Gouvernement national

Actualités L'azote

L'Adema ne regrette pas de partager ses inquiétudes sur la dérogation

24 janvier 2023 -Linda van Eekeres - Commentaires 6

La Commission européenne avait déjà tiré la sonnette d'alarme auprès du ministre de l'Agriculture Piet Adema sur son année de transition pour les nouvelles conditions dérogatoires. L'Adema regrette désormais de ne pas partager ces inquiétudes, écrit-il aujourd'hui (24 janvier) dans une lettre au parlement. "Rétrospectivement, je pense que j'aurais dû donner à votre Assemblée un signal supplémentaire concernant les préoccupations du commissaire européen, y compris les mesures que je prenais pour répondre aux préoccupations de la Commission européenne (CE). Je le regrette."

Le ministre a aussi la lettre de Virginius Sinkevicius publié. Inhabituel, mais c'était déjà dans la rue de toute façon. Dans la lettre du 19 décembre (un jour avant que la Chambre ne discute de dérogation avec l'Adema), le commissaire européen écrit que si les Pays-Bas ne respectent pas les conditions de dérogation convenues, y compris le délai, ils ne peuvent plus invoquer l'épandage de fumier au-dessus de 170 kilo N/ha comme indiqué dans la directive sur les nitrates. "Au vu des signaux de la Commission européenne (CE), j'ai naturellement immédiatement commencé à étudier quelle accélération des mesures concernant les bandes tampons et les cultures dérobées pourrait être faite. Tout visait à maintenir la dérogation pour le secteur agricole", a déclaré aujourd'hui l'Adema. dans la lettre.

clarté
Le 8 décembre 2022, la Commission européenne faisait déjà savoir à l'Adema qu'elle était surprise par le contenu de sa lettre du 2 décembre, dans laquelle il évoquait une période de transition et une année de transition. Par la suite, il y a eu une discussion avec le comité au niveau officiel. Adema : "Sur la base des résultats de la réunion officielle du 14 décembre, j'ai supposé qu'une réunion de fond pourrait se tenir avec le CE en janvier 2023 pour fournir une justification supplémentaire de la ligne choisie. À ce moment-là, je m'attendais à ce que nous serions capable de convaincre le CE de la ligne telle qu'elle est déployée."

Le commissaire européen a adressé un courrier à l'Adema le 19 décembre. "Je n'ai pu prendre connaissance de cette lettre qu'après le débat de deux minutes du 20 décembre 2022", précise l'Adema. Après des contacts répétés au niveau officiel, l'Adema est parvenue à la conclusion la semaine dernière qu'il avait reculé. "La CE ne donne jamais d'approbation explicite à l'avance et à 100% de certitude. Le soir du 19 janvier dernier, j'ai conclu que j'avais obtenu le maximum de clarté possible à ce moment-là sur la base des discussions officielles tenues avec la CE."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Linda van Eekeres

Linda van Eekeres est co-rédactrice en chef. Elle se concentre principalement sur les développements macro-économiques et l'influence de la politique sur le secteur agricole.

En savoir plus sur

Dossier Crise de l'azote
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 6
Abonné
Jupe 24 janvier 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikel/10902617/adema-betreutt-niet-delen-van-zorgen-over-derogatie]Adema regrette de ne pas partager ses préoccupations concernant la dérogation[/url]
Dites simplement "désolé" et nous passerons à autre chose...
Abonné
brrr 24 janvier 2023
Ou la virgule est-elle parfois oubliée après « L'Adema ne regrette pas » ?
Abonné
jk 24 janvier 2023
et pourtant je pense que nous ne l'avons même pas eu mal avec le souffle. Cet homme essaie d'en faire quelque chose, contrairement à ses nombreux prédécesseurs qui étaient plus soucieux de démolir
Abonné
Zélande 24 janvier 2023
Il y a encore beaucoup de pommes pourries dans la caisse. Chaque fois qu'ils ont eu des consultations avec l'UE, ils enverront une lettre plus tard ce qu'ils en pensent. Je crois qu'ils demandent un soutien pour leur politique de réduction de N, D66 appelle tous les jours/semaines avec ses anciens collègues de l'UE.
Ce qu'il faut faire maintenant : le secteur veille à ce que l'accaparement des terres cesse, pas de zone tampon pour la fertilisation là où les normes sont atteintes dans les eaux de surface, mais une zone tampon pour la protection chimique des cultures. Et c'est tout.Demandez les échantillons d'eau en tant qu'organisation et évaluez si le rapport à Bruxelles était correct. Les gens de LNV travaillent avec des méthodes particulières de déclaration.
Abonné
Louis-Pascal de Geer 24 janvier 2023
Om echt verder te kunnen komen moet iedereen die aan de onderhandelingstafel zit weten wat hun krachten zijn, maar ook waar de zwakke punten liggen, pas dan kan de kracht worden gebruikt en de zwakheden worden geneutraliseerd door het overleggen en het bekijken hóe het beste verder te aller. Les entrepreneurs agricoles (agriculteurs) ont longtemps eu du mal parce qu'ils ne sont toujours pas vraiment assis à la table sociale alors qu'ils assurent la production alimentaire. De plus, ils ne reçoivent pas assez d'orientation et d'aide de la part de l'enseignement et de la recherche agricoles pour se sentir réellement intégrés à la société. Parce que le gouvernement, en particulier, n'arrive pas à mettre sur la table un plan politique, rien n'est jamais vraiment construit ou achevé. Quelles sont les recommandations de Wageningen, TNO-Delft, des coopératives agricoles, etc. ? Est-ce que quelqu'un sait ou les règles sont adoptées indistinctement depuis Bruxelles ? QUELLES SONT LES MEILLEURES SOLUTIONS ?????
Abonné
sefO 25 janvier 2023
Ce que je regrette, c'est qu'on ait connu l'Adema.
Il n'y a rien de mal à cela, les chiffres tirés du pouce ne sont pas non plus envisageables, y compris une délégation lourde à Bruxelles, bien sûr sans le ministre de l'agriculture, là encore l'Adema n'a pas vraiment écouté attentivement et à chaque fois "les agriculteurs sont la bite" et la populace attardée reste savoureuse asseyez-vous et mentez et trichez tranquillement et notre parti paysan d'antan CDA pense que tout va bien
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Fond fumier

La dérogation a pris fin sous la pression de Timmermans

Fond Humeur azotée

Les projets ministériels de l'Omtzigt s'annoncent après le débat sur l'agriculture

Fond Humeur azotée

Le règne de l’ombre longue provoque de l’irritation et de la grogne

Fond Humeur azotée

L’orientation mission du Rutte IV battu

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login