Shutterstock

Analyse Énergie

Prix ​​​​de l'électricité élevés en raison d'une consommation élevée de gaz

21 Novembre 2023 -Matthijs Bremer

Le prix de l’électricité était assez élevé au début de la semaine dernière, mais il s’est maintenant quelque peu normalisé. Ce prix élevé faisait suite à une forte demande de gaz pour produire de l’électricité. En outre, l'Agence internationale de l'énergie (EIA) met en garde contre une pénurie de personnel qualifié dans le secteur de l'énergie : le prix de l'électricité était assez élevé au début de la semaine dernière, mais il s'est maintenant quelque peu normalisé. Ce prix élevé faisait suite à une forte demande de gaz pour la production d’électricité. En outre, l'Agence internationale de l'énergie (EIA) met en garde contre la pénurie de personnel qualifié dans le secteur de l'énergie.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Les prix de l'électricité ont considérablement varié cette semaine. Mardi 14 novembre, l'électricité se négociait toujours à 69,17 euros le mégawattheure. Vendredi 17 novembre, le prix de l'électricité est passé à 120,85 €. Au cours du week-end, le prix a encore baissé, à 38,19 € le dimanche 19 novembre.

Le taux plus élevé en début de semaine semble être directement lié à la baisse de l’énergie éolienne. La semaine dernière, 26,7 % de toute l’électricité était produite par l’énergie éolienne. La semaine précédente, ce chiffre était encore de 42 %. Et la production d’énergie solaire était également moindre. La semaine dernière, 5,6% de l'électricité a été produite par l'énergie solaire, contre 7,5% la semaine précédente. Cela se traduit par une consommation de gaz nettement plus élevée, notamment concentrée en milieu de semaine. Il y a deux semaines, seulement 28,1 % de notre électricité était produite à partir du gaz. La semaine dernière, ce pourcentage est passé à 41,6 %. Les conditions météorologiques changeantes se sont révélées une fois de plus décisives pour le marché de l'électricité. Le jeudi, un tarif de 17 € était facturé entre 00h18 et 00h181,22. Il s'agit du montant le plus élevé en novembre.

Il semble que le gaz soit enfin retiré des réserves européennes. Le 7 novembre, 99,8 % du stockage néerlandais était encore plein, mais ce pourcentage est désormais tombé à 98,6 %. En attendant, l’approvisionnement semble encore raisonnablement sûr. À l’heure actuelle, l’approvisionnement en provenance de Norvège atteint à nouveau sa capacité maximale. En revanche, le temps pluvieux en Europe du Nord constitue un facteur de stabilisation. En Norvège, les réservoirs d’eau sont largement remplis, ce qui permet au pays de fournir une grande quantité d’électricité bon marché à partir de l’hydroélectricité. Par ailleurs, la production des centrales nucléaires françaises est supérieure à la moyenne quinquennale. En conséquence, la demande de gaz pour la production d’électricité est plus faible, notamment en Allemagne, car ces pays peuvent exporter de l’électricité à bas prix vers nos voisins de l’Est.

Marché du travail restreint
En outre, l’Agence internationale de l’énergie (EIA) met en garde contre une pénurie de main-d’œuvre au regard de nos objectifs et ambitions visant à rendre le réseau électrique mondial plus écologique. Selon l’agence, on constate une nette croissance du nombre d’emplois dans le secteur de l’énergie en raison de la transition énergétique. La croissance concerne principalement le secteur de l’énergie solaire. Depuis 2019, le nombre d'emplois dans cette branche a augmenté de 4 millions. Vient ensuite le secteur des batteries, qui représente 1 million d’emplois supplémentaires. En outre, le nombre d'emplois dans l'exploitation minière des minéraux critiques a augmenté de 180.000 XNUMX personnes.

Cela semble être une augmentation significative, mais une enquête de l'EIA auprès de 160 entreprises énergétiques montre que le nombre de personnes obtenant un diplôme dans le secteur de l'énergie est en retard par rapport à la demande future. En fait, selon les entreprises du secteur, le plus grand défi pour développer les sources renouvelables est de trouver des travailleurs qualifiés. Selon le rapport, les entreprises du secteur ont désormais lancé des formations internes, mais ce n'est certainement pas une option pour tout le monde.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception