À l'intérieur : marché laitier

Un producteur laitier cherche une contrepartie pour le sucre

28 Novembre 2017 -Herma van den Pol

Si les producteurs laitiers recherchent de l'aliment, celui-ci est principalement destiné à servir de contrepartie au sucre contenu dans l'ensilage. Le sucre n'est pas un problème cette saison. Pourtant, il semble y avoir une certaine demande pour l’amidon, mais autrement, la situation est calme. On ne sait pas non plus comment le cheptel va se développer.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le fast pit met au défi les producteurs laitiers et donne également le ton au cours de la dernière semaine de novembre. Le seul produit qui trouve relativement bien son chemin auprès des éleveurs reste la pomme de terre fourragère. «Ça rentre bien dans la ration», entend-on sous plusieurs angles. Le prix : 25 à 30 € la tonne, gratuitement. PotatoNL cote entre 1 et 1,15 € pour 100 kilos.

56,25

euro

par tonne en franchise à la ferme

Peu de demande en maïs ensilage
Contrairement aux pommes de terre fourragères, les ventes de chips connaissent moins de succès. Avec les drêches, c’est justement l’approvisionnement qui ralentit. Ce n’est pas le problème du maïs ensilage, mais plutôt la demande qui diminue ; un prix indicatif est de 56,25 € la tonne franco à la ferme. Il n’y a pratiquement aucun commerce d’herbe à ensilage.

La demande de produits structurels est plus constante. Toutefois, cela n’entraîne pas une hausse des prix. La paille de blé et d'orge commence à 125 € la tonne et monte jusqu'à 140 à 145 € la tonne pour la variété finement hachée. Engels Raai s'en tient à 120 à 130 € par tonne gratuite à la ferme et Roodzwenk à 147,50 €.

Le prix du fourrage grossier est assez stable, mais celui des matières premières pour les pellets présente une image variable. Par exemple, à Rotterdam, l'orge s'élève à 169 euros la tonne et le blé tombe à 170 euros. Ensemble, ils représentent environ 30 % du prix d’A-brok. Cela rend les croquettes A moins chères, tandis que les morceaux féculents (influencés par le maïs) deviennent également légèrement moins chers. Cependant, le forfait coûte plus cher qu’un an plus tôt. Cela est dû au rôle prédominant du maïs.

Pronostic
À divers endroits, on tient compte du fait que davantage de vaches vêleront vers janvier. Les producteurs laitiers se concentrent sur cela afin de générer plus de revenus. Dans le même temps, il existe encore des éleveurs qui doivent réduire le cheptel. Il est donc difficile d'estimer combien de becs subsistent. Cependant, il ne semble pas que cela entraînera immédiatement une augmentation de la demande d’aliments pour animaux.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login