Shutterstock

Analyse Grains et matières premières

Le blé en difficulté à cause des attaques contre l'Ukraine

22 Novembre 2023 - Jurphaas Lugtenburg

Il y a de nouveau des troubles dans la région de la mer Noire et cela n'est pas passé inaperçu sur le marché du blé lors de la dernière séance de bourse. La disponibilité et le développement de la production de blé en Ukraine restent un casse-tête difficile dans le complexe céréalier. Une reprise rapide de l’accord sur les céréales de la mer Noire reste encore peu probable. Sur le marché du soja, les analystes des céréales font une incursion sur le marché du porc. La taille du cheptel porcin chinois pour être plus précis.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le contrat blé décembre sur le Matif a clôturé hier en hausse de 1,25 € à 225,50 € la tonne. Sur le CBoT, le blé a progressé plus fortement et a enregistré une hausse de 2,1%, atteignant 5.55 dollars le boisseau. Le maïs a à peine bougé de sa position à la bourse de Chicago, clôturant en hausse de 0,1% à 4.70 $ le boisseau. Le soja a grimpé dans toutes les directions au cours de la journée de bourse. Cela s'est finalement traduit par un plus de 0,7% qui a porté la clôture à 13.77¼$.

Les troubles dans la région de la mer Noire ont soutenu le blé lors de la dernière séance de négociation. Selon les autorités ukrainiennes, la Russie a mené une nouvelle attaque contre des installations portuaires au sud de la ville d'Odessa. Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies a mis en garde hier contre les conséquences du blocus de la mer Noire sur la production de blé ukrainienne. Il est possible que la culture du blé ne soit plus suffisante pour continuer à répondre à la demande nationale et internationale. Selon l'ONU, 31 attaques ont été recensées contre des installations de production et d'exportation de céréales depuis la mi-juillet. Parmi ces attaques, 29 ont eu lieu dans l’oblast d’Odessa, la région essentielle pour les exportations du Danube et de la mer Noire.

Selon le ministère ukrainien de l'Agriculture, un peu plus de 4 millions d'hectares de blé ont été semés cet automne. Cela représente environ 92 % de la superficie prévue. APK-Inform a augmenté ses prévisions d'exportation de blé pour la campagne en cours à 13 millions de tonnes. C'est au-dessus des prévisions d'exportation de l'USDA de 12 millions de tonnes dans l'édition de novembre du rapport Wasde.

Bataille juridique
La reprise de l’accord céréalier pourrait atténuer les problèmes d’exportation auxquels est confrontée l’Ukraine. Les chances que l’accord sur les céréales reprenne à court terme sont faibles. Des nouvelles remarquables nous parviennent de Russie. Reuters rapporte que la banque agricole russe Rosselkohzbank a intenté une action en justice contre la banque américaine JP Morgan devant le tribunal de district de Moscou. La Rosselkohzbank est la plaque tournante du règlement financier des exportations russes de céréales et d'engrais. L’exportation de ces produits n’est pas couverte par les sanctions occidentales, mais les institutions financières russes sont coupées du système de paiement international Swift en raison des sanctions. Un arrangement spécial avait été conclu entre JP Morgan et la Rosselkohzbank pour permettre la poursuite des paiements pour les céréales et les engrais. Cet accord a été dissous en août, quelques semaines seulement après l’échec de l’accord sur les céréales.

Il existe un certain nombre d'appels d'offres à l'échelle internationale. Une meunerie sud-coréenne a lancé un appel d'offres pour 51.000 100.000 tonnes de blé australien et la Tunisie a lancé un appel d'offres pour 50.000 60.000 tonnes de blé meunier qui se termine aujourd'hui. La Jordanie a engagé 273,50 XNUMX à XNUMX XNUMX tonnes de blé à XNUMX $ C&F (réalisé).

Élevage Chine
Le marché du soja observe avec méfiance l’évolution du cheptel porcin chinois. Selon le ministère chinois de l'Agriculture, il y avait 42,1 millions de truies dans le pays fin octobre. Un mois plus tôt, il y en avait 42,4 millions, mais la Chine considère toujours que le nombre actuel de truies est trop important. Comme le nombre de truies est en baisse depuis dix mois, les analystes s'attendent à ce que le gouvernement chinois prenne de nouvelles mesures pour réduire le cheptel de truies. Les prix des porcs à l'engrais sont inférieurs de plus de 40 % par rapport à la même période de l'année dernière. Moins de porcs en Chine peuvent indiquer que moins de soja et de farine de soja seront importés. Ce n'est pas le cas à court terme, compte tenu par exemple de la récente frénésie d'achat de la Chine sur le marché américain du soja.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception