Shutterstock

Actualités Melk

La liquidité reste un défi pour les fermes laitières

7 mai 2024 - Wouter Job

Malgré l'augmentation des prix de paiement aux Pays-Bas, Rabobank appelle les producteurs laitiers à surveiller de près leurs liquidités. Dans sa dernière mise à jour trimestrielle, la banque indique qu'elle ne s'attend plus à des augmentations majeures, alors que les coûts d'élimination du fumier restent élevés.

La hausse des prix du lait ces derniers mois a « apporté un certain soulagement » aux exploitations laitières, mais il n'est pas vrai que les producteurs laitiers réalisent actuellement de grandes marges. Les prix des aliments pour animaux ont baissé, mais cette baisse est compensée par les coûts élevés d'élimination du fumier. D'autres défis concernant les coûts d'élimination du fumier continuent de se profiler, écrit la banque. Cette situation oblige les producteurs laitiers individuels à surveiller de près leur situation de liquidité.

Rabobank s'attend à ce que le prix du lait ne progresse pas beaucoup dans les mois à venir. De légères augmentations de prix sont encore possibles, comme cela a également été visible en mai à FrieslandCampina et Arla, entre autres. Bonus et primes compris, le prix du lait peut approcher les 50 € les 100 kilos. Les prix du lait sont également stables ailleurs dans le monde, aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande. La marge est si étroite pour les producteurs laitiers néo-zélandais que cela peut également y entraîner des problèmes de liquidités.

Approvisionnement en lait
Malgré les prix du lait plus élevés en Europe, l'offre de lait ne changera probablement pas de manière significative d'une année à l'autre. En effet, les producteurs laitiers d'autres pays sont également confrontés à l'incertitude quant aux futurs objectifs environnementaux et durables et à la pression sur leurs liquidités en raison du démarrage tardif de la saison, notent les analystes de la banque.

Par ailleurs, le démarrage de la saison de pâturage dans les pays européens a été retardé en raison des fortes précipitations de ce printemps. Aux Pays-Bas, Rabobank s'attend à un cheptel laitier plus petit, car le taux d'abattage au cours de la période récente a été supérieur à 6 % par rapport à l'année dernière.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Wouter Job

Wouter Baan est rédacteur en chef de Boerenbusiness. Il se concentre également sur les marchés des produits laitiers, du porc et de la viande. Il suit également les développements (commerciaux) au sein de l’agro-industrie et interviewe des PDG et des décideurs politiques.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Actualités Rabobank

Rabobank veut plus de force à son siège social

Analyse Rabobank

Bulletin Carbone Rabo fait une erreur avec un agriculteur

Actualités Chiffres annuels Rabobank

Les agriculteurs demandent encore moins de crédit à Rabobank

Interview Alex Datema

Sans durabilité, pas de financement chez Rabobank

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login