Shutterstock

Analyse Grains et matières premières

Céréales sur le gril en Europe et aux États-Unis

13 Juin 2022 -Niels van der Boom - Commentaires 2

La chaleur en Europe et aux Etats-Unis fait grimper les prix, entre autres, ce lundi 13 juin. On parle aussi de températures extrêmement élevées en Inde. Tout cela garantit que les récoltes de céréales peuvent s'avérer plus faibles dans les mois à venir.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Vendredi 10 juin, le contrat de septembre sur le Matif a déjà clôturé en hausse de 5,50 € la tonne, à 391,75 €, après l'annonce du Était lerapport du mois de juin. Le contrat sera également de nouveau en territoire positif lundi 13 juin. L'après-midi, le prix évolue autour de 395 € la tonne, avec un pic à 399,50 €. Le CME de Chicago est également dans le vert.

La chaleur en Europe, aux États-Unis et en Inde a un impact sur les prix du blé. Des températures élevées sont attendues cette semaine, notamment en Espagne et en France, grâce à l'air chaud venu d'Afrique du Nord. Cela signifie que des valeurs comprises entre 40 et 45 degrés sont possibles sur le continent européen. C'est particulièrement le cas dans le sud de la France, dont certains se déplacent également plus au nord. En fin de semaine, le thermomètre pourrait également atteindre 30 degrés aux Pays-Bas.

Jamais auparavant une canicule n’avait été aussi précoce
Les températures sont exceptionnellement élevées, surtout à cette période de l'année. Des records pourraient être battus dans les deux pays. Les prévisions météorologiques actuelles indiquent que la chaleur pourrait durer environ cinq à sept jours. Si cela devient réalité, ce sera la première vague de chaleur jamais connue en France, atteignant probablement 40 degrés. En fin de semaine, la chaleur pourrait s'étendre davantage à l'Europe centrale, touchant entre autres l'Allemagne et la Pologne. Mais il s’agit en grande partie d’examiner des choses comme le marc de café. Les modèles météorologiques ne s’attendent pas actuellement à des conditions météorologiques extrêmes après la chaleur.

En France, l'orge d'hiver est récoltée dans le sud du pays depuis le 1er juin. Les rendements sont inférieurs à la moyenne en raison de la sécheresse cette saison. Le ministère de l'Agriculture les estime à 6,5 tonnes par hectare, contre 6,85 tonnes l'an dernier. La superficie consacrée à l'orge d'hiver a augmenté cette année de 5,7% dans le pays pour atteindre 1,27 million d'hectares. Cela compense le rendement inférieur. La majeure partie de l'orge est cultivée dans le centre de la France. Il y a bien eu de la pluie début juin, mais dans de nombreux cas, pas assez. Il reste à voir comment les rendements évolueront là-bas.

Chaleur dans les zones arables aux États-Unis
Le centre et l’est des États-Unis connaîtront également cette semaine une vague de chaleur, centrée sur les régions agricoles les plus importantes. Il y a également un avertissement de tornades locales, de tempêtes de grêle et de fortes précipitations. Dans l'extrême nord également, où le printemps a été très humide, la chaleur frappe désormais, ce qui n'est pas positif pour le développement des cultures, déjà loin d'être idéal.

Lorsqu'il est devenu évident, à la mi-mai, que l'Inde pourrait exporter beaucoup moins de blé en raison d'une saison de croissance sèche, le pays a réagi. prix du blé tout de suite. En Europe, les prix ont grimpé de près de 6 %. Le pays est à nouveau au centre de l'actualité aujourd'hui. Dans le rapport Wasde, l'USDA estime le potentiel d'exportation de l'Inde à 6,5 millions de tonnes. C’est 2 millions de tonnes de moins qu’on ne le pensait auparavant.

La Russie s'attend à une grosse récolte
L'USDA reste optimiste quant aux possibilités d'exportation de la Russie, où les signaux d'une importante récolte de céréales sont encore au vert. Le chiffre actuel est de 40 millions de tonnes de blé pour la campagne 2022/2023, soit 7 millions de tonnes de plus que la saison dernière. Le deuxième volume le plus élevé jamais enregistré. Dans le même temps, les volumes de blé ukrainiens ont diminué d'un tiers, rapportent les Américains. Le principal goulot d’étranglement réside dans l’exportation de ces céréales, pour lesquelles il n’existe toujours pas de solution. Il n’existe pas de réponse simple à cette question problématique, malgré les rapports antérieurs selon lesquels la Russie serait disposée à rouvrir les routes d’exportation. Les acteurs du marché céréalier ne s’attendent pas à une solution à court terme. Le prix a même augmenté la semaine dernière après une attaque à la roquette contre un terminal céréalier. Le blé, le maïs et les graines de tournesol sont exportés via des routes alternatives à travers la Roumanie, la Pologne et l'Espagne.

20% non semés en Ukraine
La première orge d’hiver est actuellement récoltée autour de la ville portuaire d’Odessa, alors que les silos à céréales sont loin d’être vides. Le maïs en particulier est encore stocké. Le semis de printemps s'est achevé début juin. Les chiffres du gouvernement régional montrent qu'un cinquième de moins a été semé qu'en 2021. Au total, cela concerne 2,75 millions d'hectares de cultures de printemps en moins. La superficie consacrée aux céréales d'hiver est inférieure de 300.000 XNUMX hectares à celle de l'année dernière. Cependant, beaucoup plus de colza a été semé.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login