FrieslandCampina

intérieur Melk

FrieslandCampina aux prises avec un problème de confiance

9 Octobre 2021 -Klaas van der Horst

Le fait que FrieslandCampina soit aux prises avec un problème de confiance est largement reconnu tant par la coopérative que par l'entreprise elle-même. La question a été discutée lors d'une diffusion sur le Web plus tôt cette semaine dirigée par la présidente par intérim Sandra Addink. Les solutions toutes faites n'ont pas été mentionnées.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Selon le PDG Hein Schumacher, le problème de confiance est dû à plusieurs facteurs, mais il est également lié à la détérioration des performances financières de l'entreprise. Il note que la forte baisse des revenus provenant des ventes d'aliments pour bébés en Chine notamment se poursuit. "Lorsque j'ai pris mes fonctions en 2018, les ventes à Hong Kong représentaient 250 millions d'euros de bénéfice par an. Ce chiffre est tombé à 0." Le fait que d’autres activités n’ont pas mieux absorbé cette baisse qu’elles l’ont fait y a également contribué, estime-t-il.

Le directeur et directeur de surveillance Hans Hettinga a été moins clair dans son analyse. Il a notamment exprimé son inquiétude face au départ des membres. "Nous avons une assez bonne idée de la raison pour laquelle ces membres partent", a-t-il déclaré, sans toutefois donner d'autres explications. Il n’a pas non plus proposé de solution.

Hettinga
Le directeur Hettinga connaît « assez bien » les motifs du départ des membres.

Hettinga a gardé une attitude professionnelle et s'inquiète surtout du « risque que votre coopérative ne fasse que devenir plus petite ». Selon lui, ouvrir un peu plus la porte aux entrants potentiels résoudrait beaucoup de choses. Maintenant, cette porte est presque fermée. "Il y a toujours des gens qui aimeraient devenir membres."

De nombreux autres facteurs évoqués par les membres sont restés ignorés. Comme le déroulement du sommet des coopératives et des entreprises et le manque d'implication perçu, comme l'a également exprimé un rapport publié l'année dernière. rapport du Conseil national des coopératives.

En Le CNRC de cette semaine la bataille au sein de FrieslandCampina est caractérisée comme une bataille entre le « camp paysan » et le « camp multinational ». Cela suggère une bataille entre l'entreprise et les dirigeants « imbibés » d'un côté, et les agriculteurs qui veulent continuer à tirer les ficelles eux-mêmes, de l'autre. C'est un problème classique dans les grandes coopératives.

Faciliter
Schumacher semble voir les choses différemment et veut réduire le problème à un problème qui disparaîtra lorsque l’argent sera à nouveau gagné. Cela semble trop facile. Si les membres de la coopérative, les propriétaires, ne veulent pas s'engager dans la direction souhaitée par la direction - comme une plus grande coordination avec Natuurmonumenten et d'autres ONG - alors il y a encore un travail sérieux à faire.

Modèle de gestion
En outre, il est fort possible que de nombreux membres souhaitent également discuter du modèle de gestion de FrieslandCampina. Doit-elle rester une coopérative dirigée par la direction, avec une influence disproportionnée de mandataires externes sur la direction de l'entreprise ? Ou faut-il rendre davantage de contrôle aux membres eux-mêmes ? Après tout, les membres de la coopérative sont devenus de plus en plus affirmés et hautement instruits. 

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login