À l'intérieur : Marché au fumier

Les ventes d'engrais démarrent tardivement

16 Avril 2018 -Anne Jan Doorn

En raison du démarrage lent de la saison, il n'y a pas eu une grande demande d'engrais pour le moment. Une demande supplémentaire d'engrais peut survenir car, dans un certain nombre de cas, l'épandage de fumier animal n'est plus possible. Qu'est-ce que cela fait aux prix?

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

La demande supplémentaire d’engrais est principalement due au court laps de temps restant pour épandre le fumier. Par exemple, le blé d'hiver est peut-être maintenant trop développé pour y épandre du lisier. Il faut également de la patience pour attendre que le sol soit suffisamment résistant pour appliquer du fumier avant de planter des pommes de terre. 

La fin du printemps amène les agriculteurs à reporter leurs travaux de printemps, ce qui retarde également l'achat d'engrais. De nombreux agriculteurs ont constitué très tôt un stock d’engrais. En conséquence, la demande des commerçants était déjà forte en début d’année.

Des enjeux réduits
Si certains commerçants parlent d’une baisse des prix des engrais, d’autres contredisent fortement cette affirmation. C'est une loi qui veut que les prix soient plus bas au début de la saison qu'à la fin de l'ancienne saison. Selon les commerçants, il est donc encore trop tôt pour une baisse des prix.

16

€/100 kg

est payé pour l'uranium (30%N) à la mi-avril

L’année dernière à la même époque, le prix des engrais avait déjà été légèrement réduit pour réduire les stocks. Le commerce est actuellement plus confiant. Pour le KAS (chaux et nitrate d'ammonium), entre 19,50 € et 21 € les 100 kilos sont payés mi-avril, selon le fournisseur. Concernant l'urée (30% d'azote), environ 16 € sont payés pour 100 kilos. Une augmentation par rapport à un mois plus tôt, où environ 15,50 € les 100 kilos étaient payés. Ces prix n'incluent pas les frais de transport.

Stabilisation internationale
Sur les marchés internationaux, les prix de l'azote, du phosphate et de la potasse augmentent depuis longtemps. Cependant, une stabilisation est désormais visible. Les prix de l’azote, en particulier, fléchissent après une forte hausse. L’azote a longtemps été le principal facteur de hausse des prix. Le prix moyen de l’azote pour 2017 a augmenté de 10 % par rapport à 2016.

Les commerçants remarquent une demande croissante d’engrais plus spécialement formulés et à libération retardée. En effet, ces engrais peuvent économiser du travail et avoir un meilleur profil environnemental grâce à la libération retardée de l'azote.

Bien que les prix du KAS augmentent, ils ne sont pas extrêmement élevés.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login