Shutterstock

intérieur Melk

Un éleveur laitier pourrait bientôt devenir éleveur de veaux

27 mai 2021 - Clapet Folkert - Commentaires 4

Une enquête sur d'éventuels changements majeurs pour l'élevage de veaux, commandée par la ministre de l'agriculture Carola Schouten, a provoqué beaucoup d'émoi dans le secteur. La mise en œuvre de ce soi-disant studio de scénarios a non seulement un impact énorme sur la chaîne d'approvisionnement des veaux, mais également sur les opérations commerciales de l'éleveur laitier. Qu'est-ce qui menace de le frapper ?

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le ministre Schouten a terminé l'enquête la semaine dernière (18 mai). envoyé à la Chambre des Représentants. Selon elle, il s’agit d’une étude de scénario et non d’une nouvelle politique. Mais quiconque suit un peu la politique sait que de telles études sont le prélude à des changements et que l'avenir de l'élevage de veaux sera à l'ordre du jour du nouveau gouvernement. 

De l'étude a été divulguée en mars, ce qui a déjà provoqué une certaine agitation dans le secteur de l'élevage de veaux. Le rapport a été rédigé par trois agences de recherche privées sous la supervision de neuf fonctionnaires du ministère et d'un fonctionnaire de l'Agence néerlandaise d'évaluation environnementale. Les recommandations qui ont été faites ne sont pas bonnes. Le rapport conclut que les veaux devraient rester chez l'éleveur laitier plus longtemps, voire complètement, et que dans certains scénarios, le secteur de la viande de veau devrait diminuer, voire disparaître, avec un changement de rôle pour l'éleveur laitier.

Le rapport parle de 3 scénarios qui changeront le secteur. Ce sont les catégories « Accueil et satisfait », « Maximalement intégré » et « fidèle au local ». Dans le premier scénario, c’est tout le secteur de l’élevage de veaux qui est perdu, car les producteurs laitiers se voient confier l’entière responsabilité de l’élevage de tous les veaux. Dans le scénario 2, les producteurs laitiers doivent organiser l'élevage de leurs veaux jusqu'à 3 mois. Et dans ce dernier scénario, les éleveurs de veaux doivent mieux coopérer avec les producteurs laitiers et les animaux ne doivent pas être transportés sur plus de 100 kilomètres.

Ces mesures seront désastreuses pour le secteur du veau. Reste à savoir si et dans quelle mesure les mesures de ces scénarios seront finalement mises en œuvre. Mais quel impact de tels scénarios pourraient avoir sur l’élevage laitier, par exemple si les producteurs laitiers doivent s’occuper des veaux pendant les 3 premiers mois, voire complètement. Nous énumérons quelques effets. 

Des fardeaux pour le producteur laitier
Le plus grand défi pour les producteurs laitiers est de trouver de l'espace pour les veaux qu'ils ne peuvent plus accueillir. Une ferme laitière de 100 vaches laitières, où 90 vaches vêlent chaque année, a besoin d'environ 30 veaux pour remplacer le troupeau. Les 60 veaux restants sont envoyés chez un éleveur de veaux après 14 jours.

Supposons qu’un producteur laitier garde lui-même ces 60 veaux pour l’abattage, alors il faudra créer plus d’espace, de phosphate, de fourrage grossier, de concentrés et de main d’œuvre. Dans cet exemple, un producteur laitier a besoin de 300 à 600 kilos supplémentaires de phosphate avec un épandage de fumier de 60 à 240 mètres cubes. Cela donne une pression d'investissement comprise entre 36.000 72.000 € et 120 600 € en phosphate (prix du phosphate de 2.400 € par kilo) et des coûts annuels d'élimination du fumier de 10 € à XNUMX XNUMX € (sur la base de coûts d'élimination du fumier de XNUMX € par mètre cube). De plus, un producteur laitier doit également créer de l’espace pour des cages de groupe et de la main d’œuvre supplémentaires.

Plongez dans les mollets
Un producteur laitier doit également se consacrer à l’élevage de veaux de boucherie, même si cela peut ne pas être du tout intéressant ou rentable pour une entreprise. Les producteurs laitiers bénéficieront d’une industrie supplémentaire qu’ils n’avaient pas demandée.

La recherche n'a pas pris en compte les revenus des éleveurs de veaux ou des producteurs laitiers. Nous avons seulement examiné comment les choses devraient être faites différemment selon les conseillers, mais il n'existe pas de modèle de revenus pour chaque scénario. Par exemple, on dit que les producteurs laitiers devraient embaucher du personnel pour élever les plus jeunes bovins. Pas un mot n'est dit sur les conséquences financières pour les éleveurs de veaux.

Solutions possibles
Les producteurs laitiers peuvent utiliser la semence sexée pour élever autant de jeunes bovins femelles que possible en vue de les vendre et de les remplacer, minimisant ainsi le besoin d'élever des bovins de boucherie.

Les jeunes éleveurs de bovins peuvent également se charger de l'élevage de taurillons destinés à l'abattage, en plus de l'élevage de jeunes bovins femelles. La question est de savoir si cela est à nouveau autorisé selon les recherches ou si la distance de transport est également prise en compte, etc. Ceci n’est pas clairement indiqué dans le rapport et dépend du scénario finalement choisi.

Attente
Le rapport a été envoyé au Sénat et à la Chambre des représentants où les scénarios sont discutés. Cela crée une incertitude supplémentaire sur le secteur, tant pour les producteurs laitiers que pour les éleveurs de veaux. Carola Schouten sortante de LNV considère le rapport comme une « nouvelle perspective » et souhaite d'abord explorer les scénarios et ne pas les mettre en œuvre immédiatement. Bref, plus d'incertitude et pas de solutions financières.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login