Analyse Excédent de fumier

Que faire de tout ce fumier de porc ?

28 mai 2018 - Wouter Job - Commentaires 10

Il devrait être clair qu'il y a un excédent de fumier de porc aux Pays-Bas ce printemps. Les frais de collecte sont exorbitants et constituent donc une pierre angulaire pour de nombreux éleveurs de porcs. Existe-t-il des solutions à la situation désastreuse du marché des engrais ?

Les contributions de collecte pour le lisier de porc diminuent généralement au printemps. Cette année, cependant, un mouvement inverse est visible : la redevance de collecte pour 1 mètre cube de lisier de porc dans le sud des Pays-Bas est désormais passée à plus de 25 € et la tendance est en hausse. Jamais les éleveurs de porcs n'ont payé autant à cette période de l'année.

Fini un tiers de moins
Joop van Leijsen, entrepreneur agricole et intermédiaire de fumier, estime que les agriculteurs de grandes cultures ont acheté environ 33 % de fumier de porc en moins ce printemps que les autres années. « Cela n'a rien à voir avec l'acceptation (cultures arables) du fumier de porc, mais est purement le résultat du sous-sol (trop) humide en raison des fortes pluies de cette fin de printemps. Les ventes de fumier aux Pays-Bas sont carrément décevantes », déclare van Leijsen. Des problèmes surgissent immédiatement sur le marché des engrais, car il n'y a pas de « plan B ».

Moins d'animaux peuvent offrir la solution

Selon Van Leijsen, le traitement du fumier n'extrait pas de volumes du marché ; en ce sens que l'azote (N) reste aux Pays-Bas, tandis que le phosphate (P) est exporté plus souvent. C'est parce que la loi est établie de cette façon. Une solution possible à ce problème consiste à augmenter la norme d'azote de chaque entreprise pour les agriculteurs de grandes cultures. "Maintenant, les agriculteurs des grandes cultures n'ont souvent plus d'espace d'azote après la première récolte."

Cependant, la question est de savoir si le ministère de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire considère une augmentation de l'azote comme une solution. Une telle mesure risque de décevoir l'opinion publique. Toute la question du fumier est si compliquée qu'il est presque impossible de l'expliquer. "Les agriculteurs et les citoyens ne se comprennent plus sur ce point." Moins d'animaux pourrait aussi être une solution, même si cette mesure n'est pas appréciée des agriculteurs.

Incidemment, selon Van Leijsen, les éleveurs de porcs ne sont pas le croque-mitaine dans la discussion sur le fumier. En termes de volume, il y a plus de fumier bovin en circulation ; le secteur porcin a également mis les bouchées doubles avec le traitement du fumier. "Cependant, la météo a été défavorable et les ventes échouent."

Fosses à fumier pleines, porcheries vides
Un intermédiaire en fumier du Brabant, qui ne souhaite pas être cité nommément, n'a jamais connu la surproduction actuelle. Il estime que les frais de collecte approcheront les 30 € par mètre cube à court terme, même si cela ne résout pas le problème. Les porcheries se videront probablement aussi, car les puits se remplissent. C'est parfois déjà le cas. L'intermédiaire plaide donc pour un allongement de la saison d'épandage cet automne, afin de donner un peu d'air au surplus de fumier.

Accéder à de nouveaux marchés de vente
"Il y a en effet des signes que la vente de fumier dans le sud des Pays-Bas a connu un retard important", confirme Hans Verkerk, secrétaire de la distribution d'engrais chez Cumela Nederland (l'association professionnelle des intermédiaires en fumier). "En plus du printemps humide, la baisse ventes de fumier à l'Allemagne une cause du problème."

Selon Verkerk, les Pays-Bas devront chercher d'autres marchés ; bien que cela ne soit pas réglé en quelques semaines. Par coïncidence, il part cette semaine en mission engrais en République tchèque avec un certain nombre d'intermédiaires engrais, pour savoir s'il y a les opportunités se trouvent† "J'espère que le voyage sera payant."

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'un tel problème de fumier se pose. Selon Verkerk, il y avait des «bouchons à fumier» comparables sur le marché en 2001 et 2007. Verkerk s'attend à ce que l'excédent dure jusqu'au printemps 2019. "Nous devons espérer que le printemps arrivera au début de l'année prochaine, afin qu'il puisse y avoir beaucoup de propagation." Le problème peut donc être résolu simplement en quelques semaines, nuance Verkerk.

Prolonger la saison de sortie ne résout pas le problème 

Prolonger la saison de conduite ?
Une prolongation de la saison équestre n'est pas (encore) à l'ordre du jour cet automne, selon Verkerk ; de plus, le président de Cumela n'y voit pas une solution au problème. "Vous ne vous débarrasserez probablement pas de l'arriéré dans ces quelques semaines supplémentaires." Cumela se concentre donc principalement sur l'information des membres, en vue de savoir comment stocker temporairement le surplus de fumier pendant l'hiver à venir. 

Dans le cadre du sixième programme d'action de la directive nitrates, la saison d'épandage des déjections animales sur les terres arables en 2019 est du 15 février au 15 septembre. À partir de l'année prochaine, il y aura donc plus de temps pour épandre du fumier, Verkerk regarde déjà vers l'avenir. Selon l'intermédiaire anonyme du fumier brabançon, c'est bon pour plus tard, mais cela ne résoudra pas le surplus de fumier à court terme.  

Devenir abonné
Souhaitez-vous être tenu informé de manière optimale chaque semaine sur l'évolution du marché du lisier, y compris les contributions de collecte DCA pour les lisiers de porc, de bovin et de volaille ? Ensuite, prenez un marché des engraisabonnement pour seulement 9,50 € par mois.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Wouter Job

Wouter Baan est rédacteur en chef de Boerenbusiness. Il se concentre également sur les marchés des produits laitiers, du porc et de la viande. Il suit également les développements (commerciaux) au sein de l’agro-industrie et interviewe des PDG et des décideurs politiques.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 10
ae 28 mai 2018
Ceci est une réponse à cet article :
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/mest/artikel/10878679/que-faire-avec-tout-ce-fumier-de-porc][/url]
Dans le sud, en supprimant les limites sur les droits des porcs, il y a une augmentation de 500.000 XNUMX têtes et moins de terres agricoles chaque année. bien.....
Jean 28 mai 2018
Le problème n'est pas si grave dans le sud. Dans l'est du pays c'est la catastrophe avec la vente du fumier car il n'y a pratiquement pas de transformation.
Geert 29 mai 2018
Il y a tout simplement trop de fumier et de bétail dans notre pays. La police? et la société n'en veut plus. Un petit revers de météo ou d'exportation fait immédiatement dérailler les prix. Schouten prévoit de réduire la population porcine cet été. Retirer les droits des porcs du marché. POV doit prendre le contrôle de cela. C'est inévitable de toute façon. La réduction des effectifs est la seule solution. Le traitement ne décolle pas ou coûte trop cher.
Harry 29 mai 2018
les 500.000 XNUMX supplémentaires sont un non-sens, c'est la méthode de CBS qui alloue les droits à l'emplacement principal, donc tous les porcs du « peuple brabançon » qui se trouvent à des endroits hors du Brabant sont sur papier en Brabant.
Et le fait que la transformation ne décolle pas n'est pas dû au fait qu'elle est chère, mais à des fauteurs de troubles notoires qui n'ont qu'un seul but et qui est, en tout cas, de réduire le cheptel.
Gérard 29 mai 2018
Achetez des droits en masse et retirez-les du marché. Aucun agriculteur ne profite des 12 millions de porcs aux Pays-Bas. L'argument selon lequel les droits deviennent alors chers n'est positif que pour les restants. Ceux qui ont encore trop peu de droits dans le cadre de leur entreprise pourraient également vouloir arrêter. Après tout, les entreprises en bonne santé ont eu de nombreuses opportunités.
xx 29 mai 2018
Enfin quelqu'un qui comprend.
Garder ces 12 millions de porcs à Ned avec beaucoup d'ingéniosité avec des épurateurs d'air coûteux et le traitement du fumier ne durera pas.
Frits 29 mai 2018
Ce n'est pas ce que veulent les gros fermiers qui s'occupent du pov.
Oncle Joop 2 Juin 2018
Alors achetez du phosphate de porc et convertissez-le en phosphate de bétail. Et n'autoriser cela que pour les entreprises basées à terre, cela réduit la pression sur le marché du fumier, il y a un assainissement à chaud lors des arrêts chez les éleveurs de porcs et les éleveurs laitiers peuvent continuer.
Abonné
info 3 Juin 2018
Convertir le phosphate de porc en bétail n'est certainement pas une option 1 vache c'est 40 kg de phosphate et 1 porc c'est environ 5 kg de production de phosphate par an, donc 8 porcs pour 1 vache mais 1 vache c'est 27 m3 de fumier et 8 porcs c'est 7 m3 de fumier, donc 20 m3 de fumier supplémentaire sont traités et/ou stockés. Si on regarde maintenant le prix, ça ne marche pas non plus, parce qu'alors on va perdre 20 x 20 (euro par m3), soit 400 euros de plus par an, ce qui ne me semble pas intéressant.
Mester 3 Juin 2018
Si 1 cochon bon alors fait 1000€ j'en ai 6500 à vendre
HT 28 Juillet 2018
Vous aviez l'habitude d'avoir un risque entrepreneurial, aujourd'hui les entrepreneurs pensent qu'ils peuvent recevoir de l'argent partout, est-ce trop sec, ou trop humide, trop chaud, la peste porcine éclate et nous ne pouvons rien gagner pendant un moment, nous demandons juste au gouvernement Nous ne sommes souvent dépendants que d'une source d'argent alors qu'elle était autrefois beaucoup plus répandue.
Ils avaient des cochons, des poulets, des terres arables et des vaches et l'argent venait de quelque part. S'il y a un revers, tout le monde se dresse sur ses pattes arrière !
Et en expansion, des 20.000 40.000 porcs qui ont été brûlés en Gueldre l'année dernière, ils demandent maintenant un permis pour XNUMX XNUMX porcs !
Personne ne peut approuver ça !! Que faisons-nous tous ensemble ?
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login