Le secteur du fumier réagit

"La fraude au fumier n'est pas aussi importante que les rapports du NRC"

13 Novembre 2017 -Esther de Snoo - Commentaires 3

Ce week-end, le secteur du fumier a été surpris par l'article du NRC « The Manure Conspiracy ». Les marchands de fumier se reconnaissent en partie dans le tableau qui se dessine.

Les co-auteurs sont Bart-Jan van Zandwijk et Wouter Baan

la NRC publié samedi 11 novembre un article indiquant que 65 % des négociants en engrais du Brabant oriental et du Limbourg septentrional ne respectaient pas les règles ; ou soupçonné de le faire. La falsification du fumier serait systématique et ferait partie de la culture de ces régions. Non seulement les agriculteurs et les intermédiaires des engrais sont impliqués dans la fraude, mais aussi les comptables, les avocats et les financiers des engrais.

Pommes pourries
Le marchand de fumier Edwin Salomons à Hardenberg (Overijssel) pense qu'il y a certainement des brebis galeuses dans le monde du fumier. "Ils doivent être traités. Ils doivent être surveillés davantage et mieux." Néanmoins, il pense que le monde du fumier est mis en avant trop lourdement et négativement. Salomons appelle cela "absurde". Il ne veut pas commenter le comportement des autres. Il tient à préciser le pourcentage mentionné par le NRC : 65% des commerçants d'engrais auraient commis une infraction ou sont soupçonnés d'en avoir commis.

"On ne sait pas quelles violations sont incluses. Est-ce que des violations mineures relèvent également de cela, comme l'oubli d'une signature ou la commission d'une erreur administrative mineure ? Cela donne une mauvaise image. Ce ne sont pas seulement les intermédiaires, mais c'est aussi le gouvernement. les règles sont déroutantes et le contact avec le gouvernement est frustrant. Le blâme est rapidement transféré sur les intermédiaires, mais il y a aussi beaucoup à gagner du côté du gouvernement. Le gouvernement nous empêche de devenir une situation viable.

Ligne sur ligne
Gerard Oude Lenferink est un transformateur et transporteur de fumier à Fleringen (Overijssel) et dit qu'il ne se reconnaît pas dans le tableau que NRC a brossé. "Je remarque que les transformateurs ont du mal, car les agriculteurs peuvent vendre leur fumier par des voies alternatives, moins chères et parfois illégales." Il croit que le gouvernement empêche le secteur des engrais de bien faire son travail. "Le gouvernement empile ligne sur ligne et rend la tâche très difficile pour tout le monde. Le gouvernement devrait se remettre en question."

Gardien d'engrais Bergs
Jan Scherf du traitement du fumier Friesland à Walterswald critique le rôle de l'association professionnelle Cumela Nederland. Il n'est pas membre lui-même. "Cumela détruit beaucoup dans le monde du fumier. Il est typique que les membres du conseil d'administration soient également soupçonnés de fraude au fumier." Scherf dit également qu'il est un client du conseiller en livres sur les engrais Frank Bergs. Bergs est mentionné par le CNRC comme un pivot dans le monde de la fraude au fumier.

Wout Houbraken est un transformateur de fumier à Bergeijk (Brabant du Nord) dit que si la province autorise plus de traitement du fumier, il n'y a pas besoin d'être frauduleux. « Les agriculteurs sont obligés de traiter le fumier, mais le gouvernement provincial interdit que davantage de capacité soit construite. Si les agriculteurs ont la possibilité de résoudre le problème du fumier, alors il n'est pas nécessaire qu'il en soit ainsi.

NVWA doit agir plus fort
Un transporteur de fumier d'en haut des rivières, qui préfère rester anonyme, estime que la fraude se déroule principalement en aval des rivières. Il est connu dans le secteur depuis bien plus longtemps que des échantillons et des cargaisons sont trichés ici et là, malgré les avertissements de Cumela. Le gouvernement en est également conscient, mais il ignore les signaux. Selon ce transporteur, le problème ne peut être résolu que si les brebis galeuses sont éliminées et que la NVWA agit avec fermeté.

Selon le transporteur, une amende comme punition ne fonctionne pas toujours. Une amende est parfois inférieure aux gains. Selon lui, il vaut mieux révoquer la licence d'engrais d'un transformateur d'engrais pendant un an. "Peut-être même pendant l'enquête, lorsqu'il y a des indices clairs. Les automobilistes qui se sont fait prendre trop souvent avec de l'alcool se verront également interdire de conduire." Selon le transporteur, les bien intentionnés du secteur des engrais bénéficieront d'une politique d'application stricte.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

En savoir plus sur

Fraude au fumierCNRC
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 3
andré vw 13 Novembre 2017
Ceci est une réponse à cet article :
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/mest/artikel/10876543/mestfraude-is-not-zo-groot-als-nrc-meldt][/url]
Les marchands de fumier se reconnaissent en partie dans le tableau qui se dessine.
Cette réponse en dit assez en elle-même.
Gerda Fier 14 Novembre 2017
Pourquoi au-dessus des rivières. Le pointage du doigt a recommencé ! Le gouvernement a du gros mais gros beurre sur la tête. Traitement du fumier, Oui, un appel du gouvernement depuis plus de 20 ans. Mais ce sont eux qui ne coopèrent pas aux développements. Pourquoi parce que le commerce des engrais a un meilleur lobby que nous de l'agriculture. Vous voyez le traitement du fumier partout en Europe ! Aux Pays-Bas, ce n'est pas possible parce que les politiciens ont peur d'être associés aux développements agricoles. De nombreux partis politiques sont désespérés par l'évolution de l'alimentation aux Pays-Bas. Alors qu'on travaillait dans la crise et qu'ils en parlent sur leur peluche. Qui a rempli le proverbial trésor public ces dernières années !
Janvier 14 Novembre 2017
Le traitement du fumier doit venir de l'action pov
croessel 14 Novembre 2017
peut-être une astuce pour le juge que tous les agriculteurs court-circuitent, peut-être d'abord prendre les fraudeurs du fumier les droits de phosphate et ensuite rendre le verdict avec plus de connaissances. comment le secteur veut-il être transparent et en même temps ruiner l'affaire
Vous ne pouvez plus répondre.

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Actualités Mest

Une nouvelle coopérative d'agriculteurs conteste la réglementation sur le fumier

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login