Province de Groningue

Actualités Politique

Préoccupations majeures concernant l'approbation de la dérogation par Bruxelles

18 février 2022 -Linda van Eekeres - Commentaires 7

Il n'y a toujours pas de lumière à l'horizon dans les consultations entre les Pays-Bas et l'Union européenne sur l'extension de la dérogation. Henk Staghouwer, le ministre de l'Agriculture, affirme que ses préoccupations ne sont "certainement pas encore terminées. C'est un processus passionnant". Des discussions sur la dérogation ont lieu chaque semaine au niveau officiel et politique, mais le dossier n'a pas avancé. Le ministre sera de retour à Bruxelles lundi pour faire du lobbying. "Le moment où nous n'obtenons pas de dérogation maintenant, cela signifie un problème majeur pour le secteur agricole."

Le 7e programme d'action de la directive sur les nitrates (AP) a été jugé insatisfaisant par le comité des nitrates en décembre. En conséquence, l'octroi de la dérogation est remis en question. La ministre de l'Agriculture de l'époque, Carola Schouten (ChristenUnie), a plaidé à Bruxelles pour une flexibilité dans la procédure décisionnelle d'octroi de la dérogation, afin que la procédure puisse encore être achevée au deuxième trimestre 2022.

Le commissaire européen a indiqué qu'il était prêt à le faire et attend l'approche du nouveau cabinet. Le nouveau cabinet a annoncé en janvier qu'il adopterait mi-février un addendum à la 7e AP avec des mesures supplémentaires, afin de répondre aux objections de Bruxelles pour toujours bénéficier de la dérogation. C'est urgent. Passé le deuxième trimestre, les éleveurs peuvent encore y répondre par la fertilisation, du moins c'est l'idée. Si la prolongation n'est pas avant le troisième trimestre, la saison du fumier est déjà largement terminée.

De retour à Bruxelles lundi prochain
Lors d'un webinaire de LTO, auquel Staghouwer était présent mercredi après-midi (16 février) avec son collègue ministre de la Nature et de l'Azote, il a déclaré à propos de la dérogation : "C'est un processus vraiment passionnant. J'ai été à Bruxelles, j'ai eu des conversations là. Des discussions officielles sont toujours en cours, chaque semaine. Je serai de retour à Bruxelles lundi prochain. Bien sûr, je vais envoyer à nouveau le message : que nous avons actuellement besoin de la dérogation, également pour la transition du secteur agricole. n'obtenons pas de dérogation maintenant, cela signifie vraiment un très gros problème pour le secteur agricole."

Staghouwer poursuit : « J'ai déjà essayé d'en convaincre le commissaire européen Sinkevičius, mais nous avons vraiment un problème de plafond. Nous avons fait des propositions pour cela, dont nous discutons avec les responsables. Et je peux vous dire que ces discussions n'ont pas encore abouti à des résultats. C'est devenu une sorte de processus de négociation, en quelque sorte. l'élimination, dont on s'attend à pouvoir prendre des mesures robustes dans les dix prochaines années. Cela aura aussi des résultats au niveau de l'eau et cela améliorera vraiment les choses. Mais ils nous disent : « Voyons voir légalement. Nous voulons que cela soit très clairement exécutoire. " Et dans ce jeu, nous sommes en ce moment. "

Le ministre promet de sortir des pantoufles
Staghouwer n'est pas convaincu d'une fin heureuse. "Est-ce que mes soucis sont terminés? Non, ils ne sont certainement pas terminés. C'est une construction - et je n'entrerai pas dans le contenu - c'est vraiment à moi et aux responsables de faire de cette construction un succès. Je vous promets que je suis se déchaîner à Bruxelles pour obtenir cette dérogation pour la période à venir, mais c'est tout ce que je peux dire pour le moment."

Bruxelles veut moins de bétail aux Pays-Bas, confirme Staghouwer. "Ils veulent moins d'émissions, moins de lessivage, une meilleure qualité de l'eau. Si nous ne pouvons pas répondre à cela avec toutes sortes de mesures, alors nous avons vraiment un problème. Cela n'est bien sûr pas seulement dû à moins d'animaux, mais aussi à l'agriculture arable dans "Comment faites-vous pour les bandes tampons. Il faut simplement aller vers une meilleure qualité de l'eau." Le ministre n'envisage pas actuellement les droits des animaux. "Mais c'est dans ma tête. C'est dans la boîte à outils, mais ce n'est pas un problème pour le moment."    

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Linda van Eekeres

Linda van Eekeres est co-rédactrice en chef. Elle se concentre principalement sur les développements macro-économiques et l'influence de la politique sur le secteur agricole.

En savoir plus sur

Directive Nitrates
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 7
Abonné
cultivateur de plantes 18 février 2022
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/melk/artikel/10896752/great-zorgen-over-brusselse-approval-derogation]Préoccupations majeures concernant l'approbation par Bruxelles d'une dérogation [/url]
Dans le secteur maraîcher/cultures arables, il nous manque depuis longtemps une dérogation ! Personne ne semble vraiment s'en soucier.
Dérogation cultures arables et élevage, ou ni l'un ni l'autre. Mesurer avec 2 tailles n'est pas vendable
Abonné
Drent 18 février 2022
exactement un sélectionneur de plantes, la seule chose contre laquelle l'industrie de l'élevage s'oppose, c'est qu'elle doit enlever plus de fumier, donc elle coûte plus cher, elle ne se soucie pas du reste. Ensuite, je pense que vous voulez avoir plus de vaches, alors assumez les conséquences.
Abonné
cm 18 février 2022
L'introduction de cette qualité de l'eau avec des bandes tampons pour les cultures arables est déjà suggérée comme changement pour la dérogation pour l'élevage ; enfin pas de dérogation après tout, mais laissez l'élevage gagner la qualité de l'eau pour obtenir cette dérogation. Depuis combien d'années cela se fait-il déjà au détriment de l'agriculture arable ? Maintenant gagner pour lui-même en tant que secteur de l'élevage avec des mesures sur son propre site.
Abonné
tempête 18 février 2022
On parle entre autres de la qualité de l'eau. Ensuite, on mesure avec 2-3 mesures, que penser des rejets de trop-plein des égouts, ce n'est pas de cela qu'ils parlent ! tout ça sur le dos du secteur agricole... alors beaucoup plus de devoirs pour les fonctionnaires
Abonné
jk 18 février 2022
belle baisse cette dérogation. A été trop longtemps aux dépens de l'agriculture et de l'horticulture.
Abonné
Joep 18 février 2022
Oui, débarrassez-vous en, le marché va se redresser. Est beaucoup plus sain.
pensée logique 19 février 2022
Il suffit de supprimer la norme d'azote de la politique et d'engrais maximum. avec le phosphate, la limite pour le fumier animal est suffisante
Vous ne pouvez plus répondre.

Que font les prix actuels du lait ?

Voir et comparer
dans la comparaison des prix du lait

Actualités Pommes de terre

Des preuves tangibles pour la nouvelle date limite de récolte des pommes de terre

Actualités Législation

La législation allemande sur les nitrates réduit considérablement l'utilisation d'engrais

BB TV Jaap van Wenum

"L'agriculture calendaire doit être ajustée"

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login