Shutterstock

Analyse Grains et matières premières

La Russie et l'UE en bataille sur le marché du blé

3 Juillet 2023 - Jurphaas Lugtenburg

Il se passe beaucoup de choses sur le marché des céréales. Un rapport de zone surprenant des États-Unis, de la Russie qui cherche déjà à ne pas prolonger l'accord sur les céréales et de l'UE qui a encore le blé nécessaire à exporter. Vous pourriez mettre les contradictions au sommet.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

A l'heure où nous rédigeons cet article, le prix du blé de septembre sur le Matif est en baisse de plus de 1% à 228 € la tonne. Sur la CBoT, la cotation du blé reste assez stable. Le maïs affiche une légère reprise après la forte baisse de vendredi dernier. Le soja est en hausse et progresse de plus de 2% pour les contrats de nouvelle récolte.

Dans une certaine mesure, la Russie mène la barque sur le marché céréalier européen. L'accord actuel sur les céréales de la mer Noire doit être prolongé à la mi-juillet et la Russie a déjà laissé entendre à plusieurs reprises qu'elle ne voyait pas l'intérêt de poursuivre l'accord. Selon le Kremlin, les exportations ukrainiennes sont pour l’essentiel facilitées, tandis que la Russie elle-même n’en profite que peu ou pas du tout. L’un des problèmes est que les banques russes n’ont pas accès au système de paiement international Swift.

L’UE semble sensible à cet argument. Le Financial Times a rapporté aujourd'hui (lundi 3 juillet) que l'UE est ouverte à la proposition de connecter une filiale de la banque agricole russe Rosselkhozbank à Swift. Cela est considéré comme une ouverture au Kremlin de la part de l’UE pour encourager la Russie à accepter de prolonger l’accord céréalier après le 18 juillet. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré à l'agence de presse Reuters qu'il avait "peu d'espoir" de prolonger l'accord céréalier. Une partie de l'accord prévoyait que les engrais et les produits agricoles russes auraient un accès sans entrave au marché mondial et cette partie de l'accord n'est pas respectée, selon le porte-parole.

Clientèle
En ce qui concerne la vente de céréales, notamment de blé, la Russie et l’UE pêchent largement dans le même étang. Les attentes en matière de rendement pour l'UE sont bonnes et la totalité du blé de la campagne dernière n'a pas encore été utilisée. Et la Russie a encore une partie de sa récolte record de 2022 dans des silos, principalement en raison de l’invasion de l’Ukraine. La clientèle du commerce européen, tout comme celle de la Russie, se trouve en grande partie en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Et selon diverses sources, il y a certainement une concurrence qui s’y déroule, la Russie étant en tête en tant que combattant des prix.

Le rapport de l'USDA sur les superficies cultivées a fait beaucoup de bruit, notamment pour le maïs. Les agriculteurs ont semé bien plus que ce que l’USDA prévoyait en mars. Cela a eu un effet évident de pression sur les prix du maïs à la CBoT. La croissance de la superficie consacrée au maïs s'est faite en grande partie au détriment de la superficie consacrée au soja. L'explication ironique d'un analyste est que le prix des engrais a encore baissé depuis mars et que l'agriculteur américain a donc immédiatement échangé le soja contre sa culture préférée, à savoir le maïs.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login