Agri-firme

Interview Ruud Tijssens

"Le modèle de revenus ne doit pas souffrir de la durabilité"

30 mai 2020 - Jorine Cossé

Agrifirm a publié son rapport annuel sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) hier (28 mai). La coopérative donne corps à ses ambitions de développement durable. Avec Ruud Tijssens, directeur des affaires coopératives, nous approfondissons la question. 

Quelles ambitions de développement durable avez-vous pu atteindre et qu'est-ce qui pourrait être amélioré ?
"Ce que je considère comme un changement positif, c'est l'intégration de la durabilité dans le secteur agricole mondial. Il y a quelques années, la réflexion sur la durabilité était principalement conforme à l'idée de l'Europe du Nord-Ouest, qui est différente maintenant. Nous sommes occupés par des projets impliquant des matières premières La recherche d'alternatives dans ce domaine va bon train, mais il y a encore quelque chose à gagner à l'importation à grande échelle."

« En outre, nous prêtons également attention à la réduction des antibiotiques dans l'intérêt de la sécurité alimentaire. Cela se passe déjà très bien en Chine et en Pologne, par exemple, ce qui est formidable de voir qu'il existe une demande claire du marché là-bas. Nous sommes également prendre des mesures pour penser en termes d'agriculture circulaire. est bien établi chez nous et est inclus dans toutes les décisions. Pour nous, circulaire signifie aussi une agriculture d'avenir. Avec le moins d'émissions possible, en tenant compte avec insistance des aspects sociaux et écologiques et suffisamment capacité de gain pour les agriculteurs et les horticulteurs. d'un bon modèle de revenus pour les producteurs est le point le plus important à l'horizon pour nous. »

Vous indiquez que le passage à l'agriculture circulaire est nécessaire. Comment voyez-vous cela?
"Plus on y réfléchit, plus cela devient clair pour nous : tous les thèmes qui sont au cœur d'Agrifirm se retrouvent dans ce sujet. Nous le définissons comme une agriculture d'avenir, où tout est taxé le moins possible et soutenu par une bonne retour Pour nous, par exemple, réduire les émissions équivaut à améliorer le produit, car nous fournissons des aliments pour animaux pour, par exemple, permettre aux vaches de produire du lait et de les maintenir dans une santé optimale, pas pour produire du méthane."

Nous ne voulons pas interdire le soja

Ruud Tijssens

Vous avez lancé des projets pilotes de culture et d'application de féveroles dans l'alimentation animale. Comment vont les résultats ? 
« Nous voyons avec les féveroles que c'est techniquement faisable. C'est en soi une culture plus facile que le soja néerlandais, par exemple il semble moins sensible à la sécheresse. Cependant, il reste un défi d'obtenir un équilibre suffisant à la fois des féveroles et du soja. Les cultures sont considérées comme une alternative aux céréales, mais ne peuvent pas concurrencer le bilan céréalier. La question clé reste d'où vient la demande du marché. Si la demande n'est pas pour le soja ou les féveroles dans l'alimentation animale, alors il y a mieux à faire autrement. pour. Il existe plusieurs produits concurrents.

Combien de temps pensez-vous continuer à utiliser du soja dans la ration ?
« Nous ne sommes pas favorables à l'interdiction du soja, c'est une bonne culture. S'il y a des effets négatifs sur certains aspects d'une culture, alors vous devez vous attaquer à ces effets négatifs. N'annulez pas la culture.

Quelles sont les mesures que vous avez lancées en Chine concernant le stress thermique chez les truies ? L'épidémie de peste porcine africaine est-elle un brouilleur ?
« Les mesures concernant le stress thermique chez les truies sont un ensemble complet avec des additifs, des conseils de gestion d'élevage et des conseils nutritionnels. Il n'y a pas eu de résistance en soi. L'importance de ces mesures est claire pour tout le monde et contribue à un bon rendement et à des animaux en bonne santé. ont certainement été touchés par la peste porcine africaine, mais la crise corona a également apporté les défis nécessaires. Au cours des deux périodes de crise, nous avons travaillé intensivement avec l'équipe de vente pour approvisionner les clients lorsque cela était possible. 

"C'est vrai que la Chine était en avance sur cette crise et se redresse pendant cette période. Là où les pays d'ici sortent maintenant lentement du confinement, la Chine travaille depuis un moment pour retrouver l'ancien rythme. Le marché chinois est le premier pays où nous lançons à nouveau de nouveaux produits. Le marché au Brésil nous préoccupe davantage en ce moment, car la crise corona y est désormais en augmentation.

Parler de la crise corona. Cela affectera-t-il encore votre stratégie en 2020 ? 
"Jusqu'à présent, malgré la crise, l'entreprise se porte bien. L'effet de cela diffère selon le secteur. Pour l'instant, nous ne pouvons pas faire grand-chose de plus que de surveiller de près. De plus, d'autres développements en plus de la crise corona, comme les mesures sur l'azote, sont une source d'inquiétude dans la filière bovine. Plus que jamais, nous cherchons des solutions avec les éleveurs et menons des discussions pour arriver à ces solutions.

"Tout cela n'a aucune influence sur notre stratégie et notre vision, sur ce que nous voulons être. Cela nous encourage seulement à penser de manière plus créative et à nous adapter davantage, mais cela ne devrait pas être un problème. Nous avons de la chance que nous ne sommes pas seulement actifs sur 1 marché et dans 1 segment de marché. La répartition des risques est positive pour nous dans ce cas."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Jorine Cossé

Éditeur chez Boerenbusiness qui étudie les marchés du lait, du porc (viande) et de l'alimentation animale. Jorine analyse hebdomadairement le marché du fourrage grossier et périodiquement le marché des aliments composés.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Fond Voer

Consolidation dans le secteur de l'alimentation animale : gros poisson et petite bière

Interview Dick Hordijk

"Si Agrifirm s'en fout maintenant"

Actualités Chiffres annuels

La perte de millions oblige Agrifirm à se réorganiser

Analyse Voer

Les coopératives d'alimentation de taille moyenne sont également sujettes au déclin

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login