Producteurs de protéines aux Pays-Bas

Interview Henk Janknegt

"La demande doit rendre l'agriculture protéique pérenne"

16 Augustus 2023 -Linda van Eekeres - Commentaires 7

L'Union européenne veut devenir autosuffisante en cultures riches en protéines, telles que le soja et les haricots rouges. Mais nous n'en sommes pas encore là. Les producteurs de cultures riches en protéines destinées à la consommation humaine se sont regroupés au sein de l'organisation de producteurs Eiwitboeren van Nederland. Désormais, il existe également un logo pour les haricots cultivés sur place, afin qu'ils deviennent reconnaissables pour le consommateur. Les recherches menées par l'organisation de producteurs montrent que la moitié des consommateurs sont davantage motivés pour acheter un produit s'ils savent qu'il est fabriqué à partir de protéines végétales cultivées aux Pays-Bas.

Plus de 65 entrepreneurs agricoles sont affiliés à Eiwitboeren van Nederland, l'une des 56 organisations impliquées dans le Green Deal national pour les cultures riches en protéines (une élaboration de la stratégie nationale des protéines). L'organisation de producteurs existe depuis mai de l'année dernière. Les protéagineux utilisés sont les féveroles, le lupin, le soja et les pois chiches, ainsi que les haricots bruns et blancs. "Il y a une très grande diversité, bien plus que vous ne le pensez au départ", déclare Henk Janknegt, président d'Eiwitboeren.

Les haricots donnent moins que le blé
Il cultive lui-même des féveroles dans le Flevopolder, car « le lupin ne pousse pas sur les jeunes sols marins calcaires, ce qui est plus courant dans la Betuwe, sur des sols à faible teneur en calcium ». Janknegt a aussi du blé. Selon lui, l'équilibre des féveroles par rapport au blé est « sous-performant ». « Le bilan est insuffisant : haricots 6 tonnes par hectare pour 350 € la tonne contre 10 tonnes de blé pour 250 € la tonne. C'est là que réside le mal. Maintenant, le prix du blé est un peu plus bas et la différence est moindre, mais la culture le risque de féveroles est également un peu plus élevé, plus de risques de maladies et de ravageurs et il y a un plus grand risque climatique, comme récemment avec les dommages causés par le vent. »

Alors, quel est le facteur décisif dans la culture de cultures riches en protéines ? "C'est très bon pour votre sol et ça contribue à la biodiversité, vous stockez de l'azote dans le sol et ça donne un bon enracinement, dont vous bénéficiez encore deux ans après. Ça élargit aussi le plan de culture."

Des membres des Producteurs de protéines des Pays-Bas devant le nouveau logo qui devrait accroître la reconnaissance des protéines végétales cultivées sur place.
(Photo : Producteurs de protéines des Pays-Bas)

Avec l'éco-prime dans la nouvelle politique agricole commune (PAC), il y a un intérêt accru pour la culture de cultures riches en protéines, mais selon le président d'Eitwitboeren, la plupart des producteurs affiliés y travaillent depuis un certain temps. "Maintenant, un programme écologique a été mis en place par le ministère. Si vous voulez obtenir de l'or, vous devez presque cultiver une culture riche en protéines. Mais les agriculteurs qui le font ne sont pas intrinsèquement motivés. Vous êtes récompensé par hectare, mais le l'argent devrait en fait être retiré de la balance. Maintenant, vous êtes à la merci d'une partie de la subvention. C'est très peu fiable. Si la PAC actuelle se termine dans quatre ans, que se passera-t-il alors ? » Au lieu de subventions, cela devrait provenir du prix que l'agriculteur reçoit. "Chaque agriculteur néerlandais peut cultiver une culture riche en protéines et le fera dès qu'il produira un équilibre suffisant", déclare Janknegt.

Plus d'informations pour les consommateurs
Selon lui, le gouvernement peut faire un peu plus à cet égard. "Plus axé sur le marché et l'information des consommateurs. On dit qu'il faudrait consommer plus d'aliments à base de plantes, mais de grands acteurs importent davantage de soja de l'extérieur de l'Europe en franchise d'impôt. Il faut faire le lien entre le fait que les protéagineux peuvent contribuer à la biodiversité et la santé des sols."

L'organisation de producteurs a récemment chargé DVJ-Insights de réaliser pour la troisième fois une enquête auprès des consommateurs sur les protéines locales. Cela montre que les gens en savent plus sur les protéines animales que sur les protéines végétales. La plupart des consommateurs ne peuvent pas identifier les produits riches en protéines. Un coup de pouce pour les producteurs est que la moitié des consommateurs sont très motivés pour acheter des produits contenant des protéines végétales, s'ils savent qu'ils ont été cultivés aux Pays-Bas. Janknegt : "Nous voulons créer exactement cette demande, afin que l'organisation de producteurs puisse réaliser un modèle de revenus pérenne pour les cultures riches en protéines pour ses membres."

Le prix doit augmenter de 10 centimes le kilo
En termes de prix, le soja néerlandais ne peut pas rivaliser avec le soja d'Amérique du Sud. Janknegt : "Parce que l'impact environnemental n'est pas ignoré. Aux Pays-Bas, vous avez également plus de risques de culture, pensez au printemps humide." Selon le président, le prix doit augmenter de 0,10 € le kilo pour être rentable. "Souvent, il n'y a qu'une petite partie dans un produit transformé. Supposons que vous ayez 200 grammes de houmous, le prix n'augmentera que de deux centimes au maximum. Et vous ne mangez pas non plus de kilos de haricots."

Selon le recensement agricole de 2022, les cultures riches en protéines sont cultivées sur 9.500 1 hectares aux Pays-Bas. Une augmentation de 2021% par rapport à 185, avec notamment une culture de soja qui passe à 98 hectares. Selon Janknegt, XNUMX % des protéagineux cultivés aux Pays-Bas finissent dans l'alimentation animale, car ce marché rapporte plus. Il est très difficile de vendre des cultures riches en protéines de notre propre sol au secteur humain. Alors que la transition protéique est destinée à cet effet, selon le président. "Les protéines végétales viennent maintenant beaucoup du Farawayistan. Les gens ont l'idée que les aliments végétaux sont bons pour l'environnement, mais si vous regardez d'où ils viennent : le soja d'Amérique du Sud, les féveroles du Canada et d'Australie. Ils sont importés de partout."

L'étagère AFG indique clairement la provenance des produits, mais pas les produits transformés

Henk Janknegt, président de Protein Farmers of the Netherlands

Il existe quelques exemples de produits avec des haricots cultivés localement, explique Janknegt. « Les gens qui fabriquent de plus petits lots de houmous, les haricots en conserve de HAK, le burger aux féveroles de AH, le projet ME-AT de Vion. Mais le boucher végétarien d'Unilever, par exemple, se procure des féveroles de pays comme le Canada. »

Le problème est que les consommateurs n'ont souvent aucune idée de l'origine des produits riches en protéines. Pour rendre le produit reconnaissable, l'organisation a créé un logo. Selon Janknegt, le premier logo entre les mains des producteurs primaires. "Dans plusieurs réunions, il a été dit par des producteurs qu'ils ne pouvaient pas concurrencer les producteurs étrangers, car cela peut toujours être moins cher. Malheureusement, ils ne sont pas de couleur rouge, blanc, bleu, je le signalerais. Nous avons répondu à cela avec le logo. Vous devrez indiquer que les fèves proviennent de notre propre sol. Je pense que le commerce de détail joue un rôle important à cet égard.

Le logo a été lancé fin juin et, selon le président, il a déjà suscité de nombreuses réactions positives. « Il y a maintenant aussi des transformateurs qui veulent se distinguer avec des produits néerlandais. Je ne peux pas encore dire lesquels ils sont, mais il y a plusieurs acheteurs qui disent : nous pouvons faire quelque chose avec ça.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Linda van Eekeres

Linda van Eekeres est co-rédactrice en chef. Elle se concentre principalement sur les développements macro-économiques et l'influence de la politique sur le secteur agricole.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 7
Abonné
Louis-Pascal de Geer 19 Augustus 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikel/10905465/question-must-make protein culture-future-proof]'La demande doit rendre la culture des protéines pérenne'[/url]
Pourquoi parle-t-on d'agriculteurs protéagineux et non d'agriculteurs fixateurs d'azote ?
Je crois que presque TOUTES les cultures riches en protéines sont des légumineuses qui peuvent fixer l'azote de l'air via les nodules racinaires des bactéries (Rhizobium)
Lorsque le producteur de féveroles établit son bilan coûts-avantages, les choses ne se passent vraiment bien que lorsque tous les avantages tels que la fixation de l'azote, 2 ans de meilleures conditions de croissance, un sol enrichi, etc. sont évalués à leur valeur puis ajoutés aux avantages ! Ce n'est qu'alors que vous pourrez prendre une bonne décision.
Tous ces avantages sont à la traîne dans les pays où le soja et les féveroles sont exportés.
Que se passe-t-il avec la sélection des haricots velo et cherchons-nous comment augmenter la fixation de l'azote de la bactérie Rhizobium ?
et mince 19 Augustus 2023
Quelle quantité d'azote du sol enrichi profite à la culture et quelle quantité est lessivée
Ce dernier est important car nous serons jugés sur cela plus tard
Abonné
Louis-Pascal de Geer 19 Augustus 2023
Belle question pour Wageningen : quelle quantité de N lié par les rhizobiums est perdue et se retrouve dans les eaux souterraines ?
Ma tête laïque ne signifie presque rien pour moi.
et mince 19 Augustus 2023
Louis Pascal de Geer a écrit :
Belle question pour Wageningen : quelle quantité de N lié par les rhizobiums est perdue et se retrouve dans les eaux souterraines ?
Ma tête laïque ne signifie presque rien pour moi.
Vous écrivez que vous en bénéficierez pendant au moins deux ans
Donc aussi deux années supplémentaires de lixiviation
Abonné
Louis-Pascal de Geer 19 Augustus 2023
Le lessivage se produit lorsque le sol n'est plus capable de tout retenir.
Avec la quantité d'azote qui est liée, cela ne semble pas être un problème.
Abonné
juin 19 Augustus 2023
les protéagineux sont sympas mais totalement inappropriés sur sol léger quand on parle de nématodes libres. en particulier, le PP connaît une croissance explosive parmi les protéagineux. le plafond passé n'a pas non plus apporté une contribution positive aux nématodes libres. s'ils enquêtent d'abord sur tout, puis élaborent une politique. aujourd'hui l'enquête est terminée lorsqu'elle ne vous sert plus à rien ou que le mal est déjà fait.
Abonné
Louis-Pascal de Geer 19 Augustus 2023
Des nématodes ou des nématoides libres sont également présents ici, mais peuvent être contrôlés biologiquement avec du chanvre bengal Crotalaria juncea si j'ai raison.
Mais c'est plus une question de recherche, vous avez tout à fait raison à ce sujet
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Actualités Politique

« Viande de culture et protéines végétales pour réduire le nombre de cheptels »

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login