les agriculteurs doivent être intrinsèquement motivés pour cultiver du blé de boulangerie hollandais de haute qualité destiné à la consommation humaine.

La question de savoir qui devrait en fin de compte prendre les devants pour accélérer le processus a donné lieu à une discussion animée entre les différentes sections de la chaîne. Jan Willem Baas, président de la Commission des négociants en céréales, l'a résumé très tôt : « La seule incitation qui fonctionne vraiment est l'incitation par le prix. Si le consommateur veut payer plus pour le produit final, cela affectera la chaîne. Et ce prix doit être réparti équitablement dans la chaîne. Le gouvernement ne soutiendra pas explicitement l'augmentation financière de la part néerlandaise dans la chaîne du pain, a indiqué le ministre Staghouwer. "Le gouvernement ne va pas accorder de subvention, ce n'est vraiment pas nécessaire. Nous sommes toujours prêts à penser à l'innovation et aux nouveautés, mais la chaîne doit faire son propre travail. Continuez à avoir une bonne discussion entre vous, puis nous aurons un avenir doré. »

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Eric la grive

Eric est membre de la rédaction de Boerenbusiness† En tant que descendant d'une famille d'agriculteurs, le sang d'agriculteur coule dans les veines d'Eric. Il se considère comme un généraliste, mais avec une préférence pour l'économie, les tendances, les marchés et le marketing.
Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 4
Abonné
grenouille 24 mars 2022
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/granen-grondstof/artikelen/10897449/lsquo-boer-moet-niet-alle-kklapen-in-graanketen-rsquo]'L'agriculteur ne devrait pas absorber tous les coups dans la chaîne céréalière'[/url]
Connaissances et compétences en néerlandais ? Il veut dire tout ce que, selon les politiciens et les groupes environnementaux, nous avons mal fait ces dernières années ?
Abonné
fermier du camp 25 mars 2022
Il y a encore tellement d’abus dans les augmentations de prix. un bol de frites qui contient 20 centimes de pommes de terre se voit simplement facturer 25 centimes supplémentaires par endroits, sous couvert de pénurie.
Abonné
assez grossier 25 mars 2022
kempenboer a écrit :
Il y a encore tellement d’abus dans les augmentations de prix. un bol de frites qui contient 20 centimes de pommes de terre se voit simplement facturer 25 centimes supplémentaires par endroits, sous couvert de pénurie.
Contient également de l'énergie, des emballages et un peu de gras.
L’huile de friture est également devenue très chère.
De nombreux snack-bars traversent une période financière très difficile.
D'abord le corona et maintenant ce temps. Le tampon est épuisé depuis longtemps.
Il peut geler ou dégeler 26 mars 2022
assez grossier a écrit :
kempenboer a écrit :
Il y a encore tellement d’abus dans les augmentations de prix. un bol de frites qui contient 20 centimes de pommes de terre se voit simplement facturer 25 centimes supplémentaires par endroits, sous couvert de pénurie.
Contient également de l'énergie, des emballages et un peu de gras.
L’huile de friture est également devenue très chère.
De nombreux snack-bars traversent une période financière très difficile.
D'abord le corona et maintenant ce temps. Le tampon est épuisé depuis longtemps.
Vous savez maintenant que les snacks, entre autres, vont adapter leurs horaires d'ouverture et n'ouvriront qu'aux heures de pointe pour économiser des coûts.

Je suis donc surprise que les ventes de frites se portent toujours aussi bien !!!
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Analyse Granen

Le marché du blé a atteint son point le plus bas alors que les clients achètent

Analyse Grains et matières premières

L’air au-dessus du marché aux céréales ne s’éclaircit pas encore

Analyse Grains et matières premières

Navire avec du grain « pillé » enchaîné

Analyse Grains et matières premières

La pluie continue de causer des problèmes sur le blé européen

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login