Shutterstock

Actualités Climat

"Le prix des terrains chute à 80 % en raison du changement climatique"

2 mars 2020 -Niels van der Boom - Commentaires 26

Les conditions météorologiques des 2 dernières années ont endommagé la récolte des produits. Selon l’Agence européenne pour l’environnement, ce n’est que la pointe de l’iceberg. Non seulement le changement climatique offre des opportunités et des menaces pour les cultures, mais il influencera également les prix des terres. Surtout en Europe du Sud.

Selon Blaž Kurnik, les changements de température et les changements dans les quantités de précipitations ont déjà un impact majeur sur les récoltes. C’est le résultat du changement climatique. Kurnik est climatologue à l'Agence européenne pour l'environnement (Agence européenne pour l'environnement). "Dans certaines régions du sud de l'Europe, les prix des terrains pourraient chuter de plus de 80 % d'ici 2100", a-t-il déclaré. pense l'enquêteur de l'AEE. « Certaines terres agricoles pourraient ne plus être utilisables du tout. »

Humide au nord, sec au sud
L’année 2019 a été une année record en Europe, ce qui en fait la cinquième année consécutive avec des températures exceptionnellement élevées. Selon l'AEE, les quatre dernières décennies ont montré une tendance à la hausse des températures. Les années et les saisons sont en moyenne plus chaudes. Parallèlement, les précipitations moyennes dans le nord de l’Europe ont augmenté de 4 millimètres par décennie depuis les années 70. Dans le sud de l’Europe, elles ont diminué en moyenne de 60 millimètres par décennie. L’agriculture du sud de l’Europe en ressent particulièrement les effets, car le climat devient à la fois plus sec et plus chaud.

L'AEE estime que le risque de précipitations excessives est 35 % plus élevé qu'auparavant. Cela est particulièrement vrai pour l’Europe centrale et orientale. La hausse des températures signifie que les cultures peuvent être cultivées plus au nord qu’il y a 40 ans. Les augmentations de température ont ici des conséquences positives sur les rendements. Cependant, une croissance rapide des cultures n’est pas toujours positive pour le rendement final. La sécheresse pendant la période de floraison peut être particulièrement préjudiciable aux cultures céréalières.

Plus d'arrosage
Le temps plus sec dans le sud de l’Europe crée une demande accrue d’eau d’irrigation. Entre 4 et 18 % d’eau en plus sont nécessaires pour l’irrigation, selon les calculs. Cela s'applique à des pays comme l'Italie, l'Espagne et la Grèce. Près de 65 % des agriculteurs espagnols ont désormais pris des mesures liées aux changements climatiques. Par exemple, en investissant dans l’irrigation, de nouvelles variétés, une stratégie de fertilisation différente ou une rotation différente. Des programmes climatiques spéciaux sont donc créés pour le secteur agricole. Y compris via le service Copernicus sur le changement climatique (C3S).

Par exemple, les données du système C3S aident les agriculteurs italiens à investir dans l'irrigation. Des modèles calculent entre autres les besoins en humidité du maïs avec des scénarios climatiques pour 2020, 2050 et 2080. Selon le chef du projet et professeur au WUR Ronald Hutjes, d'autres scénarios suivront pour le blé, le soja et le riz.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Niels van der Boom

Niels van der Boom est rédacteur en chef chez arable Boerenbusiness. Il rapporte principalement sur le marché de la pomme de terre. Il présente chaque semaine le point sur le marché des pommes de terre.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 26
Bob 2 mars 2020
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/grond/artikelen/10886049/grondprijs-daalt-tot-80-door-climatechange]'Le prix des terrains baisse jusqu'à 80 % en raison du changement climatique'[/url]
Le premier scientifique instruit en économie n’est pas encore né, presque tous sont des menteurs !
grenouille 2 mars 2020
Le prix du foncier dans les polders va augmenter de 80 % pour atteindre 250.000 XNUMX euros l'acre.
Joost 2 mars 2020
Je soupçonne que vous êtes aussi stupide que votre nom l'indique.
Thomas 2 mars 2020
@grenouille
Notre pays ne devrait donc pas se retrouver dans une crise dans les années à venir, en partie à cause de cette mauvaise gestion. De nombreuses terres appartiennent encore aux baby-boomers et malheureusement la plupart d’entre elles auront disparu dans 10 ans.
grenouille 2 mars 2020
On verra dans 15 ans qui a raison !
agripuissance 2 mars 2020
Je sais déjà qui a raison
Thomas 3 mars 2020
C'est assez simple, vous ne pouvez même pas voir un jour dans le futur. Il peut également être réduit de moitié pendant un certain temps, alors faites attention.
Frison breton 3 mars 2020
Grenouille, pour ces 250.000 5000 euros je la vendrais rapidement, j'ai acheté un terrain ici il y a quelques années pour XNUMX XNUMX euros l'hectare. Région Centre Bretagne.
Jean Veltkamp 3 mars 2020
Une variation de prix de 80 % en 80 ans équivaut à 1 % par an ! Ici, le prix du terrain a été multiplié par 50 en 34 ans, soit 3400 4500 %, passant de 1970 75000 GLD en 70 à 1 XNUMX € aujourd'hui. Cela représente XNUMX% par an. De quoi parle-t-on avec XNUMX% par an.
Thomas 3 mars 2020
Quelque chose qui a progressé rapidement peut aussi reculer rapidement.
agriculteur arable 3 mars 2020
Jan Veltkamp a écrit :
Une variation de prix de 80 % en 80 ans équivaut à 1 % par an ! Ici, le prix du terrain a été multiplié par 50 en 34 ans, soit 3400 4500 %, passant de 1970 75000 GLD en 70 à 1 XNUMX € aujourd'hui. Cela représente XNUMX% par an. De quoi parle-t-on avec XNUMX% par an.
Il faudrait que je fasse le calcul !!!!

Augmentation annuelle des prix de 70 pour cent ??????

Ca ne va pas arriver
grenouille 3 mars 2020
Le frison breton a écrit :
Grenouille, pour ces 250.000 5000 euros je la vendrais rapidement, j'ai acheté un terrain ici il y a quelques années pour XNUMX XNUMX euros l'hectare. Région Centre Bretagne.
Tu veux dire vendre dans 15 ans ? Je ne prétends pas que tel est le prix du terrain aujourd’hui, mais qu’il pourrait y être dans 15 ans, et je pense que je suis proche de la vérité compte tenu du passé. Nous avons connu une augmentation plus importante au cours des 10 dernières années.
xx 3 mars 2020
La dépréciation de 80% concerne l'Europe du Sud.
Si autant de terres deviennent presque inutiles pour la culture, la pression ailleurs ne fera qu’augmenter.
En d’autres termes, le prix du terrain va vraiment exploser ici.
agriculteur arable 3 mars 2020
xx a écrit :
La dépréciation de 80% concerne l'Europe du Sud.
Si autant de terres deviennent presque inutiles pour la culture, la pression ailleurs ne fera qu’augmenter.
En d’autres termes, le prix du terrain va vraiment exploser ici.
Mieux vaut se méfier des Chinois et acheter de bonnes terres arables pour la production alimentaire mondiale.

Aux Pays-Bas cela concerne aussi de nombreuses parcelles équipées de panneaux solaires, nous payons un petit montant d'impôts et les Chinois collectent les subventions du SDE !!!

cordonniers 1 3 mars 2020
Rien n'est aussi peu fiable que la politique, on ne sait jamais comment les choses vont tourner
fermier ordinaire 3 mars 2020
y aura-t-il un minimum minimum et va-t-il faire plus froid ?
Est-ce qu'il fait plus chaud à cause des émissions de CO02 ?
Les courants marins changent-ils et il fait beaucoup plus chaud à un endroit et plus froid à un autre ?
Il existe un groupe de scientifiques qui pensent actuellement que, pour les trois théories
Je pense que le C02 est actuellement le plus populaire parmi les économistes
goh 3 mars 2020
Les agriculteurs chinois n'achètent généralement pas ces terres pour les panneaux et le propriétaire foncier qui les loue gagne beaucoup plus facilement son argent qu'avec les agriculteurs. Il est difficile de soutenir que les Chinois ont une influence substantielle sur la superficie agricole et sur les prix des terrains aux Pays-Bas. Votre contribution trahit une certaine jalousie.
Suivez l'argent 3 mars 2020
Le prix des terrains est le moindre des problèmes, donc après les réfugiés culturels, il y aura des réfugiés géographiques ou un premier pas de notre lobbycratie pour une future fiscalité.

Supposons que notre peuple de La Haye les recevra à bras ouverts grâce à l’argent de nos impôts, ou bien qu’il recevra de l’argent gratuitement aux dépens de notre monnaie de travail (inflation) pour le plus grand honneur et la plus grande gloire de nos empereurs malades et sans vêtements et de leurs électeurs : cancer de l'argent sans fin.
agriculteur arable 3 mars 2020
goh a écrit :
Les agriculteurs chinois n'achètent généralement pas ces terres pour les panneaux et le propriétaire foncier qui les loue gagne beaucoup plus facilement son argent qu'avec les agriculteurs. Il est difficile de soutenir que les Chinois ont une influence substantielle sur la superficie agricole et sur les prix des terrains aux Pays-Bas. Votre contribution trahit une certaine jalousie.
Certains grands projets sont en effet achetés clé en main par de grands groupes chinois, y compris les terrains.

En Europe de l’Est, les terres sont principalement achetées pour la production alimentaire.

Ceux qui louent leur terrain feraient également mieux de faire appel à un bon fiscaliste. Et puis, soudain, vous commencez à considérer ces prix de location de 5000 XNUMX et plus d’une manière complètement différente.

Thomas 4 mars 2020
Dans le monde occidental, nous vivons dans de grosses bulles, donc les choses peuvent mal tourner. Nous entrons désormais en 2020 dans une longue crise de plusieurs années.
Corona 4 mars 2020
Grâce au corona, l'air est désormais beaucoup plus pur et le problème climatique (s'il en est un...) a été résolu.
Thomas 4 mars 2020
@couronne
C'est exactement l'inverse : parce que les usines en Chine sont fermées, le problème revient soudainement aux Pays-Bas/en Europe. les problèmes de l’industrie et du logement n’ont jamais été aussi graves ici. Mais l’agriculture n’est en aucun cas la principale cause.
étreinte 4 mars 2020
les gars, lisez attentivement ce qui est dit, cela ne concerne que les zones où presque rien n'a été cultivé depuis des années, le sud de l'Espagne et le Portugal. Je pense que nos polders de l'IJsselmeer ne tomberont pas à 20000 XNUMX euros par an, oui, qu'en pensez-vous ?
Albert 6 mars 2020
@Thomas : les producteurs laitiers sont les plus gros pollueurs d'ammoniac. Pour le CO2 : Shell et Tatasteel. Mec, tu dois regarder les choses problème par problème. Notre ministre Carola le fait également.
Abonné
assez grossier 8 mars 2020
La nature elle-même a une solution à tout.
Également pour l'ammoniac, le CO2, le chauffage, etc.
Seulement nous, et certainement la mafia verte, ne comprenons plus la nature.
La nature travaille avec les coudes et cela signifie que le plus fort gagnera.
Ainsi, les plantes qui vivent sur des sols pauvres où ils deviennent plus fertiles disparaissent et des plantes qui aiment l'azote apparaissent, ce qui donne lieu à des plantes à croissance rapide qui absorbent et fixent plus rapidement l'azote et le CO2.
Seuls les écologistes ne veulent pas de changement et veulent seulement quelque chose de différent si cela leur convient.
Laissons la nature faire son travail, elle va bien depuis 4.5 milliards d’années, personne n’a besoin de la guider.
Certainement pas ces bavards qui pensent pouvoir contrôler la nature à travers toutes sortes de clubs subventionnés.
le reste 8 mars 2020
C'est vrai. Vous devriez rester en dehors de votre jardin pendant 5 ans, puis y jeter un œil attentif. Vous voulez parier que vous aurez un bon coup ?
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Interview Dick van den Oever (asr)

« Nous investissons dans le foncier avec une vision à long terme »

Actualités Sol

Les terres agricoles vont-elles redevenir plus chères ?

Analyse Sol

L’expansion se poursuit sans relâche

Analyse Sol

Les investisseurs se désintéressent du foncier

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login