Actualités Législation sur les phosphates

L’élevage laitier biologique exige une réponse de Schouten

29 mai 2018 - Wouter Job - Commentaires 17

Les producteurs de lait biologique se sentent ignorés par la ministre Carola Schouten (Agriculture, Nature et Qualité alimentaire). L'élevage laitier biologique exige une exonération des taxes sur les phosphates pour l'espace latent, ce qu'on appelle l'excédent négatif de phosphate. Toutefois, cette demande n’a pas reçu de réponse à ce jour.

Sur les quelque 18.000 450 fermes laitières des Pays-Bas, environ XNUMX sont certifiées biologiques. Ce groupe fait depuis longtemps allusion à une exonération des taxes sur les phosphates pour l'espace latent. La motivation est que l’élevage laitier biologique ne se considère pas comme la cause de l’excédent de phosphate. Les producteurs de lait biologique ne servent à rien non plus dérogation, car un agriculteur biologique n'est en aucun cas autorisé à épandre plus de 170 kilos d'azote par hectare.

L’élevage laitier biologique se revendique également à l’avant-garde de thématiques telles que : l’agriculture circulaire, le bien-être animal et la nature inclusive. Selon Sybrand Bouma, producteur laitier à Grouw (Frise) et porte-parole du secteur biologique, cela ne devrait pas être ralenti par le législation sur les phosphates.

Schouten ne répond pas
Pour renforcer leur point de vue, les producteurs de lait biologique se sont regroupés au sein du groupe SOS. Le groupe a déposé une demande directe auprès de Schouten pour obtenir une exemption du plafond latent. L'achat des droits sur le phosphate signifierait la faillite d'un certain nombre de producteurs laitiers biologiques. Bouma estime qu’environ 15 producteurs laitiers se trouvent actuellement dans une situation financière difficile. "Cela concerne principalement les producteurs laitiers qui ont décalé la date de référence (2 juillet 2015)."

Il y a une pénurie d’engrais biologiques

Schouten n'a pas encore répondu directement à la demande de dérogation déposée ce printemps par le groupe SOS. Schouten a dans le Lettre au Parlement du 16 mai qu'on sache qu'il n'y aura pas d'exception pour l'élevage laitier biologique. Le groupe SOS s'inquiète du fait que Schouten ait répondu « indirectement » à la demande. D'autant plus que le Département de l'Environnement de la Commission européenne à Bruxelles (le même comité qui a accordé la dérogation) est favorable à une exception pour les producteurs laitiers biologiques.

Pénurie d'engrais organiques
Selon Bouma, les agriculteurs biologiques subissent également les conséquences du plan de réduction des phosphates. En raison de la diminution du cheptel laitier biologique, il y a désormais moins de fumier organique disponible ; il y a même une pénurie. Cela montre la séparation entre les marchés des engrais conventionnels et biologiques, car il y a une offre excédentaire ce printemps. fumier commun (de porc).

Bouma souffre également d’une pénurie d’engrais. Sur la base de la date de référence, il s'est vu attribuer des droits de phosphate pour environ 130 vaches ; en termes de superficie, elle pourrait accueillir 40 vaches. Des situations similaires s’appliquent à d’autres producteurs laitiers biologiques. Selon Bouma, une exemption des droits de phosphate pour l'espace latent, dans l'ensemble, n'occupe pas beaucoup d'espace phosphate. "Nous aimerions que ce soit clair pour le ministre."

Marcher pour juger
Le groupe SOS estime qu'il est juridiquement équitable d'exonérer les producteurs de lait biologique du plan phosphate. En effet, ils peuvent être définis en tant que groupe par la certification dite SKAL. Si Schouten ne répond pas à court terme, le groupe SOS pourrait saisir la justice. Le groupe fait également allusion aux campagnes publiques lorsqu'elles ne sont pas entendues.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Wouter Job

Wouter Baan est rédacteur en chef de Boerenbusiness. Il se concentre également sur les marchés des produits laitiers, du porc et de la viande. Il suit également les développements (commerciaux) au sein de l’agro-industrie et interviewe des PDG et des décideurs politiques.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 17
Bert 29 mai 2018
Ceci est une réponse à cet article :
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/melk-voer/artikelen/10878694/bio-melkveehouderij-eist-Answer-van-schouten][/url]
Pourquoi une exception à cela ?
Ces vaches ne chient pas ?
S’ils constituent une exception, alors aucun droit sur le nom afin qu’ils ne puissent pas être échangés !
a 29 mai 2018
Je suis favorable à la dérogation, mais je n'y ai jamais participé, c'est très injuste.
Piet 29 mai 2018
Les agriculteurs BIO ne devraient pas se plaindre ! Tout le monde est dans le même bateau. L'augmentation de leur prix (du lait) est due à l'agriculture conventionnelle. Le fait qu’ils aient plus ou moins créé un marché protégé signifie que l’offre et la demande sont en adéquation.
Le bio n'est pas la solution." Supposons que nous décidions aujourd'hui que l'ensemble de l'agriculture néerlandaise produira de manière biologique, alors "demain" le prix du produit biologique baissera. Et pour la simple raison qu'il n'y a plus de concurrence. Je ne suis pas contre le bio (c'est un secteur innovant), mais je suis réaliste. Le bio est un marché de niche. Littéralement seulement quelques pour cent de la production totale néerlandaise. Le consommateur exige un choix de produits différents dans les rayons des supermarchés. Nous faisons partie de l'ensemble de la secteur d'un système économique. La base de ce système est la concurrence pour que le prix puisse rester bas. Le supermarché est une société cotée qui a ses actionnaires. Qui à leur tour exigent une entreprise rentable. Pouvoir faire un choix en rayon conduit donc la concurrence des producteurs qui doivent remplir les rayons.C'est la base de notre système économique actuel, qui a aussi apporté la prospérité dont notre économie bénéficie chaque jour.
Avertisseur sonore Bertus 29 mai 2018
Les producteurs laitiers biologiques ne participent pas aux excédents de phosphate et n'ont aucun intérêt non plus à la dérogation, dont la législation sur les phosphates est en partie une conséquence. Ils sont précurseurs dans la nécessaire transition vers une agriculture écologiquement responsable. L’exonération des droits de phosphate pour l’espace latent n’est donc pas trop demander.

Ce problème illustre une fois de plus à quel point il est important que les réglementations ne freinent pas les précurseurs dans le développement d’une agriculture durable, mais qu’elles soient plutôt adaptées.

Ici, il n’est pas possible de se cacher derrière les règles européennes.
Boer nuit 29 mai 2018
Tout à fait d'accord avec Piet. S’il y a une pénurie d’engrais organique, il faudrait qu’il y ait davantage d’éleveurs de porcs biologiques, alors cet argument serait également résolu. Si vous optez pour une dérogation pour les entreprises qui ne demandent pas de dérogation, vous devez également inclure les agriculteurs conventionnels extensifs car ils ne bénéficient pas d'une dérogation s'ils disposent de beaucoup d'espace latent inutilisé. pour faire la difference.
Sens 29 mai 2018
Nous avons des bovins laitiers et des bovins de boucherie et nous sommes basés sur la terre et nous ne savons toujours pas combien de droits sur le phosphate nous détenons. J'ai tout essayé... à RVO... avec les 2èmes députés... à Schouten et à ce jour nous roulons encore ici dans une voiture sans compteur de vitesse sur l'autoroute... PERSONNE N'EST À LA MAISON ! Scandaleux!!!!
Hans 29 mai 2018
J’apprécie vraiment le secteur biologique.
Ils ne recourent pas à la dérogation, élèvent moins de vaches par hectare et travaillent davantage pour le lait.
Ils sont basés sur le sol et n’ont donc généralement pas besoin d’éliminer le fumier.
Cette relation fondée sur la terre signifiait également qu’ils n’étaient pas obligés de renoncer à leurs droits sur le phosphate.
De nombreux collègues non biologiques doivent le faire.
Nous n'allons pas revendiquer le rôle de victime de votre propre choix, n'est-ce pas ?
WILLEPY 29 mai 2018
Je suis entièrement d'accord avec Hans
grappe de traite 29 mai 2018
Le prix du lait bio a toujours été bon, alors pourquoi se plaindre des droits sur le phosphate ? Personne n’interdit aux agriculteurs biologiques d’acheter des droits !
Peter 29 mai 2018
Si vous ne bénéficiez d’aucun avantage de la dérogation, pourquoi ces INCONVÉNIENTS ?
Éleveur de viande 29 mai 2018
Les droits sur le phosphate ont été inventés pour les banques et les courtiers et conseillers. C'est uniquement du commerce aérien. Et l'argent disparaît du secteur. C’est un système très mal pensé, conçu par des ignorants. Une fois introduit, il n’y a pas de retour en arrière et les problèmes sont très désavantageux pour un très grand groupe, si l’on regarde sur quoi repose ce qu’on appelle le plafond. Le secteur de l’élevage en pâturage devrait alors être basé sur la terre.
Bert 29 mai 2018
Le droit au phosphate, le nom dit tout, un droit à produire.
Cela s’applique également au bio.
Bert 29 mai 2018
Faites savoir à tout le monde si vous optez pour le biologique ou le conventionnel et vous verrez que les agriculteurs biologiques actuels crient pour protéger le marché, alors arrêtez de vous plaindre, sinon ARRÊTEZ-le rapidement.
jos 30 mai 2018
Je ne suis pas un B.O. producteur laitier, mais je les comprends.
Abonné
Biographie de Pietje 30 mai 2018
Le souhait des agriculteurs bio prouve une fois de plus que le plan de réduction des phosphates n'a pas été correctement mis en œuvre
Abonné
vaches laitières 30 mai 2018
Quelle absurdité, comme s'il n'y avait pas assez de producteurs laitiers conventionnels qui disposaient également de suffisamment de terres sous leur exploitation, et que l'espace supplémentaire en azote dont certains disposent en raison de la dérogation était entièrement utilisé pour extraire 6 coupes d'herbe riche en protéines et la transformer en nutriment. lait .
Si le groupe bio parvient à ses fins avec ce comportement victimaire (ce qui pourrait bien être le cas, puisque le lobby bio est fort) alors la fin est finie !!
Le groupe des agriculteurs biologiques en particulier a également considérablement augmenté le nombre d'animaux, surtout si l'on compare la quantité de fumier avec la quantité de lait.
ans 31 mai 2018
Beaucoup plus fou. Les cultures arables biologiques reçoivent en fait beaucoup de fumier de vache biologique. Et les éleveurs de porcs biologiques ne peuvent pas éliminer leur fumier. J'ai un gros problème. Le fumier ne part pas. Comment ça, faire du vélo ?
ans 31 mai 2018
Les usines d’aliments composés biologiques vendent plus de morceaux de vache que de morceaux de porc biologiques. Parce que le lait bio rapporte 0,50 €. La production est ainsi augmentée. Et donc ils ont trop de fumier. Et les éleveurs de porcs biologiques ont des puits pleins et un excédent important.
Vous ne pouvez plus répondre.

Que font les prix actuels du lait ?

Voir et comparer
dans la comparaison des prix du lait

Actualités L'azote

Azote et phosphate au-dessus du plafond renforcé d’ici 2025

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login