Shutterstock

intérieur Voer

La première coupe sème la confusion sur le marché de l'alimentation animale

12 mai 2020 - Jorine Cossé

Dans certaines parties du pays, la première coupe est maintenant dans le trou, tandis qu'à d'autres endroits, l'herbe n'a pas encore été tondue. De nombreux commerçants ont du mal à fixer un prix sans ambiguïté sur l'herbe d'ensilage, car de nombreux facteurs entrent en jeu. Les prix des autres aliments restent relativement stables, à l'exception du prix de la paille.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le prix de la paille est désormais en constante augmentation et cette semaine il est de 110€ la tonne (ferme franco). L'augmentation est due au fait que l'offre de paille diminue quelque peu, ce qui signifie que l'offre et la demande ne sont plus en équilibre. Le faible prix de la paille ces dernières semaines a fait que les producteurs préfèrent parfois laisser la paille plutôt que de la vendre en dessous du prix de revient.

La première coupe entraîne un prix peu clair
Avec la première coupe dans la fosse à certains endroits, la confusion serait la dernière chose à laquelle vous vous attendez. C'est pourtant le sentiment du marché. Les commerçants indiquent qu'il est difficile de donner un prix clair car on ne sait pas encore ce qui sera disponible et quelle est la qualité du produit. De plus, la plupart des producteurs laitiers ont désespérément besoin de l'herbe eux-mêmes, il reste donc à voir si quelque chose deviendra disponible.

Le prix de l'ensilage disponible reste en moyenne à 60 € la tonne. La qualité de ces noyaux fluctue énormément et de bons noyaux secs sont difficiles à obtenir. Les éleveurs sont prêts à payer plus pour de bons ensilages, parfois jusqu'à 65 € la tonne, alors que les ensilages humides d'automne descendent parfois bien en dessous de 60 € la tonne.

Céréales à bière et pommes de terre fourragères
Le prix des drêches et des pommes de terre fourragères restera le même cette semaine. Bierbostel se négocie toujours à 2,70 € dans le sud et 2,85 € dans le nord. L'offre est encore limitée, ce qui signifie que la demande dépasse l'offre. Il est vrai que les producteurs laitiers sont plus susceptibles d'opter pour d'autres alternatives, car le prix est maintenant assez élevé.

Les pommes de terre fourragères sont stables à 30 € la tonne cette semaine. L'offre de pommes de terre est relativement importante maintenant que le régime d'aide est connu. Reste à savoir combien de temps durera ce prix. Des rumeurs circulent selon lesquelles les produits sont également exportés à l'étranger.

Ecurie à foin, graminées et maïs
Les prix du foin de prairie, de l'ivraie vivace, de la fétuque rouge, de la fétuque roseau, de la prairie de prairie et du maïs restent stables à 180 €, 120 €, 150 €, 130 €, 135 € et 70 € la tonne (ferme libre). Pour tous les produits, l'offre et la demande sont raisonnablement stables. Tant pour le foin de prairie que pour le maïs ensilage, la demande est légèrement supérieure à la normale à cette période de l'année. Les éleveurs sont toujours préoccupés par la sécheresse. L'herbe pousse mal, il faut donc donner plus de foin. La récolte de maïs suscite également des inquiétudes.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login