Agriphoto

intérieur Voer

Les sous-produits ouvrent la voie sur le marché du fourrage grossier

26 Octobre 2021 - Jurphaas Lugtenburg

La pression autour de la récolte de maïs commence à se calmer. Il n'y a pas une telle tendance dans la demande de sous-produits. Il y a des acheteurs pour l'herbe d'ensilage à condition que la qualité soit bonne. Le commerce du foin et de la paille, en revanche, est calme, comme d'habitude à cette époque de l'année.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

La récolte du maïs ensilage touche à sa fin. Dans le sud, le maïs est presque dans le trou. Au nord, il reste encore quelques parcelles de maïs semé tardivement et qui mûrissent difficilement. Les rendements semblent bons pour plusieurs commerçants, notamment dans le sud. La valeur nutritionnelle varie. Une partie du maïs a été coupée trop verte, ce qui se reflète clairement dans les résultats d'ensilage. Le Prix Indicatif DCA du bon maïs reste à 60 € la tonne. Mais à mesure que la récolte avance, les ventes diminuent fortement pour la plupart des commerçants.

Les sous-produits trouvent rapidement acheteur
Les drêches de brasserie, les pelures cuites à la vapeur, les fibres de pommes de terre pressées et les produits similaires se perdent facilement selon divers commerçants. La période de récolte relativement longue du maïs y contribue. Selon certains commerçants, la large diffusion signifie que cette année, du moins sur le plan émotionnel, des produits légèrement plus couvrants pour l'ensilage de maïs ont été fournis.

L’offre et la demande de sous-produits sont actuellement raisonnablement équilibrées. Non, vous n'êtes pas obligé de dire non, mais la demande est si grande qu'il n'est pas possible de commander aujourd'hui et de livrer demain auprès de la plupart des fournisseurs. Selon le produit, des délais d'attente d'une à deux semaines sont évoqués. Le Prix Indicatif DCA des drêches reste le même que la semaine dernière à 2,90 € par pour cent de matière sèche.

Il y a peu de commerce de pommes de terre fourragères. L'industrie est dans un bon marché et les pommes de terre qui ne conviennent pas aux frites, par exemple, disparaissent actuellement en flocons au lieu d'être fourrées. Les prix indiqués pour les pommes de terre fourragères sont d'environ 45 € la tonne.

La qualité de l'ensilage détermine la demande
Il existe un intérêt pour une bonne herbe à ensilage. Il n'y a certes pas beaucoup de monde, mais après quelques semaines très calmes, quelque chose se passe à nouveau. Les producteurs laitiers intensifs sont les principaux acheteurs. Les exigences de qualité sont élevées, les ensilages de moindre qualité ne sont pratiquement pas commercialisés. Le Prix Indicatif DCA pour l'ensilage est de 60 € la tonne.

Il n’y a pas beaucoup de commerce de foin et de paille. La plupart des éleveurs disposent d'un stock suffisant et ne ressentent pas le besoin de faire quoi que ce soit de plus en raison des prix relativement élevés. Les agriculteurs qui détiennent des stocks plus petits achètent, mais pas plus que quelques lots. Le prix indicatif DCA pour la paille de blé et d'orge est de 125 € la tonne. Pour le foin de prairie, le Prix Indicatif DCA est de 180 € la tonne. Pour le foin de graminées, les prix varient de 130 à 150 € la tonne selon la variété.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login