Limagrain

Présenté par Limagrain

« La meilleure protéine de notre propre pays »

29 Octobre 2021

En collaboration avec un agriculteur ou avec leur propre culture, de plus en plus d'éleveurs découvrent la féverole. Sans réglementation restrictive, la région connaîtrait une croissance beaucoup plus rapide, estime Nils van Straten de CAV Agrotheek. Féveroles sont la meilleure alternative au soja.

La féverole gagne régulièrement du terrain. Il y a quatre ans, il y avait moins de 300 hectares aux Pays-Bas, cette année, la superficie était de 1.500 10 hectares. Sur ce total, XNUMX % sont situés dans la zone de travail de CAV Agrotheek en Hollande du Nord. Le conseiller technique Nils van Straten de CAV Agrotheek s'attend à une poursuite de la croissance. Parce qu’il existe des opportunités aussi bien pour les éleveurs que pour les agriculteurs.

Alternative au soja
"Les féveroles sont tout à fait en phase avec notre époque. Pour les éleveurs, la culture de leurs propres protéagineux ou de cultures régionales devient de plus en plus importante. L'utilisation de soja importé est en discussion. En outre, il existe une demande croissante sur le marché pour des produits non agricoles. "Le soja OGM, ce qui le rend très cher", explique Van Straten. "Les haricots de grande culture sont la meilleure alternative. La qualité des protéines se rapproche le plus de celle du soja."

Récolte de repos
Les avantages sont également importants pour les agriculteurs. Van Straten : « Tout comme les céréales, vous pouvez utiliser les féveroles comme culture de repos. Les féveroles d'hiver et le blé d'hiver sont semés en automne et la période de récolte est également comparable. Les haricots s'enracinent profondément, ce qui est bon pour la structure du sol. " Bonus supplémentaire : la capacité des légumineuses à fixer l'azote de l'air. "Nous recommandons un maximum de 20 mètres cubes de lisier comme fertilisation de démarrage. Vous n'avez pas besoin d'azote supplémentaire. Cela vous laisse environ 60 kilos d'espace, que vous pouvez utiliser pour une autre culture. Et vous obtenez un bon approvisionnement ultérieur de 50 à 80 kilos d'azote pour la culture suivante." féveroles d'hiver répondent également aux exigences de verdissement.

Coopération entre agriculteurs et éleveurs
Du point de vue du rendement financier par hectare, le blé reste un concurrent sérieux. Surtout compte tenu des prix élevés des céréales de l’année dernière. On ne peut toutefois pas exclure que les haricots deviennent plus chers. Cela dépend du marché encore naissant des substituts de viande. Les producteurs de burgers végétariens et de saucisses végétales s'intéressent aux haricots (protéines), mais ce développement n'en est qu'à ses balbutiements.

Si la demande de l'industrie alimentaire se maintient, l'achat de féveroles deviendra trop coûteux pour les éleveurs, prédit Van Straten. Dans de nombreux cas, il est préférable pour eux de travailler directement avec un agriculteur. Cela arrive souvent dans la zone de travail du CAV Agrotheek, en Hollande du Nord. Van Straten : « L'échange de terres offre plus d'espace pour les pommes de terre ou les bulbes de fleurs. Les prairies de l'éleveur participent alors à la rotation. Cela inclut également l'agriculteur cultivant des féveroles pour l'éleveur. Cela devient alors une question d'attribution mutuelle. Bien sûr, un producteur veut un bon prix, mais il veut aussi louer à nouveau 20 hectares de terrain l'année prochaine.

Développez-vous
Une autre option consiste à cultiver vous-même des féveroles. "C'est plus intéressant du point de vue du prix de revient. Vous n'avez alors aucune concurrence avec la demande d'alimentation humaine." CAV Agrotheek soutient les éleveurs en leur proposant des conseils en matière de culture. Le conseiller constate que l'intérêt des producteurs laitiers augmente. En juillet, CAV Agrotheek et Limagrain ont organisé une après-midi thématique très fréquentée sur les féveroles dans un champ de démonstration à Slootdorp. Parmi la cinquantaine d’intéressés, la moitié étaient des éleveurs. Van Straten sait que les éleveurs considèrent les féveroles comme une option intéressante pour les protéines cultivées sur place et comme un substitut aux concentrés.

Le gouvernement devrait permettre une avancée décisive, estime-t-il. Les éleveurs ne peuvent pas facilement combiner les féveroles avec les règles de la dérogation. Celles-ci stipulent que 80 % de l’utilisation des terres sera constituée de prairies. "C'est incompréhensible", dit-il. "Le même gouvernement souhaite que la superficie des légumineuses augmente. Selon la Stratégie nationale des protéines du ministère de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire, l'objectif est de quintupler pour atteindre 100.000 2030 hectares d'ici XNUMX. Si vous le souhaitez tant , cela ne devrait pas être si difficile de créer les conditions nécessaires pour adapter la dérogation ?"

Vous voulez en savoir plus sur les féveroles ?
Lisez tout sur la culture et la valeur nutritionnelle dans notre livre blanc

Cette analyse de rentabilisation est alimentée par :
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login