Jason Vanajek / Shutterstock.com

Analyse Grains et matières premières

L’accord commercial Australie-UE frappe l’agriculture

30 Octobre 2023 - Jurphaas Lugtenburg

Les exportations de céréales de l’Ukraine continuent de susciter des inquiétudes. Les navires naviguent à nouveau sur les nouvelles routes, mais il se passe encore certaines choses en arrière-plan. Aujourd'hui, il a également été annoncé qu'un accord commercial entre l'UE et l'Australie était temporairement suspendu. Sur le marché du maïs et du soja, ce sont les prévisions météorologiques pour l'Amérique du Sud qui déterminent la direction.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le marché des céréales n'a pas encore connu de changements majeurs cette séance boursière. Le blé est en hausse de quelques dixièmes de point sur le Matif à l'heure où nous rédigeons ces lignes (avant clôture du marché) tandis que le blé est en baisse de quelques dixièmes sur la CBoT. Pour le soja, la perte s'élève à près de 0,5 %. Le maïs est quasiment égal au cours de clôture de vendredi dernier.

la corruption
L’arrêt temporaire du corridor humanitaire, comme l’Ukraine appelle sa propre alternative à l’accord céréalier de la mer Noire, continue de soulever des questions. Jeudi dernier (26 octobre), une société britannique de sécurité maritime l'a lié à une menace russe qui avait temporairement suspendu la navigation marchande. Vendredi, le vice-Premier ministre ukrainien a démenti cette histoire sur X (anciennement Twitter). Le message se résumait aux circonstances difficiles dans lesquelles l’accord a été conclu et qu’il pourrait donc y avoir un accroc. Certaines sources évoquent encore une autre raison pour la pause temporaire des exportations. Kiev aurait temporairement interrompu ses exportations en raison de problèmes fiscaux et douaniers. En bref, l'autorité centrale tente de prendre des mesures contre la corruption dans ses propres rangs et introduit de nouvelles règles et procédures concernant les certificats d'exportation, les remboursements et le paiement de la taxe sur les ventes.

L'Australie a rejeté les propositions européennes de zone de libre-échange, a annoncé aujourd'hui le gouvernement australien. La principale pierre d’achoppement est l’accès des produits agricoles à l’UE. "Nous avons constaté que l'UE ne voulait pas accorder un accès suffisant à des produits tels que la viande, les produits laitiers et le sucre", a déclaré le ministre australien de l'Agriculture, Murray Watt, à la radio ABC. Jusqu'aux élections de 2025, le gouvernement australien ne discutera plus d'une zone de libre-échange avec l'UE, a déclaré Watt à la même radio. Les négociations sur le traité sont en cours depuis 2018.

Accord stupide
Les défenseurs des agriculteurs en Australie étaient fermement opposés au « affaire ratée », vaguement traduit par « accord stupide », comme ils appelaient l'accord commercial. Les groupes d'intérêt estimaient que l'agriculture australienne s'en sortait mal par rapport aux accords commerciaux entre l'UE et la Nouvelle-Zélande, le Canada et l'Amérique du Sud, qui auraient un meilleur accès au marché européen. Les conséquences de la suppression temporaire d’une zone de libre-échange entre l’UE et l’Australie ne sont pas trop graves. Cependant, cela s’inscrit dans une tendance plus large, comme la question de longue date du traité du Mercosur avec un certain nombre de pays d’Amérique latine. Le marché intérieur de l'UE est l'un des plus grands au monde et les pays extérieurs au bloc sont impatients d'avoir accès aux consommateurs et aux entreprises européens.

Pour le maïs et le soja, les analystes s’intéressent principalement à l’évolution au Brésil et en Argentine. Au Brésil, les précipitations sont très inégalement réparties. Dans le sud, il fait beaucoup trop humide et tout est presque noyé, tandis que dans l'ouest et le centre, il y a eu jusqu'à présent trop peu de précipitations pour permettre la culture du soja. Dans les deux cas, les producteurs attendent en partie de meilleures conditions. Le soja peut être semé jusqu'à la mi-décembre sans trop de problèmes, mais un semis tardif gênera la culture ultérieure du maïs. En Argentine, la pluie apporte un certain soulagement après les années très sèches qu'ont connues les agriculteurs. Cela ne fait plus de différence pour le blé d'hiver, selon les analystes, mais le soja, notamment, peut encore en bénéficier pleinement. Il sera difficile pour les transformateurs de soja de survivre avec les stocks actuels jusqu'à la nouvelle récolte, préviennent certains analystes.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login