Agriphoto

Analyse Grains et matières premières

La sécheresse assombrit les prévisions de rendement céréalier

29 Juillet 2022 - Jurphaas Lugtenburg

Le marché des céréales a franchi une nouvelle étape lors de la dernière séance de négociation. Les développements autour de la mer Noire continuent de jouer un rôle majeur sur le marché du blé. Pour le maïs et le soja, le commerce international est principalement axé sur la sécheresse aux États-Unis. Mais aussi en Europe, la saison de croissance est tout sauf simple

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le contrat blé septembre s'est clôturé hier à 341,25 € la tonne sur le Matif. Soit 1,25 € de plus que la veille. Sur la CBoT, le prix du blé a augmenté encore plus fortement. Là, le contrat de septembre a augmenté de 3,5% à 8,17 $ le boisseau (environ 294 € la tonne). Le maïs et le soja ont également clôturé en hausse sur la bourse américaine.

La hausse du prix du blé est en grande partie due à l'incertitude entourant l'exportation du blé ukrainien. La semaine dernière, la Russie, l'Ukraine, la Turquie et l'ONU ont signé un accord pour relancer les exportations via la mer Noire. Le haut diplomate de l'ONU, Martin Griffiths, a déclaré qu'il espérait que les premières expéditions de céréales pourraient quitter l'Ukraine vendredi. Il a ajouté qu'une route sûre autour des mines marines devait encore être développée.

Le Comité ukrainien des commerçants de céréales (UGA) a annoncé hier que l'Ukraine avait jusqu'à présent battu 11,8 millions de tonnes de céréales. 8 millions de tonnes de blé ont été récoltées, soit un rendement moyen de 3,52 tonnes par hectare. Pour l'orge, le compteur s'élève à 3,5 millions de tonnes, soit un rendement moyen de 3,26 tonnes par hectare. La récolte de colza s'élève à 1,7 millions de tonnes avec un rendement moyen de 2,52 tonnes par hectare. La récolte totale ukrainienne de céréales et d'oléagineux a été estimée par le gouvernement plus tôt cette année à 50 millions de tonnes. À titre de comparaison, l’année dernière, les agriculteurs ukrainiens ont récolté une récolte record de 86 tonnes. En raison de la guerre, les superficies cultivées ont diminué cette année de 25 % par rapport à l'année dernière. En raison de la moindre récolte, des exportations de céréales de 30 millions de tonnes sont attendues pour la saison 2022/2023.

Récolte précoce et décevante
La récolte du blé et de l'orge est terminée en Hongrie, rapporte le ministère de l'Agriculture. En raison de la sécheresse et de la chaleur, la récolte s'est achevée très tôt, selon le ministère. Le rendement du blé d'hiver est inférieur d'environ 25 % à celui de l'an dernier. Cette année, 3,9 millions de blé ont été récoltés. L'année dernière, cela représentait 5,3 millions de tonnes. En raison de la sécheresse persistante, les rendements du maïs et du tournesol sont également menacés, selon le ministère.

En France, la récolte du blé et de l'orge est presque terminée. En moyenne, selon l'agence de marché FranceAgriMer, il reste encore à récolter 5% des surfaces de blé tendre et 8% de l'orge (d'été). Le blé dur est cultivé presque entièrement en intérieur.

Dans le commerce du maïs, l'attention se porte principalement sur les conditions sèches et chaudes aux États-Unis. Mais les conditions météorologiques en Europe ne contribuent pas non plus à atteindre des rendements optimaux. L'agence de marché Stratégie Grains a abaissé ce mois-ci les prévisions de l'UE pour le maïs-grain de 66,8 millions de tonnes dans les prévisions de juin à 65,4 millions de tonnes ce mois-ci. En France, premier producteur de maïs de l'UE, les rendements devraient être inférieurs à la moyenne quinquennale de 13,2 millions de tonnes. Dans certaines régions du sud de l’Europe, les producteurs ont dû faire face à des températures extrêmement élevées au début du mois. Et la sécheresse touche également les agriculteurs européens. En France, environ 35 % des surfaces cultivées en maïs peuvent être irriguées. En raison du printemps et de l'été secs, les niveaux d'eau dans diverses régions ont baissé à tel point que l'irrigation a été interdite. Ce mois de juillet sera probablement le plus sec en France depuis 1959, selon le service météorologique Météo France.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login