À l'intérieur : marché laitier

Réactions soulagées à la prolongation de la dérogation

5 Avril 2018 -Jelle Feenstra

Le secteur laitier néerlandais réagit avec soulagement à l'extension de la dérogation pour l'espace de stockage d'azote. Le comité des nitrates à Bruxelles a accepté la proposition de la Commission européenne (CE), mercredi matin 4 avril.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Lors de la dérogation n'avait pas été mise en œuvre, le cheptel aurait dû diminuer de 300.000 XNUMX vaches supplémentaires et/ou bien plus de fumier aurait dû être expédié à l'étranger. Les deux scénarios sont très drastiques ; non seulement pour l’élevage laitier, mais aussi pour les secteurs connexes (entreprises laitières, d’aliments pour animaux et banques).

Les premières réactions sont positives
"J'en suis très content, car cela nous permet d'économiser quelques milliers de mètres cubes en élimination du fumier et quelques centimes par kilo de lait en augmentation du prix de revient", déclare Pier Jan Zijsling, producteur laitier de Tjerkwerd (Frise). Zijsling traite plus de 300 vaches en partenariat avec ses parents et son frère Seakle.

Bart van der Hoog, directeur du NAJK (portefeuille de l'élevage laitier). savoir sur Twitter: "Enfin de la clarté après plusieurs années mouvementées dans l'élevage laitier. J'espère que le dossier des phosphates pourra être en partie bouclé et que nous pourrons travailler sur de nouveaux sujets."

Les droits sur le phosphate déforment encore davantage le secteur

« Dérogation volontairement sacrifiée au profit de l'absence de droits sur le phosphate »
L'éleveur laitier Bert van Zeelst de Hedel (Gelderland) est également soulagé. "Aucune dérogation n'aurait sensiblement augmenté notre prix de revient en raison d'un enlèvement nettement plus important du fumier." Dans le contexte du dépassement du plafond de phosphate, de la fraude sur le fumier et des problèmes liés au système d'identification et d'enregistrement (I&R), Van Zeelst indique qu'il avait de sérieux doutes quant à la prolongation.

Il a également l'impression que le gouvernement néerlandais a utilisé le dossier de dérogation pour obtenir moins de vaches aux Pays-Bas. "Si j'avais eu le choix entre pas de dérogation ou pas de droits sur le phosphate, j'aurais volontiers sacrifié la dérogation. Les droits sur le phosphate dépouillent encore davantage le secteur ; ils rendent désormais le prix de revient déjà élevé encore plus élevé que dans d'autres pays et beaucoup d'argent " La traite devient de moins en moins attrayante pour les jeunes entrepreneurs. "

Décision logique
Conseiller en affaires Jaap Gielen (Countus) parle d'une décision logique. "S'ils ne l'avaient pas approuvé, l'enlèvement d'une grande partie du fumier de vache et la fourniture de conteneurs d'engrais seraient devenus une réalité. Et ce, tout en s'éloignant des 80% de prairies, une culture idéale pour protéger l'environnement et "

Claude van Dongen (LTO Pays-Bas) est également satisfait de la prolongation. "Après l'avis positif de la Commission, cela était quelque peu attendu. Cependant, cela reste politique et parfois les choses peuvent soudainement tourner différemment." Van Dongen trouve dommage que les suggestions de LTO Pays-Bas (dérogation pour les cultures, utilisation de fractions fines et pour l'herbe) n'aient pas été prises en compte. "Nous devrons utiliser 2018 et 2019 pour réaliser une percée dans ce domaine."

Vives réactions des organisations environnementales
Van Dongen et Gielen sont tous deux surpris par le lobbying acharné de diverses organisations de protection de la nature et de l'environnement pour ne pas accorder la dérogation. Ceci malgré le fait que, selon les deux pays, la prolongation de la dérogation apportera de nombreux avantages pour l’environnement et le climat. "Il est surprenant que l'image du fumier soit si négative. Même si je ne peux échapper à l'impression que les partis se concentrent sur une politique structurelle axée sur le climat", déclare Gielen.

L’objectif est de réduire le cheptel aux Pays-Bas

Van Dongen affirme que l'agenda des différentes parties (dans la perspective de la décision de dérogation) est devenu clair : "Moins de bétail aux Pays-Bas. Heureusement, les faits sont pris en compte lors de la prise de décision", déclare Van Dongen. . . Dans le même temps, Wil Meulenbroeks (LTO Dairy Farming) souligne la condition claire de l'Europe pour le renouvellement de la dérogation dans 2 ans : le réprimer la fraude.

"Arrêtez de gratter les plafonds"
Frits van der Schans (Centre pour l'agriculture et l'environnement) est en principe favorable à la prolongation de la dérogation. "En effet, remplacer les engrais artificiels par du fumier animal est bon pour le climat." Il préconise de ne pas combiner l'épandage d'une plus grande quantité de fumier par hectare avec l'augmentation de la taille du cheptel.

"L'élevage laitier doit cesser d'essayer de produire un rendement maximum et d'atteindre des plafonds. Si nous gardons un peu moins de vaches aux Pays-Bas, le secteur de l'élevage laitier peut gagner beaucoup de crédit et d'espace dans d'autres domaines."

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login