Shutterstock

Fond Ferme laitière

Milk Lake New Zealand est à la limite

10 mai 2019 -Jeannette Pennings - Réaction 1

Après 20 ans de croissance effrénée pour l'industrie laitière néo-zélandaise, le vent va bientôt tourner. C'est du moins l'attente de Rabobank. Selon la banque, cela est principalement dû au fait que les limites environnementales du pays ont été atteintes.

Une croissance annuelle de "seulement" 5% est attendue au cours des 1,6 prochaines années, rapporte la plateforme d'information néo-zélandaise Étoffe† C'est une image différente de celle des 20 dernières années, car au cours de ces années, la production de lait a doublé et a augmenté de 4,1 % par an. Rabobank a vu cette croissance s'affaiblir il y a cinq ans. Cependant, il a fallu plus de temps que prévu avant que le renversement ne se produise enfin.

Les chiffres proviennent du rapport'Survivre ou prospérer', dans lequel Rabobank envisage 2022. Selon l'analyste Emma Higgins, le retournement du marché laitier a des conséquences majeures pour la chaîne. La diminution du cheptel laitier signifie, entre autres, que les transformateurs de lait auront de la difficulté à remplir leur capacité actuelle et prévue au cours des prochaines années. Cela conduira à la prudence en matière d'investissements.

Rétrécissement sur l'île du Nord
Le cheptel laitier en Nouvelle-Zélande a diminué de 2018 % en 0,7 pour atteindre 5,01 millions de vaches. Ce qui est frappant, c'est que le nombre de vaches sur l'île du Nord a diminué de 2,8 %, tandis que le cheptel laitier sur l'île du Sud a augmenté de 2,8 %. L'île du Nord a traditionnellement été le cœur de l'élevage laitier, mais maintenant 40% de la production laitière provient de l'île du Sud.

Malgré cette stagnation de la croissance, Rabobank ne s'attend pas à ce que les éleveurs bénéficient directement du prix élevé du lait. En effet, la Nouvelle-Zélande dépend fortement des exportations de produits laitiers ; en particulier vers la Chine, de sorte que la volatilité du marché mondial continuera de se faire sentir. Elle oblige les éleveurs à produire à moindre coût.

Les producteurs laitiers à coût compétitif profitent probablement le plus de la concurrence croissante entre les différents transformateurs de lait. De plus, les perspectives sont plus favorables pour les agriculteurs qui investissent, entre autres, dans le lait de prairie et les aspects de durabilité. de même Fonterre, de loin la plus grande coopérative laitière du pays, se concentrera sur les flux de lait durables dans les années à venir.

Numéro 7 mondial
Nouvelle-Zélande est le septième pays producteur mondial de lait, produisant 22,2 millions de tonnes par an. Les 3 premiers sont l'Inde (174 millions), l'Europe (160,9 millions) et les États-Unis (100,1 millions). En termes d'exportations de produits laitiers, la Nouvelle-Zélande est le deuxième acteur après l'Union européenne.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Jeannette Pennings

Jeannet a ses racines dans le secteur des bulbes à fleurs et elle a grandi dans une entreprise agricole du nord de la Hollande du Nord. En tant que généraliste, elle rapporte pour Boerenbusiness dans tous les secteurs. Elle explore également les possibilités de la publicité sponsorisée.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Réaction 1
hans 10 mai 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/melk/ artikel/10882420/melkplas-new-zealand-zit-aan-zijn-LIMITE]Milkplas New Zealand est à sa limite[/url]
Nouvelle-Zélande, 5 millions de vaches avec 22 millions de tonnes de lait.
Les Pays-Bas, 1.5 million de vaches, 14 millions de tonnes de lait.

OUI, RABO ? Où est la limite ??

Et l'environnement, combien y a-t-il de cochons et de poulets ?
Vous ne pouvez plus répondre.

Que font les prix actuels du lait ?

Voir et comparer
dans la comparaison des prix du lait

BB TV Danielle Duijndam

Une augmentation des prix du lait ne supprime pas immédiatement la pression sur les marges

Actualités Melk

La liquidité reste un défi pour les fermes laitières

Actualités Melk

MTC à travers la douleur selon le nouveau PDG

Actualités Melk

Fonterra entre sur le marché laitier britannique

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login