Propre image

Analyse Grains et matières premières

Les pluies persistantes exercent une pression sur les céréales d'hiver

29 Novembre 2023 - Jurphaas Lugtenburg

Il fait humide et pas seulement aux Pays-Bas. Les semis des céréales d'hiver sont donc retardés et ce n'est certainement pas une course gagnée pour ce qui est en terre, comme on peut le lire dans l'édition de novembre du bulletin Mars. Toutefois, cette question ne suscite qu’une attention limitée sur les marchés à terme. Les chiffres hésitants des exportations suscitent davantage d’intérêt.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le prix du blé de décembre sur le Matif a gagné 2 € hier à 215 € la tonne. Sur le CBoT, le blé était sur des bases plus solides, clôturant en hausse de 1,8% à 5.43¾ $ le boisseau. Le soja a également progressé lors de la dernière séance de bourse, gagnant 1,3 % pour clôturer à 13.46½ $ le boisseau. Le maïs a affiché une baisse de 0,9 % à 4.51½ $ le boisseau.

Le marché du blé a rebondi, notamment aux Etats-Unis, après la forte baisse de lundi. Cela est dû en partie aux chasseurs de bonnes affaires qui sont intervenus. Les offres d'acheteurs de Corée du Sud, de Taiwan et de Jordanie ont donné un élan supplémentaire au marché. Jusqu'au 26 novembre, les exportations de blé de l'UE s'élèvent à 12 millions de tonnes. Cela signifie que les exportations sont en retard de 18 % par rapport à la saison dernière.

Le ministère russe de l'Agriculture rapporte que la récolte des céréales du pays est terminée à 98 %. Le volume total récolté est de 151 millions de tonnes selon le ministère. Près des deux tiers, soit 99 millions de tonnes, sont constitués de blé. Le rendement du blé est donc bien supérieur aux attentes de l'USDA, qui estime la récolte américaine à 90 millions de tonnes.

Désaccords
Les stocks de blé relativement importants sur le continent européen déterminent en grande partie l'humeur du marché. Selon certains analystes, en raison de cette offre importante, il est tout à fait logique que le marché du blé continue pour le moment de chercher son plus bas niveau. Ajoutez à cela un bon départ pour le blé d'hiver aux États-Unis (50 % des superficies sont en bon ou excellent état contre 34 % la saison dernière) et l'ambiance négative perdurera pendant un certain temps. Un autre groupe d’analystes est plus convaincu de ce raisonnement. Les prix du blé qui oscillent autour de 220 dollars n'incitent pas les vendeurs à se dépêcher. L'espace vers le bas est logiquement plus petit que l'espace vers le haut. L'année dernière à cette époque, le Matif coûtait environ 300 €. Il se pourrait donc que les vendeurs ne proposent qu’une offre limitée. L'hiver est arrivé dans la région de la mer Noire. La Russie et l’Ukraine ont donc des difficultés à transporter leurs céréales. Et cela se reflète en partie dans les récents chiffres des exportations.

Problèmes d'inondations et de sécheresse
À plus long terme, des inquiétudes subsistent concernant les cultures d'hiver en Europe. Cela a été confirmé cette semaine encore dans l'édition de novembre du bulletin Mars de la Commission européenne. Dans de grandes régions d’Europe, les pluies ont retardé les semis des cultures d’hiver. Dans le sud-est (Roumanie et Bulgarie), la sécheresse désavantage les cultures. Les semis de céréales d'hiver sont encore possibles dans les semaines à venir, mais ils doivent être secs et le gel ne doit pas survenir immédiatement, écrit la Commission. Il est donc prévu qu’une partie de la superficie prévue en céréales d’hiver soit remplacée par des céréales d’été. La Commission écrit également qu'une partie des céréales d'hiver devra probablement être ressemée en raison des dégâts des eaux.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception