Shutterstock

Analyse Grains et matières premières

La météo est marchande à la bourse aux céréales de Chicago

6 Septembre 2023 - Jurphaas Lugtenburg

Le marché céréalier envoie des signaux mitigés. Le fait qu'une prolongation de l'accord sur les céréales semble encore lointaine ne rend pas le marché plus nerveux. Il y eut cependant une réaction contraire en Europe et en Amérique. Dans le maïs et le soja, il est à nouveau dominant. Et cela n’est pas injustifié si l’on regarde le dernier rapport Crop Progress de l’USDA.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le contrat blé de septembre sur le Matif a clôturé hier en baisse de 2,25 € à 233,50 € la tonne. Cependant, l'essentiel des échanges porte sur le contrat de décembre, qui a cédé 0,50 € pour clôturer à 233,50 € la tonne. Sur la CBoT, le blé progresse prudemment. Le contrat de septembre a augmenté de 0,9 % à 5.72 ½ $ le boisseau et celui de décembre a augmenté de 0,6 % à 5.99 ¼ $ le boisseau. Le maïs a augmenté de 1,3 % à la bourse de Chicago pour clôturer à 4.71 $ le boisseau. Le soja a affiché une légère correction à la baisse de 0,5 % à 13.49 $ le boisseau lors de la dernière séance de bourse.

Dans le commerce du blé, la rencontre entre le président russe Poutine et le président turc Erdogan est toujours animée. La reprise de l’accord céréalier de la mer Noire n’est pas encore proche, bien que les médias turcs rapportent qu’Erdogan reviendra sur l’accord céréalier lors de la réunion de l’ONU plus tard ce mois-ci. Les nouvelles positives des consultations de Sotchi sont que l'on s'efforce de prévenir la famine. La Russie souhaite mettre à disposition, via la Turquie, 1 million de tonnes de blé aux pays qui en ont désespérément besoin, en plus du prochain accord entre le Kremlin et six pays africains qui recevront chacun 50.000 XNUMX tonnes de céréales gratuitement.

Des doutes sur la commande égyptienne de blé
Ce ne sont pas les seules nouvelles en provenance de Russie. Vendredi dernier, il a été annoncé que l'acheteur public égyptien Gasc avait acheté gratuitement 480.000 270 tonnes de blé d'origine russe auprès de commerçants privés au prix de 500.000 dollars la tonne. Cependant, cela est mis en doute dans le commerce. On soupçonne qu'il s'agit d'un accord entre les pays plutôt qu'entre des sociétés commerciales privées et que le prix par tonne est inférieur de plusieurs dizaines de dollars. Ce n’est certainement pas impensable. La Russie a eu une bonne récolte de blé et recherche des clients pour ce grain. Sovecon a augmenté ses prévisions d'exportations vers la Russie de 48,6 XNUMX tonnes, à XNUMX millions de tonnes.

Le maïs et le soja souffrent de la sécheresse
L'USDA a mis à jour le rapport sur les progrès des récoltes hier, un jour plus tard que d'habitude en raison de la fête du Travail lundi. Le maïs s'est détérioré, en partie à cause du temps chaud et sec. 53% de la superficie reçoit le statut bon ou excellent contre 56% la semaine dernière. Le soja a montré une plus grande détérioration. 53 % du territoire a reçu une note bonne ou excellente cette semaine. C'était encore 58% la semaine dernière. Selon divers experts, le temps chaud et sec de la semaine dernière serait à l'origine du recul des récoltes de maïs et de soja.

Aux États-Unis, la récolte du blé, de l'orge et de l'avoine de printemps progresse bien. L'avoine en est à 90 %, le blé à 74 % et l'orge à 80 %. Par rapport à la moyenne quinquennale, la récolte est encore légèrement en retrait, à savoir respectivement 92%, 77% et 81%.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception