À l'intérieur : Marché au fumier

Intermédiaire à fumier dans les fentes dues au printemps

30 mars 2017 - Réaction 1

C’est à nouveau une époque démodée pour les intermédiaires et les entrepreneurs en fumier. Le travail et les missions ne manquent pas, mais le temps manque.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Malgré le rythme élevé, de nombreux agriculteurs ont choisi de commander des engrais à la toute dernière minute. L’idée derrière cela est basée sur les problèmes rencontrés par les éleveurs. Cela concerne principalement les éleveurs dont les fosses sont pleines et qui souhaitent ensuite revendre leur fumier « à tout prix ».

La météo joue le rôle d'arbitre

Jusqu’à récemment, les éleveurs essayaient de limiter l’approvisionnement en fumier. Ceci dans l'espoir que les besoins des agriculteurs seront supérieurs à ceux de leurs fosses à fumier pleines. La météo joue ici le rôle d’arbitre. Cela détermine quel parti aura le côté le plus court du bâton.

Le marché se détend
En raison du temps printanier, les téléphones des intermédiaires et des entrepreneurs ne sonnent pas. Les agriculteurs ont pour credo : appeler aujourd'hui et livrer hier et les éleveurs appellent désormais en masse les intermédiaires pour faire enlever le fumier. L'approvisionnement en fumier arrive désormais un peu trop tard, rapportent les intermédiaires.

Matériel limité
Comme les années précédentes, l’équipement constitue désormais le facteur limitant. Cela signifie que certains entrepreneurs ne peuvent pas utiliser leur capacité maximale, ce qui est particulièrement ennuyeux. D’autant plus que le coup le plus dur a dû être porté sur l’agriculteur en quelques semaines seulement. Louer des voitures supplémentaires n'est pas la solution pour tout le monde, même si ce n'est que pour apprendre à un singe à ne pas grimper, comme on peut l'entendre dans les couloirs.

Il est prévu que les contributions aux collectes ne diminueront que légèrement ce printemps en raison des influences saisonnières. En outre, pour de nombreux éleveurs, la question sous-jacente demeure : « Qui va réellement collecter mon fumier ?

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login