Asatur Yesayants / Shutterstock.com

Analyse Grains et matières premières

Poutine engendre des dirigeants africains avec des céréales gratuites

28 Juillet 2023 - Jurphaas Lugtenburg

La Russie capte à nouveau l'actualité du marché des céréales. Poutine lance une offensive. Cette fois pas une Ukraine mais une offensive de charme avec du grain gratuit pour l'Afrique. Tous les dirigeants africains ne sont pas également disposés à l'égard de la Russie, comme on pourrait le conclure de l'intérêt suscité par le sommet Russie-Afrique de Saint-Pétersbourg. L'Ukraine est maintenant vraiment dos au mur en ce qui concerne les exportations de céréales. Sur le plan militaire, elle peut compter sur le soutien de l'ouest, mais lorsqu'il s'agit de céréales, les intérêts personnels pèsent également lourd.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le contrat de blé de septembre sur le Matif a clôturé hier en baisse de 2 € à 251,50 € la tonne. Sur le CBoT, le blé a perdu 1% à 7.13¼$ le boisseau. Le soja et le maïs reculent également avec respectivement 1,8% et 1,5%. Le maïs a clôturé à 5.32 $¾ le boisseau et le soja à 15.29 $¼ le boisseau.

Le président russe Poutine est de nouveau sur le devant de la scène. Hier, lors du sommet Russie-Afrique, il a annoncé qu'il mettrait gratuitement des céréales à la disposition de l'Afrique. Le Kremlin agit ainsi pour atténuer les conséquences de l'arrêt de l'accord sur les céréales pour les pays pauvres de ce continent. "Nous sommes prêts à fournir au Burkina Faso, au Zimbabwe, au Mali, à la Somalie, à la République centrafricaine et à l'Érythrée 25.000 50.000 à XNUMX XNUMX tonnes de céréales gratuites chacun au cours des trois à quatre prochains mois", a déclaré Poutine. Ce message a été accueilli avec applaudissements par le public présent. Rendre les céréales disponibles gratuitement est assez facile à gérer pour Poutine. En raison des sanctions occidentales, la Russie a du mal à exporter suffisamment de céréales et les récoltes de la saison dernière et de la saison en cours sont bonnes. 

Ensemble B
Le sommet en lui-même n’est pas un succès absolu pour Poutine. Les dirigeants devaient initialement se rencontrer en Éthiopie, mais comme il existe un mandat d'arrêt contre Poutine de la part de la Cour pénale internationale, voyager pour le président russe est devenu risqué et le sommet a été déplacé à Saint-Pétersbourg. Seuls dix-sept des 54 chefs de gouvernement africains se sont rendus en Russie. Et les présidents africains qui ont pris la peine de venir en Russie sont issus des rangs B et C, selon divers experts politiques. Autre détail intéressant, Eugène Prigojine, le patron du groupe Wagner, marche allègrement parmi les dirigeants africains. C'est du moins ce qui ressort clairement des photos prises lors du sommet.

Dans le domaine militaire, l’Occident soutient fermement l’Ukraine, mais dans le domaine des exportations de céréales, son soutien s’est considérablement effondré. Cinq États membres de l’Est ont imposé des restrictions à l’importation de céréales ukrainiennes. Ce paquet court jusqu'au 15 septembre, mais il est déjà prévu de le prolonger jusqu'à la fin de l'année. Et maintenant, les choses commencent aussi à gronder en Moldavie. L'association des agriculteurs de ce pays situé entre l'Ukraine et l'UE craint que ses propres membres ne soient évincés du marché d'exportation par l'abondance de céréales bon marché en provenance d'Ukraine et qui n'ont nulle part où aller. Le commissaire européen à l'Agriculture, Janusz Wojciechowski, a souligné en début de semaine qu'il était important de maintenir ouvertes des routes alternatives pour les céréales en provenance d'Ukraine et a également proposé une compensation pour couvrir les coûts de transport plus élevés pour le transport via le Danube, la mer Adriatique, les États baltes, l'Allemagne et les Pays-Bas. . Et sur ce dernier point, Reuters a rapporté hier que les coûts supplémentaires du transport à travers l'Ukraine sont estimés entre 30 et 40 dollars la tonne. En outre, l'Ukraine demande d'augmenter la capacité de ces « voies de solidarité » de 1 à 1,5 million de tonnes par mois. Cela s'ajoute à la capacité de transport via le Danube.

Vous parlez à contretemps ?
Contrairement à ce que Wojciechowski a suggéré, il n'y a aucun accord sur la compensation des coûts de transport plus élevés, selon la correspondance obtenue par Reuters. Il est difficile de répondre à la question de savoir à qui transférer cet argent. Et cela est distinct des suppléments de risque supplémentaires que les transporteurs et les assureurs imposent aux transports à destination et en provenance de l’Ukraine. Une telle intervention a naturellement aussi des conséquences difficiles à prévoir sur la concurrence sur le marché des céréales.

Malgré tous les développements géopolitiques, la récolte de blé dans l’UE se poursuit comme d’habitude. Selon ADM, les vendanges en France sont terminées à environ 80 %. L'Allemagne doit encore rattraper son retard avec environ 15 % de récolte, même si des progrès significatifs ont été réalisés dans le sud de l'Allemagne. Au Royaume-Uni, la récolte du blé n'a pas encore commencé. Tout comme aux Pays-Bas, la météo n’est pas entièrement coopérative.

La météo n'est pas non plus au beau fixe aux États-Unis. Là encore, le manque de pluie est le problème. La sécheresse dans le Midwest se propage lentement mais sûrement, selon le nouveau moniteur de sécheresse. Cependant, le marché n’y prête qu’une attention limitée. Cette semaine, il fera certainement encore très chaud localement dans cette zone, mais pour la semaine prochaine, le mercure semble baisser quelque peu et les risques de précipitations augmentent. Et cette attente exerce une certaine pression sur les prix, tout comme les chiffres des exportations américaines qui se situent dans le bas de la fourchette attendue.

Source : Moniteur américain de la sécheresse
Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login