Propre image

Actualités Analyse laitière 2020

« Commencé petit et développé étape par étape »

31 mars 2020 - Jorine Cossé

Ce qui a commencé en 1985 comme une petite fromagerie est devenu une entreprise avec une production annuelle de plus d'un million de kilos de fromage et 1 salariés. L'exploitation laitière de la famille Nijland, située à Deurningen, dans l'Overijssels, ne s'est pas arrêtée au cours des dernières décennies. Le « Domaine Kaamps » déborde d'ambition.

La ferme laitière ainsi que la restauration, le magasin et la fromagerie associés sont dirigés par Herbert (59 ans), son épouse Yvonne (58 ans) et leurs enfants Femke (32 ans), Joucke (30 ans) et Boaike (24 ans). L’entrepreneuriat coule dans les veines de la famille.

«Notre grand-père était souvent un peu réservé, mais grand-mère certainement pas», explique Femke. « Notre père aime aussi les innovations. Notre mère est issue d'une véritable famille d'entrepreneurs et est également très créative. Elle assure la structure, tandis que notre père aime prendre des risques (mûrement réfléchis). Sa devise est : faites-le.

Toujours en développement
En famille, rester immobile n’est pas une option, il y a toujours du mouvement. «Un fromager qui travaille depuis 25 ans a récemment déclaré que nous étions toujours en construction», explique Femke. Et c'est vrai. De nouveaux silos à tranchées ont été récemment installés. Une nouvelle maison pour Herbert et Yvonne est également en construction. « Le suivi officiel ne prendra en réalité que 5 ans, mais nos parents prennent progressivement de plus en plus leurs distances. En fait, nous organisons de plus en plus de choses tous les trois. Je fais la fabrication du fromage, Joucke gère la ferme et Boaike s'occupe de plus en plus de la partie administrative.

La transparence est une valeur fondamentale importante pour nous

Joucké

Nos parents apportent leurs idées et observent ensuite dans les coulisses comment cela se passe. Ils aident là où ils le peuvent. Tout comme notre sœur Meike (27 ans), même si elle a récemment décidé que son cœur était davantage la santé », déclare Femke, tandis que Joucke et Boaike sont d'accord.

La ferme appartient à la famille Nijland depuis des générations. La mère d'Herbert a hérité de son oncle et de sa tante l'entreprise initialement mixte en 1963. Bientôt, les porcs et les poules laissèrent la place aux bovins laitiers. En 1980, ils ont commencé avec 80 vaches dans une étable libre pouvant accueillir 115 vaches. Afin d'obtenir un prix du lait plus élevé, l'idée est née de fabriquer soi-même du fromage. Les jeunes bovins durent céder la place à la fromagerie et au magasin. Une étable supplémentaire pour jeunes bovins a été ajoutée. La famille a commencé ainsi en 1985.

« Nous avons commencé à petite échelle et avons grandi progressivement au fil des années. Aujourd'hui, nous produisons plus d'un million de kilos de fromage par an », explique Joucke. « Les fromages sont expédiés partout dans le monde. 1 % de la production traverse la frontière et 50 % est vendue sur le marché intérieur. 50 % de cette somme est vendue dans notre propre magasin.

Il y a peu de preuves d'une production à petite échelle en termes de volume de production, mais la production traditionnelle se poursuit. Les fromages sont disponibles sur le marché sous de nombreuses formes et tailles différentes. Par exemple, diverses spécialités fromagères sont préparées selon une recette spéciale, comme le fromage aux graines de courge et aux carottes ou le fromage aux champignons des bois et aux châtaignes. Les fromages naturels ne sont bien sûr pas oubliés non plus.

Passage anticipé à la traite robotisée
Au fil des années, l'entreprise a connu plusieurs transformations. Le magasin a été déplacé et l'écurie a également été considérablement adaptée. Entre-temps, une jeune étable a été ajoutée, après quoi les deux jeunes étables et l'écurie laitière ont été regroupées en 2. À cette époque, 2005 robots de traite Lely A3 ont également été achetés.

« Avant cela, nous traitions 130 vaches dans une salle de traite à chevrons de 3 x 7. À un moment donné, la traite durait 3,5 heures et nous pensions que c'était trop long », explique Joucke. « Notre père aime les nouveaux gadgets, c'est pourquoi il aimait les robots. De nos jours, les robots de traite sont un nom bien connu, mais à l’époque ils en étaient encore à leurs balbutiements. Au début, nous avons dû faire face à des problèmes de jeunesse, mais par la suite, le passage à la traite robotisée s'est avéré être un succès.

La nouvelle fromagerie a été construite en 2008. Un boulevard expérimental a été aménagé entre la fromagerie et l'écurie pour illustrer le processus de fabrication du fromage. La fromagerie dispose de grandes fenêtres permettant aux visiteurs de jeter un œil à l'intérieur de la fromagerie. Le boulevard des expériences rapproche la vie de l'écurie et le processus de fabrication du fromage. Cette ouverture est très appréciée des visiteurs venus du monde entier.

Le nom a également changé il y a plus de 10 ans, passant de « Zuivelboerderij Kaamps » à « Landgoed Kaamps ». « Le problème avec « Zuivelboerderij Kaamps » était la traduction, qui ne fonctionnait pas bien », explique Femke. « Nous recevons environ 20.000 XNUMX visiteurs chaque année. Certains d’entre eux sont internationaux, il est donc important d’avoir un nom facilement traduisible. C'est pourquoi nous nous sommes retrouvés à Landgoed -Estate- Kaamps. Tout le monde sait ce que cela signifie.

Emplacement supplémentaire ouvert
Landgoed Kaamps est devenue une entreprise polyvalente. En plus des visites, des ateliers de fabrication du fromage et de cuisine sont proposés. Les visiteurs et passants peuvent également déguster divers plats à la brasserie. Au total, 65 personnes sont employées, dont 25 à temps plein.

Femke : « Nous disposons d'un personnel extrêmement engagé et c'est une bonne chose. Sans eux, nous ne pourrions pas faire le travail. » En raison de sa croissance, la famille a ouvert un site supplémentaire à Oldenzaal. « C'était absolument nécessaire, car nous n'avions pas assez de place ici. Le deuxième site est principalement utilisé pour l'affinage du fromage, le conditionnement et la spécialisation », explique Boaike.

Les 140 jeunes bovins se trouvent désormais également à l'extérieur chez un éleveur, afin que tout l'espace puisse être consacré aux 250 vaches laitières. Avec le départ des jeunes bovins, des investissements ont été réalisés dans 4 nouveaux robots de traite Lely, type A5. « Au départ, notre père doutait que la traite robotisée soit populaire auprès de nos clients et visiteurs, mais nous avons été positivement surpris.

Grâce à la traite robotisée, du lait frais est toujours disponible dans la fromagerie

Joucké

Notre expérience est que la traite robotisée est acceptée, surtout lorsque vous expliquez ses avantages. Par exemple, une vache peut choisir quand elle est traite. La traite robotisée est également bénéfique pour l'industrie fromagère, car elle permet un flux continu de lait. Cela signifie que nous avons toujours du lait frais », explique Joucke. Selon la famille, l'explication s'inscrit également dans le cadre de la transparence, qui, selon elle, est une valeur fondamentale de Landgoed Kaamps.

Des ambitions de croissance
« Notre concept est entièrement axé sur le processus allant de l'herbe au fromage et nous souhaitons que cela reste ainsi », déclare Femke. « C’est pourquoi nous avons l’ambition de ramener à l’avenir le travail réalisé sur le site d’Oldenzaal et de maintenir ainsi la boucle bouclée. »

En regardant les années passées, un sentiment de fierté prévaut. « Nous souhaitons nous développer davantage à l’avenir. Nous souhaitons également plus d’interactivité avec nos clients et visiteurs. L'entreprise connaît actuellement une croissance de ses ventes d'environ 3 à 10 % par an. Nous souhaitons croître encore de 20 %, notamment avec la fromagerie. Notre objectif est de devenir totalement autonome, également dans le domaine énergétique. Par exemple, nous souhaitons installer des panneaux solaires et développer davantage la production d’énergie par fermentation.

 

Recevez le magazine dans votre boîte aux lettres
Cet article fait partie de l'analyse laitière 2020. Abonnés à Lait et alimentation Pro l'ont reçu récemment. Souhaitez-vous également recevoir ce magazine ? puis clique ici pour devenir abonné et recevoir le magazine qui vous est envoyé.

Avec un abonnement, vous avez accès à tous les articles, données et informations de marché privés sur Boerenbusiness. En tant qu'abonné, vous bénéficiez également d'un accès gratuit à des événements et à d'autres séminaires et ateliers intéressants. Curieux de connaître tous les avantages ? Consultez notre gamme dans la boutique en ligne.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Jorine Cossé

Éditeur chez Boerenbusiness qui étudie les marchés du lait, du porc (viande) et de l'alimentation animale. Jorine analyse hebdomadairement le marché du fourrage grossier et périodiquement le marché des aliments composés.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login