Évaluation PBL des résultats

La lutte contre la fraude au fumier est la clé de la dérogation

30 mars 2017 - Wouter Job - Commentaires 11

La politique néerlandaise en matière de fumier n'est pas suffisamment efficace pour atteindre les objectifs convenus en matière d'eau de surface propre en Europe. C'est le résultat de l'évaluation PBL de la Loi sur les engrais. L'approche actuelle du problème du fumier atteint ses limites. Le fumier noir est considéré comme l'un des coupables.

La PBL, Agence néerlandaise d'évaluation environnementale, conclut que l'objectif de nitrate pour les eaux souterraines dans les zones sablonneuses est généralement atteint. Ceci en dépit du fait que les normes sont dépassées dans quelques sous-domaines.

Cependant, l'objectif pour le phosphore dans les eaux de surface, issu de la directive-cadre sur l'eau, n'est pas atteint. Au moins la moitié de toutes les mesures étaient incorrectes. Ceci est principalement dû à la pollution agricole. Les concentrations de nitrates dans l'eau, qui s'infiltrent sous les terres agricoles, ont considérablement diminué au cours des 10 dernières années. Cette baisse stagne désormais.

Moins d'animaux ne signifie pas immédiatement moins de fumier utilisé

Dérogation sur le projet
Les résultats du rapport menacent le maintien de la dérogation pour les taux d'utilisation du fumier. L'une des conditions de la dérogation est que la qualité de l'eau aux Pays-Bas montre une amélioration.

De Régime LU du plan de réduction des phosphates, qui a débuté en mars, vise à réduire le cheptel aux Pays-Bas. Ceci est fait pour rester en dessous du plafond de phosphate. C'est une autre condition de la dérogation. Logiquement, moins d'animaux signifie aussi moins de pression sur le marché des engrais. Cependant, moins de pression sur le marché des engrais ne signifie pas automatiquement qu'une amélioration de la qualité de l'eau est amorcée.

Si la dérogation expire avant 2018, les coûts d'élimination du fumier et d'achat d'engrais augmenteront d'environ 200 millions d'euros par an. C'est une somme énorme pour l'agriculture néerlandaise. Cela souligne une fois de plus l'importance de la dérogation pour les normes relatives au fumier. 

La lutte contre la fraude au fumier est la clé de la dérogation

Prévenir la fraude au fumier 
Afin de toujours atteindre l'objectif fixé, il est fait référence, entre autres, à l'approche de la fraude au fumier. Cette norme est toujours dépassée. Cependant, la moyenne n'était que de moins de 5 milligrammes de nitrate par litre d'eau souterraine. En effet, les objectifs de la Directive Européenne Nitrates sont atteints dans la quasi-totalité de la zone sableuse.

Les problèmes se situent principalement dans le sud des Pays-Bas. Là, le dépassement est toujours supérieur à 30 milligrammes de nitrate par litre. Une partie de cela est probablement causée par la fraude au fumier. Selon l'Agence néerlandaise d'évaluation environnementale, environ 10 % des entreprises à risque dépassent une ou plusieurs normes d'utilisation. Des niveaux très élevés de phosphate ont également été trouvés dans les échantillons de fumier.

L'objectif de nitrate pour les eaux souterraines peut être réalisable avec la politique actuelle sur le fumier. C'est ce que dit le Planbureau voor de Livability. La condition est que le gouvernement et le secteur agricole travaillent ensemble pour lutter contre la fraude au fumier. Le PBL vise également une personnalisation plus régionale. 

Le secrétaire d'État sortant Martijn van Dam commentera les conclusions plus tard dans l'année.  

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Wouter Job

Wouter Baan est rédacteur en chef de Boerenbusiness. Il se concentre également sur les marchés des produits laitiers, du porc et de la viande. Il suit également les développements (commerciaux) au sein de l’agro-industrie et interviewe des PDG et des décideurs politiques.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 11
Jean 30 mars 2017
Ceci est une réponse à cet article :
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/mest/ artikel/10873979/Aanpak-mestfraude-key-tot-behoud-van-derogatie-]La lutte contre la fraude au fumier est essentielle pour maintenir la dérogation[/url]
il suffit de donner aux entreprises qui répondent aux exigences l'espace qu'elles méritent. bons échantillons = plus d'espace utilisable.
Janvier 30 mars 2017
S'attaquer aux pollueurs plus contrôler l'élevage intensif pollueur majeur.
paul 31 mars 2017
Je suis favorable aux prélèvements d'eau au niveau de la parcelle. Les agriculteurs qui travaillent toujours proprement n'ont rien à craindre
Degré 31 mars 2017
S'attaquer aux fraudeurs agriculteurs et entrepreneurs afin qu'ils perdent tout
ne t'arrête pas plutôt
Il est obligatoire pour chaque agriculteur de faire prélever des échantillons de sol et de s'en servir comme base pour le placement d'engrais. Ensuite, les fraudeurs sont découverts.
Abonné
Thieu 31 mars 2017
Et encore la misère du fumier vient du sud.
Kees 31 mars 2017
passent leur temps à traquer les trafiquants de drogue qui déversent des déchets de drogue. dans la zone extérieure. et ne plus jouer au pete noir.
Jean 31 mars 2017
système en Belgique est parfait. Si vous voulez fertiliser plus, vous poignardez des échantillons et rejoignez la dérogation. si vous ne voulez plus fertiliser, alors vous ne le faites pas et vous utilisez les normes d'application standard.
Pietje 31 mars 2017
PAS l'agriculture est le principal coupable. Mais les égouts qui fuient dans les grandes villes polluent plus que l'agriculture, sinon comment le NMV peut-il mesurer les niveaux les plus élevés dans les eaux de surface dans les grandes villes.
La teneur en nitrates des eaux de surface est également plus élevée dans les réserves naturelles que dans les zones agricoles (aucun résidu de récolte n'y est évacué).
Mais trop de gauchistes verts travaillent au PBL.
Abonné
fortissimo 1 Avril 2017
Cela ressemble à un jeu politique. En jouant l'atout du fumier noir, on détourne l'attention du vrai débat, à savoir les problèmes autour des stations d'épuration et des grandes villes de la Randstad, qui peuvent également être étayés par des échantillonnages. En faisant maintenant ressortir la grande inconnue (à savoir le fumier noir), aucune justification factuelle n'est nécessaire. Après tout, l'illégalité ne peut pas être quantifiée. Problème résolu et focus déplacé.
mal 1 Avril 2017
dirais d'aller protéger les particuliers d'abord et c'est l'affaire de RVO et de NVWA.
qui est abusé, trouvez simplement un terrain où il n'y a pas de fumier et remplissez-le bien afin que vous puissiez mettre de l'argent dans votre propre poche pas trop de fumier pour que les particuliers ne sachent et ne comprennent rien à ce sujet et reçoivent également une allocation de l'entreprise.
Je pense qu'ils devraient s'attaquer durement à ces agriculteurs, d'abord le hamburger maintenant van dam, cela ne résout rien de trop triste pour les mots.
Piet 2 Avril 2017
S'attaquer durement aux fraudeurs pas de criminels avec leur fumier dans les zones excédantes Ils gâchent ça pour tout le monde Fermeture et lourdes amendes N'oubliez pas les intermédiaires Pire que les criminels de la drogue
Abonné
Kalf 2 Avril 2017
Qu'en est-il de la méga importation de veaux, qui donne aussi un surplus de fumier ? Dérogation bientôt sur la table.
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Actualités Mest

Une nouvelle coopérative d'agriculteurs conteste la réglementation sur le fumier

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login