Shutterstock

Actualités Économies

« Le secteur agricole n’est pas neutre pour le climat en 2050 »

13 février 2024 -Linda van Eekeres - Commentaires 3

L’économie de l’Union européenne doit être climatiquement neutre d’ici 2050. Dans l’état actuel des choses, la majorité des secteurs aux Pays-Bas n’y parviendront pas. L’industrie agroalimentaire ne sera pas climatiquement neutre avant 2055, le secteur agricole et horticole un an plus tôt. C'est ce qu'indique un nouveau rapport d'ABN Amro. La réduction des émissions de gaz à effet de serre devrait être recherchée principalement dans le secteur de l'élevage bovin et de l'horticulture sous serre.

Le rapport se concentre sur 21 secteurs qui représentent ensemble plus de 75 % des émissions de gaz à effet de serre. L'effet des technologies à faible émission de carbone disponibles sur les objectifs climatiques de 2030 et 2050 est examiné. 

La banque mentionne les mesures d'efficacité énergétique, l'électrification, la production d'énergie renouvelable, le remplacement des matières premières et l'isolation des bâtiments comme techniques importantes. Cela pourrait rendre l’objectif de 2030 réalisable. Toutefois, dans le scénario de base, un grand nombre de secteurs n’y parviennent pas. "Dans les secteurs néerlandais à forte consommation d'énergie, comme l'alimentation, le pétrole et les métaux de base, le défi reste relativement grand", indique le rapport.

Le secteur agricole doit émettre au moins 3 % de gaz à effet de serre (CO2, protoxyde d'azote et méthane) par an pour atteindre l'objectif de 2030 % des niveaux de 55 d'ici 1990, indique le rapport. Le secteur est actuellement leader dans la production d'énergie durable telle que les panneaux solaires, l'énergie géothermique, les centrales électriques à biomasse, les éoliennes, l'utilisation de la chaleur résiduelle et les digesteurs de fumier à plus grande échelle. 

L'élevage bovin et l'horticulture sous serre étaient responsables ensemble de 2021 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur en 64. Chez le bétail, il s’agit de méthane et dans l’horticulture en serre, il s’agit de CO2 dû à la consommation de gaz naturel. Selon ABN Amro, il faudrait se concentrer sur ces deux catégories, à savoir : moins de consommation de gaz dans l'horticulture en serre et moins de consommation d'énergie et d'émissions provenant du stockage du fumier dans l'élevage.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Linda van Eekeres

Linda van Eekeres est co-rédactrice en chef. Elle se concentre principalement sur les développements macro-économiques et l'influence de la politique sur le secteur agricole.

En savoir plus sur

Dossier Crise de l'azote
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 3
Voie navigable 14 février 2024
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikelen/10907867/agricole sector-non-climate-neutral-in-2050]'Le secteur agricole n'est pas climatiquement neutre en 2050'[/url]
Les banques ne sont qu’une boutique d’argent, mais elles peuvent aussi influencer le jeu de ceux qui sont au pouvoir comme aucune autre. Donc cette date de 2050 est une connerie. Car comme le dit également le scientifique Walther Jehne, se concentrer sur le CO2 est une erreur. Après tout, même si nous atteignons tous les objectifs, nous n’obtiendrons qu’un résultat de 5 % en matière de réchauffement climatique. Les prairies spongieuses transpirantes sont la solution là où les vaches ont besoin de leur fumier, en particulier des vers pour fabriquer ces éponges. Tout comme avec les cycles de l'eau dans les forêts tropicales avec un effet de plus de nuages ​​et une influence de 70 pour cent sur le réchauffement climatique, quand le centime baissera-t-il que la politique des vaches au boucher et des engrais lors de l'épandage fait passer le chariot du climat avant celui de l'eau. est un bon acheteur pour le tampon d'eau de 20 mm lorsqu'il pleut d'une prairie spongieuse, aucun fossé élargi ne peut rivaliser avec cela.
Abonné
Louis-Pascal de Geer 14 février 2024
Eh bien, n'est-il pas étrange que nous tous, humains et animaux et non plantes vertes, inhalons de l'oxygène et expirons du dioxyde de carbone et que le dioxyde de carbone soit un gaz à effet de serre ??? Jusqu’où pouvez-vous vous égarer si vous perdez de vue la réalité, même si elle peut sembler scientifique, mais elle ne l’est pas. L'accent mis sur le dioxyde de carbone, en tant que CO₂, est erroné, même si vous parlez de composés carbonés nocifs, mais je ne pense pas que le CO₂ en fasse partie. J'ai l'impression que tout est converti et exprimé en CO₂ et c'est une terrible erreur qui ne se réalise nulle part dans la Nature. Le méthane libéré dans la nature semble être extrait de notre atmosphère par des grains de sable du désert du Sahara puis « fertilisé » la région amazonienne. Je pense que tout est revenu à la réalité telle qu'elle est réellement !
Il peut geler ou dégeler 15 février 2024
Louis Pascal de Geer a écrit :
Eh bien, n'est-il pas étrange que nous tous, humains et animaux et non plantes vertes, inhalons de l'oxygène et expirons du dioxyde de carbone et que le dioxyde de carbone soit un gaz à effet de serre ??? Jusqu’où pouvez-vous vous égarer si vous perdez de vue la réalité, même si elle peut sembler scientifique, mais elle ne l’est pas. L'accent mis sur le dioxyde de carbone, en tant que CO₂, est erroné, même si vous parlez de composés carbonés nocifs, mais je ne pense pas que le CO₂ en fasse partie. J'ai l'impression que tout est converti et exprimé en CO₂ et c'est une terrible erreur qui ne se réalise nulle part dans la Nature. Le méthane libéré dans la nature semble être extrait de notre atmosphère par des grains de sable du désert du Sahara puis « fertilisé » la région amazonienne. Je pense que tout est revenu à la réalité telle qu'elle est réellement !
Cette dernière est correcte, le sable du Sahara fertilise en partie les forêts tropicales, j'ai l'impression que de nombreux pseudo-scientifiques ont entendu le glas sonner mais n'ont aucune idée d'où pend le battant.
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Fond Humeur azotée

Les projets ministériels de l'Omtzigt s'annoncent après le débat sur l'agriculture

Fond Humeur azotée

Le règne de l’ombre longue provoque de l’irritation et de la grogne

Fond Humeur azotée

L’orientation mission du Rutte IV battu

Interview Marie Dekkers

Les prix élevés des terrains constituent le plus grand défi de l’extensification

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login