Shutterstock

Analyse Grains et matières premières

Ajustements majeurs aux chiffres de récolte au Canada

5 Décembre 2023 - Jurphaas Lugtenburg

Le blé a également poursuivi sa tendance haussière lors de la dernière séance de bourse. C'est remarquable d'une certaine manière. Les chiffres des exportations américaines n’étaient certainement pas extraordinaires et le Canada a considérablement ajusté son rendement à la hausse. Une commande importante de la Chine, des exportations modérées de l'Ukraine et un bilan globalement tendu ont apparemment pesé plus lourdement sur les échanges commerciaux. Le maïs et le soja sont en légère baisse et, selon certains analystes, cela n'est peut-être pas entièrement justifié.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le contrat de blé de décembre sur le Matif a augmenté de 0,75 € à 233,75 € la tonne. Sur le CBoT, le contrat de blé de décembre a augmenté de 3,3% à 5.95¾$ le boisseau. Le maïs a clôturé en baisse de 1 % à 4.60 $¼ le boisseau. La plus forte baisse à la bourse de Chicago a été celle du soja, qui a clôturé en baisse de 1,4 % à 13.06¼ $ le boisseau.

L'Ukraine a exporté 13,4 millions de tonnes de céréales jusqu'à présent cette saison. Cela ressort clairement des chiffres des exportations publiés hier par le ministère ukrainien de l'Agriculture. L'année dernière, à la même époque, le compteur s'élevait à 18,3 millions de tonnes. En novembre, 3,86 tonnes de céréales ont été exportées, dont 1,3 million de tonnes de blé et 2,4 millions de tonnes de maïs. Les États-Unis ont exporté 188.000 225.000 tonnes de blé, soit un chiffre inférieur aux attentes commerciales, qui tablaient sur des exportations de 350.000 440.000 à XNUMX XNUMX tonnes. Toutefois, cela n’a qu’une influence limitée sur la CBoT. Les commandes importantes en provenance de Chine font que les acteurs du marché ne prêtent pas beaucoup d'attention aux chiffres hebdomadaires. L'USDA a annoncé hier une nouvelle commande de XNUMX XNUMX tonnes émanant d'un acheteur chinois. Il s’agit du plus gros achat en une journée depuis plus de dix ans.

Ajustements majeurs aux chiffres de récolte au Canada
Statistique Canada a publié hier les chiffres ajustés pour la récolte 2023. On s'attendait à ce que les rendements soient plus élevés que prévu précédemment par le bureau de la statistique, mais l'ajustement, en particulier pour le blé, a été plus important que prévu. La récolte totale de blé a été ajustée à 32 millions de tonnes. En septembre, la récolte était encore estimée à 29,8 millions de tonnes. Un sondage Reuters a montré que les échanges commerciaux devraient atteindre 31,1 millions. L'ajustement le plus important a été réalisé pour le blé de printemps, de 22,6 millions de tonnes en septembre à 24,8 millions de tonnes hier. Même si les rendements du blé ont augmenté, ils restent la deuxième plus petite récolte des six dernières années. Le rendement du colza a également augmenté, passant de 17,4 millions de tonnes à 18,3 millions de tonnes. Cela signifie que la récolte est inférieure de 2 % à celle de la saison dernière. Les pluies en fin de saison ont quelque peu aidé les récoltes selon certaines sources.

Trop sec et trop chaud
Le maïs et le soja ont subi une certaine pression en raison des pluies au Brésil. L’espoir est que cela améliorera les conditions de croissance dans les principaux États agricoles. Pourtant, les chiffres ne sont pas encourageants pour les rendements élevés. Dans le Mato Grosso, 163 millimètres sont tombés en octobre et novembre. C'est 47 % de moins que la moyenne décennale et c'est l'année la plus sèche depuis au moins un quart de siècle. La température moyenne au cours des deux derniers mois était encore 3,5 degrés au-dessus de la moyenne.

Plusieurs agences de marché et agences gouvernementales continuent d'insister sur des rendements relativement élevés pour le maïs et le soja, mais des doutes sont apparus parmi les analystes. Le Mato Grosso représente environ 25 % de la production brésilienne de soja. La part des exportations est encore plus importante. Des perturbations météorologiques comme celles actuelles sont presque impossibles à vivre sans conséquences sur les rendements au Brésil.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login