À l'intérieur : marché laitier

La production mondiale de lait va-t-elle continuer à baisser ?

24 mai 2018 -Herma van den Pol

La croissance du pool laitier européen est tombée en mars au plus bas depuis mai 2017. Il s'agit d'une croissance de 0,4 %, mais la production de l'Union européenne (UE) affichera-t-elle également une contraction ? Dans le prolongement de cela, la question est : la production mondiale de lait chutera-t-elle en 2018 si la météo n'apporte pas de revers ?

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

L'UE a enregistré une augmentation de 0,4% de la production laitière pour le mois de mars. Cela porte l'offre à 13,67 millions de tonnes de lait. C'est toujours un plus de 53.000 XNUMX tonnes de lait, mais un grand recul par rapport aux plus du mois précédents.

Consciemment produit moins de lait ?
Cette forte baisse signifie-t-elle que les producteurs laitiers ont consciemment commencé à produire moins de lait ? La réponse à cette question est nécessaire pour répondre à la question de savoir si les mois restants de 2018 continueront à suivre la tendance actuelle et si le pool laitier va donc diminuer.

Des prix du lait en baisse, mais pas trop bas

Au cours des premiers mois de 2018, le prix du lait à la fin de 2017 s’est révélé insoutenable et les prix ont chuté. Par exemple, le prix du lait aux Pays-Bas pour un approvisionnement annuel de 600.000 30 kilos de lait se situe déjà entre 35 et 100 euros les XNUMX kilos au milieu du deuxième trimestre. Les prix sont plus bas, mais pas trop bas. Il n’y a donc aucune raison de ralentir la production. En outre, les producteurs laitiers disposent d'abondantes réserves d'aliments pour animaux. prix des aliments qui étaient encore relativement faibles, surtout au premier trimestre.

Le freinage dû au prix du lait peut donc être barré. Aux Pays-Bas, l’introduction du système de droits sur le phosphate peut servir d’argument. Cependant, cela ne s'est pas encore traduit par une diminution du nombre de vaches laitières (par rapport au dernier trimestre 2017), il y a même eu une plus minime au premier trimestre 2018. Par ailleurs, une augmentation de la production par vache est observée depuis le second semestre 2017. Dans le même temps, les réglementations de la France et de l’Allemagne, principaux producteurs de lait de l’UE, ne sont pas une raison pour ralentir.

La météo est décevante
La raison pour laquelle la production laitière dans l’UE ne connaît qu’une croissance minime est la météo. Bien que l’UE soit moins dépendante du pâturage que la Nouvelle-Zélande, son influence est nettement plus grande que dans l’UE. USA (ETATS-UNIS). Un printemps tardif, suivi de périodes de températures plus élevées, a eu un impact sur la croissance de l'herbe, suivi de la saison de pâturage et enfin du pic de production de lait.

On s'attendait à ce que l'offre augmente Allemagne battrait un record, mais le sommet reste désormais proche des niveaux de 2016. Ce qui reste l’un des plus gros volumes de lait que le pays ait jamais produit. Le freinage de l’approvisionnement n’était donc pas un choix conscient, mais le résultat d’une météo décevante.

L'Allemagne a réussi à se redresser en avril, tandis que l'approvisionnement en France a eu besoin de plus de temps. Ce qui laisse présager un plus stable en avril et peut-être un plus légèrement supérieur. Cela signifie que l’offre dans d’autres pays, y compris en Pologne, reste bonne.

L’UE encore plus pionnière
Maintenant que les points positifs en Nouvelle-Zélande et les points négatifs aux États-Unis s’équilibrent plus ou moins, l’UE est devenue encore plus un leader. Pendant ce temps, certaines régions d’Amérique du Sud connaissent des reculs dans la production d’aliments pour animaux (en raison de la sécheresse). Dans le même temps, cela entraîne également une hausse des prix des aliments pour animaux dans l’UE. Cela aurait pu entraîner une diminution de la production de lait, mais la hausse du prix des matières grasses commence à inverser la tendance. le prix du lait pour revenir à nouveau. 

L’absence de nouvelles réductions, qui sera passionnante pour certains transformateurs en juin, est un signal clair qu’il n’est pas nécessaire de freiner l’approvisionnement en lait dans l’immédiat. Aux États-Unis, l’un domine baisse du prix du lait C'est le terrain de jeu depuis un certain temps, mais pour le moment, les gains de production par vache font atténuer le déclin du cheptel. Ils constatent également que le marché est dans une forme légèrement meilleure, ce qui peut stopper une nouvelle contraction.

Y aura-t-il moins de lait ?
Y aura-t-il moins de lait dans les mois à venir ? Seulement si la météo provoque des revers, car il n'y a pas d'autres arguments pour moins de lait (ce auquel un producteur laitier est sensible). L’inconvénient est qu’il n’y a aucune raison de croire que la production augmentera. Les faibles prix du lait de 2015 et 2016 ont causé de nombreux dégâts à la santé financière des entreprises et les souffrances ne sont pas encore complètement derrière nous partout.La croissance de la production de lait continue de diminuer chaque mois.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login