Shutterstock

Analyse Céréales et matières premières

La météo nuit également aux récoltes en Ukraine

15 Juin 2022 -Jesse Torringa

Non seulement la situation de guerre, mais aussi les conditions météorologiques défavorables ont entraîné une baisse des rendements agricoles en Ukraine. En combinaison avec la diminution des superficies cultivées, les prévisions de rendement au niveau national sont historiquement faibles. Les cultures telles que le maïs et le tournesol ont un classement moyen.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Cela se reflète dans une édition spéciale du bulletin du JRC Mars de la Commission européenne sur la surveillance des cultures en Ukraine. En particulier dans l’ouest et le centre de l’Ukraine, les conditions météorologiques défavorables ont entraîné une baisse des rendements des céréales d’hiver. Dans l’Est du pays, les céréales d’hiver sont légèrement supérieures à la moyenne.

Rendement bien inférieur à celui de 2021/22
Selon les prévisions de rendement, le blé d'hiver a un rendement de 4,11 tonnes par hectare au niveau national. C’est le même que la moyenne sur cinq ans, mais 9,3 % de moins que le rendement moyen de 2021/22. L'orge d'hiver est également moins appréciée avec un rendement attendu de 3,47 tonnes par hectare. Tout comme le blé d’hiver, ce rendement est égal à la moyenne quinquennale, mais inférieur de 12 % au rendement de 2021/22. En effet, les cultures ont produit des rendements supérieurs à la moyenne au cours de la dernière saison de croissance. Ce n'est pas pour rien que l'Ukraine a obtenu des rendements records pour plusieurs cultures la saison dernière.

Source : Bulletin du CCR Mars, Surveillance des cultures dans le voisinage européen de l'Ukraine.

L'automne a été de 30 à 50 % plus sec que la normale en Ukraine, le sud-ouest ayant été le plus touché par le déficit de précipitations. La température était également en moyenne inférieure de 2°C à la normale. Ce n'était pas le cas dans le nord-ouest, ce qui garantit une prévision de rendement positive. Les mois d’hiver ont de nouveau été secs, entraînant une stagnation de la croissance des cultures. La température était plus élevée que la normale pendant cette période et les dégâts dus au gel ne se sont pratiquement pas produits, selon le rapport. Ce qui frappe également dans le rapport, c'est que les hectares de céréales d'hiver sont inférieurs à ceux de la saison dernière, avec 6,5 millions d'hectares (-7,8%) pour le blé d'hiver et 0,9 million (-15%) pour l'orge d'hiver. Cela sera dû en partie à la sécheresse de l’automne. Une autre raison est la perte de parcelles de terrain dans les provinces orientales de l'Ukraine à cause du conflit.

Récoltes d’été incertaines
Planter et semer des cultures d'été a été un défi pour les agriculteurs ukrainiens en raison des pénuries qui sévissent dans le pays. La campagne de semis a donc été historiquement longue et a également été gênée par les précipitations de la fin avril. Le mois de mai a été très porteur, ce qui signifie que les cultures qui ont reçu suffisamment d'engrais et semées dans des conditions raisonnables se portent actuellement bien. Par exemple, selon le rapport, le rendement prévu pour le maïs est supérieur de 7,3 % à la moyenne quinquennale. Les tournesols et le soja ont également enregistré des hausses de 7,9% et 11%. Par rapport à la saison dernière, les récoltes sont moins cultivées et cette année, elles sont toutes négatives de plusieurs points de pourcentage.

Cependant, il n’est pas du tout certain que le déroulement de la saison de croissance se déroulera. La saison est encore précoce et très agitée dans le pays. Le développement de la culture peut encore aller dans n’importe quelle direction. Et même si les récoltes seront bientôt prêtes à être récoltées, l’agriculteur ukrainien devra encore acheminer le produit. Cela peut devenir encore plus difficile après le problème de sauvegarde récentes berichten. Les superficies consacrées aux cultures d'été sont déjà nettement inférieures selon les chiffres du ministère ukrainien de l'Agriculture. En outre, depuis début juin, une importante vague de chaleur sévit dans la majeure partie de l’Ukraine. Les cultures ont bénéficié de températures plus élevées, mais des précipitations sont certainement nécessaires dans un court laps de temps si l'on veut que le rendement ne soit pas affecté, selon le rapport.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login