Shutterstock

Analyse Voer

L'humidité se fait sentir dans le commerce du fourrage grossier

28 mai 2024 -Alex Jurvillier

L'humidité continue de jouer des tours sur le marché du fourrage grossier. Et ce sera encore une fois le facteur le plus important du mois à venir. Qu’adviendra-t-il de la nouvelle récolte ?

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

En ce qui concerne le maïs ensilage, il semble que le marché commence à bouger. Surtout dans le nord et l'ouest, comme dans les zones de tourbières, les commerçants peuvent faire bon usage du maïs. Les vieux stocks commencent à s’épuiser, indique un initié. Cela peut être renforcé par l'humidité. Selon les experts, les producteurs laitiers gardent plus souvent leurs bovins dans des étables pour éviter d'endommager les pâturages. En conséquence, davantage de maïs ensilé est distribué. Les agriculteurs qui manquent de maïs achètent plus que ce qu’ils avaient initialement prévu. Le Prix Indicatif DCA passera donc cette semaine à 100 € la tonne, livrée gratuitement. 

En attendant, il reste encore beaucoup de maïs à semer pour la prochaine récolte. Il existe peu de possibilités de le faire, notamment le long des grands fleuves. Même si le temps devenait sec à partir de maintenant, il faudrait une semaine avant que l’on puisse même penser à aller aux champs avec le tracteur. Il est possible de semer du maïs début juin, mais pour obtenir un rendement décent, la météo doit coopérer pendant le reste de la saison.

Petite paille
Les prix de la paille de blé et d'orge restent inchangés à 150 € la tonne. Un initié rapporte que l’offre est un peu rare. La paille néerlandaise s'épuise et les agriculteurs français savent comment la facturer. La France est le fournisseur de paille cette saison. Normalement, l'Allemagne participerait également, mais en partie à cause de l'été humide, il y a eu plus de coupe et la qualité n'est pas toujours aussi bonne. Vers le début des vendanges - il faudra certainement encore un mois avant les premiers déplacements de moissonneuses-batteuses en France - les prix vont baisser. Pour l’heure, l’offre reste limitée.

Le foin de graines de graminées est difficile à trouver, selon un initié. Ici aussi, il faudra encore au moins un mois avant que les premiers raisins anglais soient battus. Les prix DCA restent les mêmes à 185 € par tonne lorsqu'ils sont disponibles. Pour le foin de pré, nous nous dirigeons vers la fin de saison. La météo doit coopérer pour la nouvelle récolte. Le Prix Indicatif DCA reste le même cette semaine à 200 € la tonne.

Le commerce de l’herbe d’ensilage varie considérablement selon les régions. Dans les zones les plus étendues, il n’y a pas beaucoup de commerce. Dans le sud, la demande d’herbe pouvant être nourrie directement est plus forte et les prix sont plus élevés. En moyenne, le Prix Indicatif DCA recule à 80 € la tonne.

Brosse à bière
En ce qui concerne les brosses à bière, les affaires se portent bien, rapporte un fournisseur du marché. La demande semble augmenter quelque peu et le temps d'attente augmente également quelque peu. Les choses évoluant, le prix indicatif du DCA reste le même, à 2,95 € le kilo. Durant ces mois, un stock se constituerait déjà ici et là. Celui qui voudrait encore cela devrait être un peu rapide.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login