Shutterstock

Actualités Coronavirus

Courir au lait végétal à cause du coronavirus

10 mars 2020 - Jorine Cossé - Commentaires 3

Différents marchés subissent les effets à la fois positifs et négatifs du coronavirus. Parfois, ces marchés peuvent être qualifiés de « remarquables », comme par exemple la ruée vers le lait végétal aux États-Unis. 

Les produits désinfectants s’envolent des rayons, comme le gel pour les mains. Il y a une pénurie quasi chronique de ce produit, même aux Pays-Bas. Il existe désormais un autre produit particulièrement frappant qui profite grandement de la « peur du coronavirus » : le lait végétal.

La demande de lait d'avoine a augmenté jusqu'à 323 % aux États-Unis au cours de la dernière semaine de février par rapport à la même semaine en 2019. Cela signifie que la demande de lait d'avoine a dépassé la demande de gel désinfectant pour les mains. Cette demande a augmenté de 313% par rapport à la même semaine de l'année dernière.

Durée de vie
Bien qu’il s’agisse d’une évolution remarquable, cette augmentation peut être relativisée. On sait désormais que de nombreuses personnes ont commencé à accumuler des réserves. Cela semble être la raison de l'augmentation de la demande. Le lait végétal a une durée de conservation beaucoup plus longue que le lait de vache. Le suédois Oatly, une entreprise qui se concentre entièrement sur les produits laitiers à base de plantes, rapporte que le lait à base de plantes n'a pas besoin d'être réfrigéré lorsqu'il n'est pas ouvert, ce qui le rend facile à conserver.

Des temps incertains pour le marché laitier
Les ventes de lait de vache, en revanche, semblent être sérieusement touchées par le coronavirus. Le marché exprime depuis des semaines ses inquiétudes quant aux progrès. La Rabobanque a publié une analyse à la mi-février prévoyant une baisse significative des importations. Fin février couronne en Italie pour des prix du lait au comptant plus bas et aussi FrieslandCampina a exprimé ses inquiétudes en ajustant ses prévisions de revenus.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Jorine Cossé

Éditeur chez Boerenbusiness qui étudie les marchés du lait, du porc (viande) et de l'alimentation animale. Jorine analyse hebdomadairement le marché du fourrage grossier et périodiquement le marché des aliments composés.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 3
Thomas 10 mars 2020
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/melk/artikelen/10886142/run-op-groenten-melk-door-coronavirus]Courir avec du lait végétal à cause du coronavirus[/url]
Vous disposez également de lait UHT longue conservation. Eh bien, Friesland Campina, par exemple, doit être assez intelligent pour mettre cela en grosses lettres sur l'emballage, sinon les consommateurs ne le remarqueront pas du tout !!
Abonné
Rik 11 mars 2020
Cela me surprend Boerenbusiness parle de "Lait végétal". C'est ce qu'on attend du Volkskrant ou du Telegraaf. Il n’existe pas de lait végétal. C'est du jus d'avoine et/ou de noix ou de haricots, comprenant au moins 10 autres ingrédients pour le garder buvable. En termes de nutriments, il ne peut même pas être comparé aux produits laitiers et légalement, on ne peut pas l'appeler ainsi dans l'UE.
Geert 11 mars 2020
@Rik Oui, c'est maintenant la mafia de gauche.
Vous ne pouvez plus répondre.

Que font les prix actuels du lait ?

Voir et comparer
dans la comparaison des prix du lait

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login