Shutterstock

Opinie Anne-Jan Doorn

La technologie sauvera-t-elle l'agriculture ?

26 Novembre 2019 -Anne Jan Doorn - Commentaires 3

De grandes promesses sont faites par les fabricants de machines et les entreprises technologiques. Des données, des capteurs, des panneaux solaires, des techniques intelligentes et même des machines qui produisent du lait. Elle doit sauver l'agriculture. Un avenir doré se profile à l'horizon. Mais ces promesses sont-elles vraiment si réalistes ?

J'entends sous différents angles qu'il y a aussi des limites à cet optimisme technologique illimité. Il suffit de prendre les limites des ressources nécessaires pour toutes ces techniques. Il devient de plus en plus clair qu'il y a une pénurie d'énergie et de métaux qui sont essentiels pour une grande partie de l'équipement électrique.

Ceux-ci comprennent le nickel, le cobalt et le lithium. Il semble y avoir une pénurie dans les 10 prochaines années. Pas nécessairement parce que la matière première s'épuise, mais parce qu'il faut répondre à une énorme demande. Ces métaux ne sont pas seulement nécessaires pour les futurs tracteurs et machines électriques, mais aussi pour les panneaux solaires, les éoliennes et autres équipements.

plus de problèmes
Mais bon, c'est probablement quelque chose auquel les techniciens intelligents pensent. Cependant, il y a plus de problèmes. Les nouvelles solutions de données et de cloud semblent également avoir des côtés moins positifs. Ceci est évident à partir d'un article de Nature que la consommation énergétique des centres de données augmente fortement. La consommation énergétique de ces centres de données est déjà aussi importante que la consommation de la flotte aérienne mondiale.

Plus près de chez nous (aux Pays-Bas), ces centres de données consomment 3 fois plus d'énergie que les Nederlandse Spoorwegen (NS). On s'attend à ce que la consommation d'énergie augmente fortement dans les années à venir. Une telle chose peut également devenir une limite à la croissance effrénée des gadgets techniques. Et ce n'est pas quelque chose auquel je pense, car il y a aussi des inquiétudes à ce sujet au sein de l'Université de Wageningen (WUR), par exemple. 

Dépendance vis-à-vis des fournisseurs
De plus, toute cette technologie rend les agriculteurs de plus en plus dépendants des fournisseurs, alors que je crois que c'est dans les gènes de l'agriculteur qu'il veuille être indépendant. Dans le passé, un tracteur pouvait en grande partie être réparé par vous-même ou par l'entreprise de mécanisation du village. Maintenant, cela dépend de plus en plus de fournisseurs éloignés de nous. Il existe également un risque potentiel que les données soient d'une manière ou d'une autre en mains vient de personnes dont nous ne connaissons même pas l'existence.

Je trouve aussi d'autres évolutions technologiques carrément particulières. Par exemple, la technologie devrait remplacer les vaches† Cela devrait être plus efficace et aussi plus sain. Est-ce que cela serait? Les champs solaires devraient maintenir l'approvisionnement en énergie aux normes et devraient donner aux agriculteurs des montagnes dorées. Cependant, cela profite-t-il vraiment au secteur agricole à long terme ? Cela ne fait-il pas grimper le prix des terrains, et ces panneaux solaires ne deviendront-ils pas à terme l'amiante de 2050 ? En bref : ne devrions-nous pas d'abord essayer de réduire la consommation d'énergie ?

Plaisir?
En fait, je me demande si l'optimisme technologique prêché est réellement si bénéfique pour l'agriculteur. C'est peut-être une question idiote dans la société d'efficacité d'aujourd'hui, mais cela améliore-t-il le plaisir des agriculteurs de leur travail ? Oui, peut-être pour les diplômés agrotechnologiques de Wageningen. Et aussi pour la partie des agriculteurs qui est très technique. Dans une large mesure, cependant, je pense que c'est simplement une source de frustration.

Je me demande si nous sommes tous réellement satisfaits du flux de nouvelles innovations, ce que beaucoup de gens (à mon avis) ne demandent pas. N'est-ce pas simplement la loi de Say, qui stipule que chaque offre crée sa propre demande ? En d'autres termes : tant que nous proposons quelque chose de nouveau, les gens l'achèteront ? Le désir de plus et de mieux n'est-il pas utilisé avec maestria ? Peut-être le dicton de l'Union agricole néerlandaise n'est-il pas si étrange : « Assez, c'est mieux ».

Anne-Jan Doorn

Anne Jan Doorn travaille comme experte en agriculture depuis janvier 2018 Boerenbusiness† Entre autres choses, il écrit sur les différents marchés de l'agriculture arable et se concentre également sur le marché de la terre et de l'énergie.
commentaires
Commentaires 3
jan 27 Novembre 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/column/10884760/gaat-technologie-de-landbouw-redden]La technologie va-t-elle sauver l'agriculture ? [/URL]
Anne-Jan tu as mis le doigt sur la tête.
aussi agriculteur 28 Novembre 2019
n'a-t-il pas peur de quelque chose que vous ne savez pas "ce que le fermier ne sait pas, il ne mange pas" comme avec les premiers tracteurs et là devant la machine à vapeur. Les nouvelles techniques remplaceront probablement à terme la chimie.
jpkievit 28 Novembre 2019
Problème d'azote résolu en faisant produire de l'électricité par l'énergie nucléaire, voir France
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login