Shutterstock

Actualités Melk

Le MTC annule une réunion mouvementée

20 Juin 2022 -Klaas van der Horst - Commentaires 24

La société belgo-néerlandaise de négoce de lait (MTC) a clôturé l'exercice 2021 avec une perte importante à la fin de la semaine dernière. Cela s'est produit lors d'une réunion mouvementée à Tilburg, au cours de laquelle une grande partie du conseil d'administration a également démissionné.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Ceci est rapporté par un groupe de membres mécontents (qui ont perdu en moyenne plus de 100.000 XNUMX € de dépôts) et est confirmé par le co-directeur Filip Tilleman et d'autres membres. Il ne souhaite toutefois pas faire de commentaires supplémentaires. Le réalisateur Dirk Coucke se dit également incapable de répondre.

Ambiance tendue
La réunion s'est déroulée dans une atmosphère extrêmement tendue, selon les personnes présentes. Un certain nombre d'agriculteurs ont fait venir des avocats et même un huissier. Ceux-ci ont essayé de vérifier qui était présent et qui avait donné procuration - apparemment parce qu'il n'y avait aucune certitude que tout se passerait bien avec les votes et les mandats. Toutefois, les avocats n'ont pas été autorisés à être présents lors du vote sur les comptes annuels. Ce vote n'a eu lieu que très tard dans la soirée. À ce moment-là, un certain nombre de participants numériques avaient abandonné depuis longtemps, notamment parce que la réunion était difficile à suivre à distance et que parfois même le seul microphone était éteint, explique une personne impliquée. 

Décision du soir
A deux heures et demie du matin, il était clair pour le conseil d'administration que les comptes pour 2021 pouvaient être clôturés et qu'une perte de 30 millions d'euros devait être constatée, selon les personnes présentes. Le résultat du vote aurait été de 55 % pour et 45 % contre. La quasi-totalité du conseil d'administration néerlandais et une partie du conseil d'administration belge ont également démissionné. Les opinions divergent quant au caractère réglementaire des décisions à cette époque. Selon Herman Overmars, aujourd'hui ancien directeur, le conseil d'administration néerlandais n'est pas non plus légal, car il n'est pas enregistré auprès de la Chambre de commerce. "Je l'ai découvert plus tard. Nous étions une fausse planche." Il estime également que l'assemblée annuelle de la semaine dernière n'était pas conforme au règlement, car elle s'est déroulée sur le territoire néerlandais et que cela est contraire aux statuts, dit-il. "De plus, le vote via Zoom n'est pas autorisé et les résultats du vote n'ont pas pu être vérifiés de manière indépendante."

Continuer à couvrir
Selon les personnes présentes, le conseil d'administration actuel souhaite continuer à plafonner les prix du lait entre 48 et 50 centimes. De nombreux membres ne considèrent plus cela comme une option. En partie parce que les pertes sont devenues trop importantes et en partie parce qu'ils estiment que les prix mentionnés sont trop bas par rapport aux coûts en forte augmentation.

Avocat impliqué
Les membres et ex-membres du MTC sont disposés à parler de leurs expériences avec le MTC, mais presque uniquement de manière anonyme. Ils ont honte de la situation dans laquelle ils se trouvent. "Nous pensions que nous participions à une organisation authentique et professionnelle, mais nous avons été induits en erreur. Cela s'explique en partie par le soutien du conseil d'administration de DLV. Tout a été fait sur la papeterie de DLV et certaines personnes y travaillent également. À notre avis, DLV est donc en partie responsable." Overmars appelle MTC « une pyramide ». "Comparez cela avec les swaps de taux d'intérêt. En attendant, Coucke ne souffre pas, car il collecte un demi-million par an auprès des courtiers. C'est réglé." Certains agriculteurs ont fait appel au cabinet d'avocats bruxellois CliffordChance pour demander réparation.

"Le conseil d'administration du MTC a pris toutes sortes de décisions. Mais nous ne savons pas clairement comment, sur quelles bases et avec quel mandat. En tout cas, ils ont agi différemment de ce qu'on nous a fait croire. Mais comment pouvons-nous vérifier cela ?" , a déclaré un membre. Selon les membres, il n’existe même pas de procès-verbaux des réunions du conseil d’administration.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login