Shutterstock

Analyse Grains et matières premières

Aux États-Unis, la bonne récolte de blé continue de dominer le marché

19 Juin 2024 - Jurphaas Lugtenburg

Le bon déroulement de la récolte de blé aux Etats-Unis et le bon état du blé d'hiver continuent de peser sur le marché du blé. Peu d’attention est accordée à l’Europe. Cela pourrait changer lorsque les moissonneuses-batteuses de blé d'hiver commenceront à circuler en France. La Roumanie est sur la bonne voie pour une importante récolte de blé, mais il y a un avertissement sur les bénéfices en raison du temps chaud et sec prévu dans ce pays. Il fait également chaud et sec en Chine. Ce n'est pas un bon début pour le maïs là-bas. Le gouvernement chinois a déjà annoncé un ensemble de mesures pour contrôler la situation.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le contrat blé de septembre sur le Matif a clôturé hier en baisse de 1,25 € à 229 € la tonne. Le blé était également en baisse sur le CBoT, perdant 1,6 % pour clôturer à 5.82 $ le boisseau. Le maïs et le soja étaient en hausse lors de la dernière séance de bourse. Le maïs a ajouté 1,4 % à 4.50 $ le boisseau. Le soja a également clôturé en hausse de 1,4 %, portant le prix de clôture à 11.74 $ le boisseau.

Les Etats-Unis, en particulier, attirent l'attention sur le marché du blé. Avec 27% de récolte selon le rapport d'avancement des récoltes de cette semaine, le battage s'y déroule sans problème. De plus, le blé se porte bien aux États-Unis, avec 49 % d'entre eux recevant une note bonne ou excellente de la part de l'USDA. Si les conditions météorologiques continuent de coopérer pour les producteurs de blé américains, la récolte de blé aux États-Unis pourrait être plus importante que prévu, selon certains analystes. Cela explique l'ambiance modérée sur le marché du blé. Sur les quinze dernières séances de bourse, le CboT a clôturé en baisse pendant treize jours. Selon les analystes, la tendance négative est quelque peu renforcée par les indicateurs techniques.

L’Europe en difficulté
Peu d’attention est accordée à la prochaine récolte de blé en Europe. La saison de croissance humide et sombre dans une grande partie de l’Europe occidentale a atténué les attentes en matière de rendement. Cependant, les récoltes n'ont pas encore commencé en France, le plus grand producteur de blé. Si les rendements y sont décevants, cela pourrait bien provoquer un retournement du marché. L'UE n'est pas encore satisfaite des exportations. Au cours de la campagne actuelle 2023/24, l'UE a exporté 16 millions de blé jusqu'au 29,15 juin. Cela représentait 30,73 millions de tonnes pour la même période la saison dernière.

L'agence de marché Argus a atteint le sommet des prévisions de récolte pour la Roumanie. Dans ses prévisions d'avril, Argus estimait la récolte de blé roumaine à 10,6 millions de tonnes et ce chiffre a été ajusté à 10,45 millions de tonnes. Ce serait quand même la plus grosse récolte jamais réalisée. Le précédent record date de la campagne 2021/22, où 10,43 millions de tonnes de blé avaient été battues en Roumanie. Argus a déjà émis un avertissement sur les bénéfices. « Les prévisions météorologiques chaudes pour les semaines à venir auront un impact négatif sur les rendements, d’autant plus que le sol est peu humide. » Le rendement attendu est par ailleurs resté le même à 4,6 tonnes par hectare. La récolte la plus faible provient donc d’une superficie plus petite que prévu. Argus constate une tendance vers des cultures telles que le blé d'hiver et l'orge au détriment du maïs, qui ne peut pas être irrigué en raison des étés chauds et secs de ces dernières années.

Forfait d'urgence
Le maïs bénéficie d'un certain soutien de la météo en Chine. Selon certains services météorologiques indépendants, il fait chaud et sec dans le nord de la Chine, où est cultivée la majeure partie du maïs. Dans environ un quart de la superficie cultivée, le mercure a atteint environ 37 degrés Celsius. Le gouvernement chinois a débloqué l'équivalent de 61 millions de dollars pour des projets visant à faire face à la sécheresse.

Le Brésil est aux prises avec l'augmentation des taxes sur les exportations de soja, entre autres. Le taux du réal brésilien est tombé à son plus bas niveau depuis treize mois, à 5,4297 pour un dollar. Le Brésil a introduit des taxes à l'exportation pour collecter des fonds supplémentaires pour le trésor public. Les importateurs de soja se tournent vers d’autres fournisseurs, il n’y a donc pas de recettes fiscales supplémentaires pour combler l’écart budgétaire. Cela rend les traders de devises nerveux, ce qui entraîne une baisse du real. Pour briser la spirale négative, le gouvernement de Lula appelle désormais à des réductions des dépenses publiques. Cependant, il n’est pas encore clair si la taxe à l’exportation sur le soja est également en discussion.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login