Shutterstock

intérieur Melk

Les prix des produits laitiers continuent d'augmenter en raison de la pénurie de lait

19 Augustus 2021 - Eric de Muguet

Les cotations sur le marché laitier du nord-ouest de l'Europe continuent généralement d'augmenter en raison d'une faible disponibilité de lait. De plus, les niveaux de matières grasses et de protéines dans le lait sont relativement faibles. En conséquence, par exemple, la cotation DCA pour le lait au comptant néerlandais se rapproche progressivement du niveau record de 2017. 

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le marché des produits laitiers se déroule dans les dernières semaines des vacances d'été. Un nombre relativement important de transactions à découvert ont été réalisées ces dernières semaines. Maintenant que la plupart des traders reviennent de vacances, le trading à long terme, en particulier le quatrième trimestre, revient au centre de l'attention. Pour cette période, les principaux acheteurs entrent lentement sur le marché pour se couvrir, ce qui pourrait conduire à un pouvoir d'achat supplémentaire dans les semaines à venir. Et pourtant, le marché a déjà affiché une nette tendance à la hausse ces dernières semaines, notamment pendant les vacances.

À court de fournitures
Cela signifie que les producteurs de nombreux segments laitiers, comme le fromage et la crème, sont à court d'approvisionnement. La disponibilité des matières premières à une distance acceptable ne semble pas non plus les aider. Les approvisionnements en lait dans les grands pays laitiers du nord-ouest de l’Europe, comme les Pays-Bas, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, sont inférieurs aux prévisions pour cette période. Et la composition du lait n’aide pas non plus.

Aux Pays-Bas, par exemple, les niveaux de matières grasses et de protéines du lait sont en nette diminution. En raison des prix élevés des concentrés, de nombreux producteurs laitiers choisissent de nourrir leurs animaux avec de l'herbe fraîche supplémentaire, maintenant que la saison de croissance est favorable, afin d'économiser sur les coûts d'alimentation. Comme les niveaux de matières grasses, par exemple, sont plus faibles, cela signifie automatiquement qu'il faut plus de lait pour produire de la crème, par exemple. 

Un record absolu est en vue
Cela signifie que les transformateurs peuvent utiliser le lait eux-mêmes pendant cette période et que l'approvisionnement en lait spot néerlandais est particulièrement rare. L’acheteur a dû payer plus d’euros pour le lot de lait cru gratuit mis en vente cette semaine. En conséquence, le prix DCA du lait spot néerlandais a été réduit à 42,50 € les 100 kilos à 4,4 % de matière grasse, soit une augmentation de 1 € par rapport à la semaine dernière. Cela signifie que le sommet historique de 44,50 € de 2017 apparaît peu à peu.
{{dataviewSnapshot(6_1629405753)}}

Le lait allemand au comptant n'est certainement pas non plus largement disponible, même si cela ne s'est pas traduit par une nette augmentation des prix cette semaine. Le cours DCA pour le lait spot en Allemagne du Nord est resté le même à 40 € pour 100 kilos à 4 % de matière grasse livrée, tandis que dans le sud de l'Allemagne, 0,50 € pour 100 kilos en valeur contre jusqu'à 42,50 € pour 100 kilos. La disponibilité limitée de lait semble garantir une nouvelle tendance à la hausse du marché laitier, mais le commerce ne veut pas trop s'inquiéter de cette attente. Avec tous les problèmes liés au coronavirus ces derniers mois, le marché ne semble pas toujours respecter les règles empiriques habituelles. 

L’Europe de l’Est, un bon acheteur
Pour l’instant, les évolutions actuelles soutiennent principalement les prix des cotations laitières du côté des matières grasses. Par exemple, les cotations DCA du beurre et de la crème augmentent à nouveau, même s'il faut reconnaître que les prix se sont stabilisés ces derniers jours de bourse et que les vendeurs semblent plus disposés à négocier. La crème dépasse ainsi à nouveau le plafond des 5.000 5.020 € avec une cotation DCA de 90 4.000 € la tonne d'ouvrage fini, soit une augmentation de 3.995 €. Le beurre reste en moyenne juste en dessous de 65 6 €, avec une cotation DCA de 1629405814 XNUMX € la tonne de travail fini. Cela représente une augmentation de XNUMX €. Le marché de l'Europe de l'Est est un bon acheteur de crème, même si des défis logistiques ont joué un rôle au cours de la semaine dernière.{{dataviewSnapshot(XNUMX_XNUMX)}}

Dans le blanc d’œuf, les cotes positives sont légèrement plus faibles. Par exemple, les cours DCA du lait entier en poudre, du lait écrémé en poudre et du lactosérum en poudre ont légèrement augmenté. Une dissonance évidente cette semaine est le concentré de lait écrémé. Là, le prix DCA baisse de 70 € à 2.440 15 € par tonne de matière sèche finie. Le concentré s'est avéré trop cher, par exemple pour fabriquer du lait écrémé en poudre. Cela a entraîné une baisse de la demande et donc une correction des prix. Enfin, le marché des fromages en papillote se stabilise, seul le cours DCA de Gouda progresse légèrement cette semaine de 3.120 € à XNUMX XNUMX € la tonne de travail fini. 

Cliquez ici pour l'explication des cotations DCA (liquide) 
Cliquez ici pour l'explication des cotations DCA (fromage) 

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login