Shutterstock

Analyse fourrage

Prix ​​subordonné à la disponibilité des aliments

11 Juillet 2023 - Jurphaas Lugtenburg

Les conditions de croissance modérées de l'herbe et du maïs incitent les éleveurs à vendre du fourrage frileux, même si la demande existe pour la même raison. Il y a donc une recherche diligente d'ajouts alternatifs à la ration, mais ceux-ci ne sont pas largement disponibles.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

La récolte de l'orge d'hiver est bien avancée et plusieurs négociants en fourrage ont déjà livré les chargements de paille d'orge nécessaires. Par rapport à la semaine dernière, le Prix Indicatif DCA subit une certaine pression, mais à 115 € la tonne, la paille d'orge reste assez chère. Le commerce de la paille de blé est actuellement moindre. Là, nous devons encore attendre un peu jusqu'à ce que les vendanges commencent réellement. Le Prix Indicatif DCA de la paille de blé de la récolte 2022 reste stable à 145 € la tonne. Le prix de la paille de blé devrait baisser de quelques dizaines d'euros dans les semaines à venir, mais on ne s'attend pas à une baisse importante autour de la récolte. Si le prix baisse trop ou si nous traversons une période de temps changeant autour de la récolte du blé, le broyeur sous la moissonneuse-batteuse pourrait devenir la solution pour les cultures arables, préviennent plusieurs initiés.

Le foin de semences de graminées arrive progressivement sur le marché. Il est encore un peu tôt. Le marché doit encore se développer, mais certains commerçants signalent que les éleveurs s'intéressent au foin de graines de graminées. Ici aussi, beaucoup dépendra de la météo lors de la récolte. Si la qualité est décevante en raison de pluie pendant la récolte, la demande pourrait tout simplement se tarir à nouveau. Le Prix Indicatif DCA pour le foin de graminées est de 145 € la tonne. A noter que le raai anglais n’est quasiment plus disponible.

Le maïs est difficile à obtenir
Le commerce de l’herbe à ensilage et du foin de prairie est limité. Il existe une demande, notamment pour l’herbe d’ensilage, mais l’offre est pratiquement inexistante. Et quand quelque chose devient disponible, cela passe souvent directement d’agriculteur à agriculteur, avec ou sans l’intermédiaire d’un entrepreneur local. Le Prix Indicatif DCA pour l'ensilage d'herbe reste stable à 105 € la tonne et pour le foin de prairie à 180 € la tonne. La demande de maïs ensilage est suffisante, mais s'approvisionner relève parfois de tout un art, selon les négociants en fourrage. Le prix indicatif DCA du maïs passe à 115 € la tonne.

En raison des prix relativement élevés du fourrage grossier, les sous-produits suscitent un intérêt relativement grand. En combinaison avec la paille fourragère, certains agriculteurs tentent d'économiser sur l'herbe et le maïs. Mais les éleveurs en quête de bonnes affaires seront déçus. L'offre de sous-produits est également limitée. Les produits à base de pommes de terre, en particulier, sont rares en raison des longues vacances estivales relativement précoces de l'industrie de transformation. Les pommes de terre fourragères ne sont plus disponibles du tout. Les drêches de bière sont mieux disponibles, mais appeler aujourd'hui et livrer demain n'est pas une option. Un délai d'attente d'une semaine et demie à deux semaines n'est pas surprenant. Le prix des drêches reste néanmoins inchangé à 3,80 € par % de matière sèche.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login