Shutterstock

intérieur Voer

Le commerce des fourrages grossiers reprend

26 Novembre 2019 - Kimberley Bakker

La demande de fourrage grossier a encore augmenté cette semaine. En conséquence, les prix, entre autres, des drêches de bière et du foin de prairie ont encore légèrement augmenté. En revanche, le prix de la paille est sous pression. Une baisse de prix arrive-t-elle ?

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Les négociants en fourrage signalent que la demande est encore plus forte cette semaine. fourrage grossier et les drêches sont particulièrement populaires. En conséquence, les délais d’attente pour ce produit se sont encore allongés, même si l’offre n’était déjà pas importante. Cela fait augmenter le prix de 0,15 € cette semaine à 2,70 € par pourcentage de matière sèche. Le prix est donc au même niveau que l'année dernière. En outre, on s’attend à ce que les prix augmentent encore davantage. En effet, plusieurs usines ont prévu des arrêts vers la fin de l'année.

Couper le maïs plus haut
Le prix du maïs ensilage est également en forte hausse cette semaine. En raison de l'offre limitée de produits de bonne qualité, le prix a augmenté de 7 € à 75 € la tonne, gratuitement. Il convient de noter qu’il s’agit d’un produit à niveaux élevés. Les qualités légèrement inférieures sont vendues en moyenne entre 65 et 68 € la tonne, gratuitement. Le prix pour foin de prairie augmente de 10 € à 170 € la tonne gratuite à la ferme. Ceci est principalement dû à l’augmentation de la demande et à une offre inchangée. Le prix est toujours inférieur à celui des années précédentes.

Les prix de la camionnette paille d’autre part, est sous pression en raison de l’augmentation de la demande. Cependant, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions (sur une éventuelle pénurie), car il faudra au moins six mois avant que la nouvelle récolte n'apparaisse. Le prix reste donc stable à 105 € la tonne offerte à la ferme (tant en paille de blé qu'en paille d'orge). Il est à noter que ce prix intervient le plus souvent au centre du pays. Dans le sud du pays, 100 € sont payés plus rapidement et dans le nord, 110 € par tonne sont payés un peu plus souvent et gratuitement. Cela a tout à voir avec la distance de transport.

Marchés stables, faible offre
En ce qui concerne les autres produits fourragers, les commerçants de fourrages sont clairs : peu d’offre, peu de demande. Le prix du ray-grass vivace reste donc encore stable cette semaine à 110 € la tonne livrée à la ferme. Le Veldbeemd est toujours coté à 135 € la tonne, la fétuque élevée est à 130 € la tonne et la fétuque rouge reste stable à 150 € la tonne sans frais. La demande de pommes de terre est également moindre cette semaine.

D'une manière générale, les négociants s'attendent à ce que le marché des aliments pour animaux se redresse quelque peu vers la fin de l'année. En effet, les allocations sont ensuite appliquées et les prix du lait augmentent à nouveau. En d’autres termes : les producteurs (laitiers) ont un peu plus à dépenser à cette période de l’année.

Vous voulez voir plus de prix de flux ? Consulter la base de données.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login