Un ancien contremaître des cultures agricoles en a marre

Pourquoi les agriculteurs ne sont-ils pas blâmés ?

15 mai 2018 - Boerenbusiness - Commentaires 56

Ancien président du LTO Akkerbouw, Jaap Haanstra en a complètement marre. « Les agriculteurs sont blâmés pour tout », note-t-il. Alors qu’ils produisent plus propre et plus sûr que jamais. Un exemple est celui où l’on a appris que la population d’insectes aux Pays-Bas était également en forte baisse. C'est pourquoi il envoie une lettre à Boerenbusiness.

J'ai fini. Nous recevons actuellement une accusation après l’autre. Et j’entends par là tous les secteurs. Cependant, étant donné que je suis un agriculteur, cela me touche le plus directement. Apparemment, nous tuons à nouveau tous les insectes, une autre fois, ce sont les oiseaux des prés ou nous utilisons du glyphosate cancérigène. Quoi qu’il arrive, le secteur agricole devra y faire face. De plus, il s’agit généralement de conclusions très vagues ou indirectes, parfois même erronées.

Des hirondelles pleines de poison
Par exemple, il a été récemment annoncé que les hirondelles étaient désormais pleines de poison. Il faut d’abord examiner de quelles substances il s’agit, puis examiner les zones où elles hivernent. Les substances trouvées dans les oiseaux ne sont plus utilisées en Europe depuis des décennies.

Nous demandons seulement de l'appréciation pour ce que nous faisons

Récemment, j'étais chez le vétérinaire avec mon chien. Il y avait un drap là-bas, je crois qu'il s'appelait « Les Animaux ». Il contenait un article intitulé « Scène de crime : le terrain ». Le titre à lui seul dit tout. En tant qu'agriculteurs, nous n'avons pas besoin de respect ni de tape sur la tête, mais je demande de l'appréciation pour ce que nous faisons. Comme tout le monde dans ce pays. Mais j’en ai plus que marre de la façon dont nous sommes présentés aujourd’hui.

Petit groupe
Il existe un petit groupe dans la société qui essaie de nous diffamer. Il faut que ça cesse, sinon je ne sais pas où aller avec ma colère. Nous produisons plus propre et plus sûr que jamais. La société reçoit de la nourriture à un prix si bas qu’il lui reste beaucoup d’argent pour faire des choses amusantes.

Nous essayons tous de devenir encore plus propres et raffinés et faisons tout notre possible pour ne laisser aucun résidu sur nos produits d’ici 2030. Nous sommes attentifs à ce que la nature nous offre et à ce que nous aimerions préserver. Nous honorons la vie.

Immérité
Nous ne méritons pas ce qui se passe actuellement et ce qu’on nous impute. J'écris ceci maintenant et je pourrais bientôt le regretter. Mais ce qui se passe actuellement irrite toutes les fibres de mon corps et je ne peux pas laisser passer cela. J’appelle donc tout le monde à agir. Chacun à sa manière. Organisations, coopératives, partis politiques et clients. En bref : tout le secteur agricole.

Fier
Nous produisons de la nourriture. Nous le faisons en toute sécurité, conscients des débats sociaux et des exigences des consommateurs et des citoyens. Nous le faisons aujourd’hui, nous le faisons demain et nous le ferons encore dans 10 ans. Nous apportons nos produits à table dans chaque famille au moins 6 fois par jour. J'en suis fier. 

Je suis convaincu que les citoyens et les consommateurs nous apprécient, mais la campagne de diffamation menée par un certain groupe de la société doit cesser. Nous devons et pouvons être fiers de ce que nous faisons et cela vaut également pour les générations futures. Et qu'ils veuillent aussi choisir le métier d'agriculteur.

Boerenbusiness

Sous Boerenbusiness les avis sont postés par des auteurs qui, en principe, donnent leur avis une fois Boerenbusiness.nl ou de personnes qui préfèrent rester anonymes. Le nom et le lieu de résidence sont toujours connus des éditeurs.
commentaires
Commentaires 56
Abonné
burke 16 mai 2018
Ceci est une réponse à cet article :
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/ondernemen/blogs/column/10878541/waar-trouwen-boeren-niet-de-schuld-van][/url]
Une très belle lettre, mais assurez-vous qu'elle paraisse dans les journaux nationaux.
Abonné
Fermier Jan 16 mai 2018
Belle pièce, écrite par un ancien contremaître des cultures agricoles.
Je pense que cela exprime ce que ressentent/expérimentent de nombreux collègues cultivateurs.
Très bien ça Boerenbusiness illustre maintenant cela davantage.
Les hommes de BoerBewust tentent depuis longtemps de réfuter les grandes inégalités qui existent dans notre secteur via les réseaux sociaux et d'en souligner les aspects positifs !!
Donnez de l'espace à cette plateforme et les citoyens adopteront davantage notre secteur !
DQ 16 mai 2018
Autrement, les agriculteurs biologiques parmi nous seraient canonisés, Jaap. Cependant, aucun journaliste ne considère que les populations d'insectes et d'oiseaux ont diminué ces dernières années à cause du brûlage des mauvaises herbes et de l'épandage de cuivre.
cuisinier 16 mai 2018
boerke a écrit:
Ceci est une réponse à cet article :
Une très belle lettre, mais assurez-vous qu'elle paraisse dans les journaux nationaux.

Vous pouvez également partager l'article vous-même via les réseaux sociaux. Si tout le monde fait cela, vous aurez également une large portée. Les journaux nationaux ne publient que si cela les arrange ou s'ils reçoivent de l'argent en échange !
Piet 16 mai 2018
Pris du cœur ! a travaillé plusieurs années dans l'industrie chimique. Les exigences imposées aux produits phytosanitaires sont incroyables ! J'ai entendu un jour un initié dire que l'industrie chimique était capable de copier une framboise. Cependant, cela ne serait jamais autorisé car il contiendrait trop de substances toxiques. Tous les groupes d'intérêt existants (Boerbewust, TeamAgro NL, Boeren van Nederland, etc.) devraient unir leurs forces et prendre position contre toutes les attaques des ONG et autres organisations qui aiment beaucoup proclamer leur "vérité" dans tous les médias.
Abonné
incrédulité 16 mai 2018
https://www.telegraaf.nl/nieuws/2037593/boer-krijgt-onterecht-de-schuld?utm_source=twitter&utm_medium=referral&utm_campaign=twitterfeed
Abonné
Sortie Flevo 16 mai 2018
Nos collègues du secteur de l'élevage : vaches, porcs et volailles, entre autres, sont confrontés depuis bien plus longtemps à des incompréhensions totales et à de fausses allégations du secteur. On pourrait attendre que les cultures arables aient une mauvaise réputation dans les médias.

Aussi frustrant soit-il, regardez-vous d’abord dans le miroir. Pulvériser avant la récolte pour que le battage du blé puisse commencer un jour plus tôt est une folie. Pourtant, nous nous sommes habitués à de telles pitreries. Continuer selon l’ancienne méthode n’est pas non plus une option.
Monique Vos 16 mai 2018
Parce que c'est du battage médiatique. Tant que les masses auront besoin de boucs émissaires et ne désapprendront pas le #conformisme, rien ne changera. Des personnalités influentes telles que Roos Vonk, professeur de psychologie sociale, chroniqueur, formateur/coach et ancien président de Wakker Dier, en profitent avec gratitude.
Agricole 16 mai 2018
Tant que tous les politiciens continueront à prendre l’avion vers des destinations lointaines, vous n’entendrez rien sur l’aviation, la plus grande pollueuse. #oneeurope
cuisinier 16 mai 2018
@Monique; N'oubliez pas le pouvoir de l'argent de la loterie des codes postaux dans le monde des médias et auprès des sociétés de campagne (les soi-disant « œuvres caritatives ») ! Ils attirent l'attention des médias avec l'argent dans lequel ils nagent grâce aux participants à la loterie des codes postaux, accros à l'argent.
Theo 16 mai 2018
De nos jours, la nourriture est presque devenue une sorte de religion et la religion ne se concentre apparemment plus sur les faits, mais sur l'opinion du plus grand crieur. Lors de nombreuses apparitions dans les médias, nous devenons souvent sur la défensive, notamment face aux faits. Nos adversaires (médias, groupes environnementaux, etc.) ne sont pas impressionnés par cela. C'est l'heure de l'attaque. Nous n'avons pas toujours besoin d'être amicaux envers les médias. Confrontez-les avec une réplique acerbe qui dissipera leurs illusions.
Martien Kroon 16 mai 2018
Action, pendant la saison du concombre, bloquer l'accès aux bureaux de Trowu, Greenpeace, l'Amsterdam verte, les monuments naturels avec de gros paquets de paille. Des charges pleines. Cela donne de la publicité, une poussée de dégoût à ces partis, les faisant mentir encore plus et perdre complètement leur crédibilité.

Je dois en finir avec toutes ces bêtises
Jpk 16 mai 2018
Lto ned et nfo goûtent à leur propre médecine en s'associant à Green Peace et aux ONG See Plant Health 2030 en oubliant les intérêts de leurs membres.
Jean Ripma 16 mai 2018
Bel article Jaap
Ce n'est pas surprenant, puisque la plupart des hirondelles restent en Afrique de septembre à la mi-avril, où le DDT est encore largement utilisé pour lutter contre le moustique du paludisme. Une telle étude ne dit rien de l’agriculture néerlandaise. Organisation mondiale de la santé, professeur Maureen Coetzee : En 1999, l'Afrique du Sud a connu une énorme épidémie de paludisme. Grâce aux recherches que nous effectuions, nous avons réalisé que les moustiques Anopheles funestus avaient développé une résistance aux pyréthrinoïdes que nous pulvérisions à l'intérieur, provoquant une énorme augmentation des cas de paludisme. Nous avons pu recommander de revenir à l'utilisation du dichlorodiphényltrichloroéthane (DDT), et le programme sud-africain de lutte contre le paludisme a établi un système mosaïque pour gérer la résistance - ce qui signifie que certaines maisons ont été pulvérisées avec du DDT, tandis que d'autres ont été pulvérisées avec des pyréthrinoïdes. Cette approche a contribué à mettre fin à l’épidémie et l’Afrique du Sud n’a pas connu d’épidémie majeure depuis. source : http://www.who.int/mal.../mpac/interview-maureen-coetzee/en/
furieux 16 mai 2018
C'est incroyable à quel point le secteur est mis au pied du mur. Et où est LTO.......... Ils ont simplement laissé faire.

S'il y a fraude, ils passent immédiatement à la télévision pour dire que les agriculteurs sont des criminels et qu'ils devraient les expulser. Alors qu'on ne les entend pas si l'agriculteur est mis au pied du mur avec des contrevérités.

Alors un vieux leader doit intervenir pour mettre un terme à cela. Triste, profondément triste.

Pour qui l’OlT est-elle réellement un défenseur ?
cuisinier 16 mai 2018
furieux a écrit :
C'est incroyable à quel point le secteur est mis au pied du mur. Et où est LTO.......... Ils ont simplement laissé faire.

S'il y a fraude, ils passent immédiatement à la télévision pour dire que les agriculteurs sont des criminels et qu'ils devraient les expulser. Alors qu'on ne les entend pas si l'agriculteur est mis au pied du mur avec des contrevérités.

Alors un vieux leader doit intervenir pour mettre un terme à cela. Triste, profondément triste.

Pour qui l’OlT est-elle réellement un défenseur ?

La bourse de Calon et les partis de gauche ou RR comme le Pvda dont Calon est membre !
Mme van der Bos 16 mai 2018
https://www.telegraaf.nl/nieuws/2037593/boer-krijgt-onterecht-de-schuld
Abonné
le cultivateur 16 mai 2018
JpK et furieux, je suis tout à fait d'accord, OÙ était le LTO ces six derniers mois, ma facture d'adhésion est toujours impayée. S'il vous plaît, faites quelque chose pour moi avant que la facture ne soit payée.
fait pousser des plants de pommes de terre 16 mai 2018
Nous avons également annulé la semaine dernière. j'en ai complètement fini de pleurer dans la forêt politique. Je ne sais pas quel intérêt ils représentent, mais pas le nôtre
Fermier Flevo 16 mai 2018
Je suis entièrement d'accord avec l'un des commentaires, où est LTO dans toute l'histoire. Il existe un certain nombre d'exemples où, d'après mon expérience, ils ont complètement échoué
Dirk 17 mai 2018
JE SUIS ENTIÈREMENT D'ACCORD, mais que le gouvernement abuse, cette ambiance négative est peut-être encore pire, je ne m'habitue jamais au mépris avec lequel vous êtes traité par le gouvernement, si j'étais traité ainsi, le monde des affaires ferait vite faillite, RESPECT Je voudrais crier aux fonctionnaires, traitez-moi comme vous aimeriez être traité et faites preuve de compassion, de compréhension et d'humanité.
Dirk 17 mai 2018
JE SUIS ENTIÈREMENT D'ACCORD, mais que le gouvernement abuse, cette ambiance négative est peut-être encore pire, je ne m'habitue jamais au mépris avec lequel vous êtes traité par le gouvernement, si j'étais traité ainsi, le monde des affaires ferait vite faillite, RESPECT Je voudrais crier aux fonctionnaires, traitez-moi comme vous aimeriez être traité et faites preuve de compassion, de compréhension et d'humanité.
Jpk 17 mai 2018
Lto Ned pourra, espérons-le, marquer à nouveau sur le fichier des loups, n'autorisez pas les loups dans le fichier Nedzie, le fichier des oies
Joep 17 mai 2018
Regardez la quantité de médicaments, de savons et de crèmes que les consommateurs laissent s'écouler dans les égouts. Regardez aussi ce qu'il y a au fond des placards de la cuisine : 1 hectare d'agriculture est 1000 fois moins pollué qu'1 hectare de ville. Vous n'en entendez rien.
LTO NOUS NOUS ÉCOUVONS !
cuisinier 17 mai 2018
@Joep Avec les caisses d'un club vides à cause d'un nombre insuffisant de membres, vous ne pouvez plus faire une brèche dans un paquet de beurre ! LTO a fait son temps. Les bons dirigeants ne travailleront plus pour un club aussi poussiéreux. Pas sur votre CV ou votre lien ! Vous ne voulez pas être associé à cela.
Alors oui, qui peut encore se faire entendre !
Abonné
le cultivateur 17 mai 2018
Si je lis bien les comptes annuels de HZPC, LTO a vendu 100 hectares de terrain à HZPC pour 6 millions, donc les caisses du club sont tout simplement pleines.
idées 17 mai 2018
Les agriculteurs sont blâmés pour tout. Mais ce qui me surprend maintenant, c'est que nous n'entendons plus Mme Tiemen parler de ce qui s'est passé à Oostvaardersplassen avec tous ces animaux. Je pense qu'elle aurait dû passer à la télévision deux fois par jour. Je pense que c'est un Opportunité manquée. Ayez raison une fois et puis vous êtes parti !
geert 17 mai 2018
Il y a une usine chimique près de Rotterdam qui rejette des produits chimiques dans les eaux de surface depuis des années malgré les avertissements du gouvernement. S'il s'agissait d'un agriculteur, il aurait été arrêté depuis longtemps.
Jupe 18 mai 2018
Chers gens, vous allez bien, mais le citoyen n’est pas du tout intéressé. Il ne faut certainement rien attendre de la politique, car elle poursuit un double agenda.
Timmy 19 mai 2018
Jaap, tu l'as magnifiquement dit.
Je pense que nous devrions mettre "Wageningen" au travail. Ils ont innocemment poussé l’agriculture dans une direction qui, rétrospectivement, n’est pas entièrement bonne. Ils/nous en savons bien plus aujourd’hui qu’il y a vingt ans ou plus. En tant que communauté agricole, nous devons les forcer à regarder toutes les conséquences des tests qu'ils font, et à ne pas mettre les petits résultats négatifs au fond du tiroir. On sait alors que de petits résultats exprimés en ppm peuvent quand même avoir un impact négatif dans la nature. Et ils ne devraient pas dire : regardez, les gens vieillissent encore, parce que ces gens ne sont pas les seuls habitants de cette planète.
Polymono 21 mai 2018
Très bien Jaap, mais à quoi servent une bougie et des verres si la chouette ne veut pas... le faire. Malheureusement, les citoyens n'en perdent pas le sommeil... 4 choses sont très importantes pour 95% de la population : le football, le loto, le sexe et, surtout, gagner beaucoup sans trop travailler. "L'agriculteur périt, les verts règnent", tel était mon slogan il y a 3 ans lors d'une manifestation d'agriculteurs flamands contre les zones rouges et oranges où pratiquement RIEN n'était plus possible à cause du tapage communiste des verts. Si cela continue, ils délivreront bientôt le Pape, tant ils sont saints... ceux qui sont verts doivent encore mûrir et cela signifie un socialiste jusqu'au cercueil. Ici, un avion survole toutes les 2 minutes.
ce qui s'y écoule est purement cancérigène, sans plus et aucune taxe n'est payée dessus. N’attendez pas cela, nous avons besoin de toute urgence d’un arrêt dans tous les domaines de notre monde occidental.
Avez-vous déjà pensé que nous, nés après la Seconde Guerre mondiale, sommes vraiment uniques dans toute l'histoire de l'humanité... ?

Je n'ai jamais eu faim.
nous pouvons et pouvons toujours dire ce que nous pensons.
nous nous sommes toujours améliorés
et nous n'avons pas encore connu la guerre.

s'il te plaît, réfléchis à ça
B. van het Landt 22 mai 2018
Belle histoire, très bien. Nous devons entendre ce genre de voix plus souvent, de préférence à la une des journaux nationaux. Tous les points ci-dessus sont tout à fait corrects et justifiés. Le seul problème que nous avons, c'est que nous n'avons pas le temps de faire du lobbying ou de nous organiser. Nous mourons au travail, ne gagnons rien, mais continuons par devoir, passion et conviction. C'est difficile à trouver pour beaucoup de gens de nos jours. C’est précisément la raison pour laquelle nous avons peu de temps pour nous rencontrer, nous asseoir ensemble ou former un poing. Cela s’applique au plaidoyer mais aussi aux ventes. Et cela est utilisé contre nous. En effet, les industries, la politique et l’intérêt public constituent de larges majorités contre lesquelles personne ne s’oppose. Pas les agriculteurs. La seule façon de prendre position serait de permettre VRAIMENT ensemble que la production alimentaire stagne. Arrêtez de prendre pour acquis qu'un camion « frais » arrive au détail trois fois par jour pour l'approvisionner. Essayez de laisser les étagères vides pendant trois jours. La nourriture reste un besoin fondamental. Cette pensée a complètement disparu. La nourriture est considérée comme une nécessité à petit budget, disponible à tout moment et en tout lieu et pour laquelle vous dépensez peu. Mais beaucoup d’argent est dépensé en divertissement, en loisirs, en divertissement et en plaisir. En effet, la génération d’après-guerre a relégué les besoins fondamentaux au second plan, car nous ne connaissons plus la pénurie. La seule façon d’atteindre les gens est de créer cette pénurie. Laissez-les simplement mordre un bâton. S'il y a peu de choix, voire peu de nourriture, voyons si nous pouvons vivre de réserves naturelles, de loisirs et de verdure. Ce sera un maigre repas. Aux Pays-Bas, nous avons dégénéré en une bande de gestionnaires et de fonctionnaires paresseux, qui gagnent de l'argent à coups de vent derrière leur bureau. Cela est possible parce que notre prospérité et notre luxe ont fait des installations de base une évidence. Nous devons donc rendre cela un peu moins évident. Mais ce n’est pas facile, car la mondialisation et le commerce international obligeront à présenter un front uni dans l’ensemble du secteur. À commencer par les Pays-Bas, la Belgique, l’Allemagne et la France. On ne peut pas compter sur les accords des pays d’Europe de l’Est, et eux dépendent entièrement des subventions de Bruxelles. Il est donc plus efficace de mettre fin à ces subventions que de demander leur coopération. Si nous parvenons ensuite à regrouper le secteur agricole en Europe occidentale, vous serez extrêmement forts d’ici deux semaines. Mais personne n’a le droit de s’en mêler. Parce que si 8 personnes sur 10 décident de ne pas fournir de produits agricoles en dessous d'un certain prix, mais que les 9e et 10e voient leur chance de fournir quelque chose en dessous de ce prix, alors ça ne marche pas. Il faudra donc bien organiser cela et bloquer ou punir les croûtes. Ce n'est pas facile. Poursuivre. Cela demande du courage, du temps et de la persévérance. Quelqu’un doit intervenir et s’en charger. Et ne laissez pas le marché travailler CONTRE nous en embêtant le consommateur à tout prix, mais laissez le marché travailler POUR nous en créant de la pénurie. Puisque notre société est gouvernée par l’argent, les chances de réussite sont élevées.
Leo 22 mai 2018
En tant qu'agriculteurs, nous sommes aussi gâtés que le reste de la population.
Si nous devons choisir, nous préférerions bien sûr vendre notre produit à un gros Européen qui a de l’argent plutôt qu’à un pauvre Africain affamé.

Et tous ces gros gens et leurs partenaires anorexiques peuvent avoir toutes sortes d'exigences en matière de nourriture et n'ont pas à se sentir coupables du fait qu'ils mangent de la nourriture que quelqu'un d'autre ne peut pas se permettre.

La force du message doit donc venir du fait que les exigences élevées des consommateurs entraînent des prix plus élevés à la caisse et que la main-d'œuvre bon marché nationale et étrangère est utilisée de manière abusive et pousse de larges groupes de consommateurs hors du marché.

Aucun agriculteur n'est coupable de cela...
B. van het Landt 22 mai 2018
Je ne suis pas d'accord avec vous pour dire que nous, les agriculteurs, sommes aussi gâtés que le reste de la population. En moyenne, nous devons travailler beaucoup plus dur et plus longtemps, courir beaucoup plus de risques, investir d’énormes capitaux et recevoir peu d’appréciation. Vous pouvez nous reprocher le fait que c'est notre propre choix, et que nous ne devrions pas nous plaindre car nous pouvons aussi choisir différemment. On peut aussi s'accrocher au canapé comme Jan Modaal et récupérer une télé de la commune si on se retrouve avec l'aide sociale. Mais quand même, est-ce que nous le voulons ? Ne préférerions-nous pas travailler pendant la journée et penser quand même à construire quelque chose ? En d'autres termes : en effet, notre propre destin est indirectement notre propre choix, mais en même temps c'est aussi l'œuvre de notre vie. Vous n’abandonnez pas simplement cela. C’est aussi la raison pour laquelle les agriculteurs continuent si longtemps alors qu’ils ne gagnent rien. C'est dégueulasse pour le prix, mais c'est dans l'âme. Nous sommes ainsi, de bout en bout. Continuez jusqu'à ce que vous n'en puissiez plus, en vous efforçant d'abandonner. Alors non, nous, les agriculteurs, ne sommes certainement pas aussi gâtés que le reste de la population. Et je peux ajouter que cela s’applique à de nombreux entrepreneurs indépendants. Ils se mobilisent tous lorsque cela est nécessaire, mais la plupart des employés ne le font pas. En ce qui me concerne, toutes les conventions collectives de travail, les syndicats et les relations de travail peuvent être abolis demain, afin que chacun puisse devenir indépendant ou entrepreneur et garder son propre pantalon. Voyons alors sur quoi ils vont travailler. Il suffit de regarder comment notre économie se redresse, ce seront les conditions chinoises ! Fini les soins, le plaisir et les terrasses. Travaillez d’abord pour gagner votre vie, mettez de la nourriture sur la table et ensuite seulement amusez-vous. Le plaisir devrait être secondaire, mais pour la plupart d’entre nous, le travail est secondaire. "Laissons le patron payer, ou le gouvernement." Cela doit finir un jour !
Abonné
Drent 22 mai 2018
juist
Jupe 22 mai 2018
Pourquoi être ennuyé par quelqu’un d’autre si vous êtes satisfait ?
B. van het Landt 23 mai 2018
Pourquoi ne pas vous énerver quand vous n'êtes pas satisfait ?
L'histoire de Jaap Haanstra montre très clairement que nous ne sommes PAS satisfaits ? Nous en avons marre d'être blâmé pour tout. Cela semble être une raison très légitime de s'énerver ! À juste titre. Jaap a tout à fait raison.
Nous pouvons tous prêcher les roses et le clair de lune et faire semblant d’être satisfaits, mais vous pouvez aussi choisir de ne pas laisser cela vous échapper. Et puis je pense qu'on arrive à un certain point où l'on se dit "Je ne vais plus supporter ça".
Et retournons cela également. Pourquoi les citoyens sont-ils agacés par les agriculteurs s’ils sont satisfaits ? Avoir envie de manger pour presque rien et être quand même agacé par l'odeur ou la boue sur la route. Les avantages, pas les fardeaux. Je suis donc extrêmement ennuyé - avec Jaap et bien d'autres. À juste titre. L’insatisfaction en est le résultat, pas la cause !
B. van het Landt 23 mai 2018
Cela montre aussi pourquoi nous ne pourrons jamais serrer le poing. Beaucoup se résignent à leur impuissance, d’autres ne voient les problèmes que lorsqu’il est trop tard et certains acceptent simplement que des idiots ignorants pensent quelque chose de nous et fondent leur politique sur cela. La résistance de la plupart se limite à quelques grognements à propos du LTO et, faute de temps, nous ne parvenons souvent pas à aller plus loin. Et pourtant, si vous lisez l'histoire de Jaap et voyez les cas poignants de souffrance familiale, j'espère que la résistance deviendra un peu plus fervente et que nous pourrons adopter une position unie, même si nous ne sommes pas d'accord sur tous les points. Si nous ne le faisons pas, je prédis que la plupart des agriculteurs et des fermes familiales disparaîtront d’ici 10 à 20 ans. Il ne reste alors plus que de grandes entreprises qui doivent produire au prix coûtant, et le reste se déplace ailleurs. Comme pour la plupart des mesures politiques, ce n’est qu’avec le recul que, lorsqu’il est trop tard, on se rend compte à quel point elles ont été contre-productives. Attendez et voyez.
Jpk 23 mai 2018
Tous les dossiers que le gouvernement a entre les mains tremblent par manque de connaissances, y compris la police professionnelle dirigée par le leader du D66, c'est très simple, ce n'est plus un pays exportateur, mais puis leur dire aussi que le colis alimentaire est maintenant 2%, mais cela représente maintenant 40% du revenu.
Abonné
juin 23 mai 2018
Hé Jaap, je te cherche encore, de temps en temps tu dois taper du poing sur la table pour dire que suivre ce que fait LTO actuellement ne mène à rien ici et pas plus loin que plus de consultation, il vaut mieux l'expliquer soi-même dans un talk-show, il suffit d'annuler en masse son adhésion
Maison Bert Brunnink 23 mai 2018
Deux citations ressortent et méritent attention. "Nous honorons la vie." Et « Nous produisons de la nourriture. Nous le faisons en toute sécurité… ».
Ma prémonition est qu'avec votre argument et ces phrases, vous ne nuirez pas aux nombreux proches des au moins 75 personnes décédées à cause de l'épidémie de fièvre Q et aux 1000 1300 à XNUMX XNUMX personnes qui sont devenues malades chroniques et subissent encore les conséquences de leur maladie au cours de leur vie. au quotidien, vous convaincra.
Certainement pas, alors que l'industrie caprine évite toujours toute responsabilité et que le gouvernement détourne le regard depuis des années et néglige la santé des citoyens. Alors que les nombreuses victimes de la plus grande catastrophe humanitaire aux Pays-Bas depuis le début du siècle attendent toujours une indemnisation, les auteurs directs, les éleveurs de chèvres, ont déjà organisé cette indemnisation il y a huit ans. Pour eux-mêmes, bien sûr.

Au nom de Q-uestion, Fondation pour les personnes atteintes de fièvre Q,
Maison Bert Brunnink
Piet 23 mai 2018
Cher Bert, il s'agit ici de cultures arables, pas de chèvres.
Polymono 23 mai 2018
B. van het Landt a écrit :
Belle histoire, très bien. Nous devons entendre ce genre de voix plus souvent, de préférence à la une des journaux nationaux. Tous les points ci-dessus sont tout à fait corrects et justifiés. Le seul problème que nous avons, c'est que nous n'avons pas le temps de faire du lobbying ou de nous organiser. Nous mourons au travail, ne gagnons rien, mais continuons par devoir, passion et conviction. C'est difficile à trouver pour beaucoup de gens de nos jours. C’est précisément la raison pour laquelle nous avons peu de temps pour nous rencontrer, nous asseoir ensemble ou former un poing. Cela s’applique au plaidoyer mais aussi aux ventes. Et cela est utilisé contre nous. En effet, les industries, la politique et l’intérêt public constituent de larges majorités contre lesquelles personne ne s’oppose. Pas les agriculteurs. La seule façon de prendre position serait de permettre VRAIMENT ensemble que la production alimentaire stagne. Arrêtez de prendre pour acquis qu'un camion « frais » arrive au détail trois fois par jour pour l'approvisionner. Essayez de laisser les étagères vides pendant trois jours. La nourriture reste un besoin fondamental. Cette pensée a complètement disparu. La nourriture est considérée comme une nécessité à petit budget, disponible à tout moment et en tout lieu et pour laquelle vous dépensez peu. Mais beaucoup d’argent est dépensé en divertissement, en loisirs, en divertissement et en plaisir. En effet, la génération d’après-guerre a relégué les besoins fondamentaux au second plan, car nous ne connaissons plus la pénurie. La seule façon d’atteindre les gens est de créer cette pénurie. Laissez-les simplement mordre un bâton. S'il y a peu de choix, voire peu de nourriture, voyons si nous pouvons vivre de réserves naturelles, de loisirs et de verdure. Ce sera un maigre repas. Aux Pays-Bas, nous avons dégénéré en une bande de gestionnaires et de fonctionnaires paresseux, qui gagnent de l'argent à coups de vent derrière leur bureau. Cela est possible parce que notre prospérité et notre luxe ont fait des installations de base une évidence. Nous devons donc rendre cela un peu moins évident. Mais ce n’est pas facile, car la mondialisation et le commerce international obligeront à présenter un front uni dans l’ensemble du secteur. À commencer par les Pays-Bas, la Belgique, l’Allemagne et la France. On ne peut pas compter sur les accords des pays d’Europe de l’Est, et eux dépendent entièrement des subventions de Bruxelles. Il est donc plus efficace de mettre fin à ces subventions que de demander leur coopération. Si nous parvenons ensuite à regrouper le secteur agricole en Europe occidentale, vous serez extrêmement forts d’ici deux semaines. Mais personne n’a le droit de s’en mêler. Parce que si 8 personnes sur 10 décident de ne pas fournir de produits agricoles en dessous d'un certain prix, mais que les 9e et 10e voient leur chance de fournir quelque chose en dessous de ce prix, alors ça ne marche pas. Il faudra donc bien organiser cela et bloquer ou punir les croûtes. Ce n'est pas facile. Poursuivre. Cela demande du courage, du temps et de la persévérance. Quelqu’un doit intervenir et s’en charger. Et ne laissez pas le marché travailler CONTRE nous en embêtant le consommateur à tout prix, mais laissez le marché travailler POUR nous en créant de la pénurie. Puisque notre société est gouvernée par l’argent, les chances de réussite sont élevées.



Vous l'avez vraiment écrit décemment, mais cela ne fonctionnera pas de cette façon. Si la guerre s’accompagne de beaucoup de misère et de cadavres ambulants mangeant l’écorce des arbres, les églises seront pleines et les cours de ferme seront trop petites pour la distribution de nourriture. Aujourd'hui la population n'a besoin ni d'église ni d'agriculteur. "Je peux le changer", a déclaré Bredero
Janvier 8 Juin 2018
@kjol. Je viens de tomber sur 2 réponses sensées de votre part : "Pourquoi s'énerver contre quelqu'un d'autre si vous êtes satisfait ?" Cela vous donne envie de plus.
Jupe 9 Juin 2018
J'en ai plus, mais tout le monde ne les comprend pas car on met beaucoup d'œillères et on enfouit les têtes dans le sable.
hans 10 Juin 2018
"Pourquoi s'énerver contre quelqu'un d'autre si tu es heureux ?"

Restez agréable et satisfait, pendant que, par exemple,

d'autres, collègues, détruisent votre prix par la surproduction alimentée par l'industrie,
ou donner une mauvaise réputation à votre secteur auprès de vos clients à travers des pratiques illégales,
ou, par votre client ou vos politiciens, des règles infondées sont introduites, vous faisant supporter des coûts sans possibilité d'obtenir de meilleurs prix,
si votre acheteur traite mal votre produit, au détriment du produit et de votre prix.

Je vais juste mentionner quelques choses, mais apparemment cela n'a pas d'importance pour certaines personnes, alors elles restent simplement satisfaites.
Stoffel 10 Juin 2018
Creuser des fossés est pour moi une prime d'assurance, je ne peux pas supporter le risque. Surtout avec le changement climatique. Tout comme l'employé de l'Office des eaux qui part en vacances à Bali et souscrit une assurance voyage pour le fait que : où je dois noter que Avec ce voyage, je consomme autant de carburant en 2 jours que j'en consomme pour ma voiture en un an. C'est l'époque dans laquelle nous vivons tous maintenant.
Klaas 10 Juin 2018
En fait, ce serait bien si tous les agriculteurs pouvaient dire : nous allons arrêter de le faire. Sauvez simplement votre société avec.

Malheureusement/heureusement, ce n'est pas possible.
banlieusard 10 Juin 2018
@STOFFEL ; Commencez à penser en termes de résolution de la cause au lieu de traiter les symptômes. Traitez votre sol avec douceur et soin au lieu de le cultiver. Peut-être simplement arrêter de labourer et donner une vraie chance à la vie du sol ?! Et ne dites pas que c’est absurde, car il y a des collègues qui montrent le contraire.
Cela signifie que le pourcentage de fruits récoltés dans votre plan de culture ne peut pas dépasser 50 %. Ce dernier point en particulier constitue un point sensible dans les zones arables beaucoup trop intensives, au vu des rotations de cultures pratiquées. Cependant, si l'on commence à calculer le plan de construction de manière large et en tenant compte honnêtement des rendements inférieurs et des coûts supplémentaires dus à ce plan de construction trop intensif, on arrive à la conclusion que c'est presque la même chose !!! Je n'ai pas encore pris en compte les effets prix sur le marché de vente qui se produiront sans doute avec moins de pommes de terre, d'oignons et de carottes !
jan 10 Juin 2018
Commençons par mettre volontairement en jachère 5 % de nos terres dans le monde, puis nous nous efforcerons de dire aux gens combien nous sommes importants dans leur ventre plein.
Piet 10 Juin 2018
@Pendelaar; Ces fossés ne sont pas là pour une petite averse, mais pour des averses sur une courte période de temps. Que l'on laboure ou non, aucune parcelle ne peut rivaliser avec cela. Et sur de nombreux sols, le labour reste une bonne opération.
banlieusard 10 Juin 2018
@Piet, je ne veux pas être pédant ou prétendre que je sais tout mieux.
Mais Piet, jetez un œil aux entreprises qui y travaillent à 100 % depuis un certain temps et qui utilisent également un plan de construction approprié avec beaucoup de nutrition du sol, alors vos yeux s'ouvriront vraiment. Et ne vous laissez pas distraire par les histoires des équipes éco, car c'est censé être un événement incontournable. Cela semble être le cas des entreprises qui ont des projets de construction beaucoup trop intensifs, ne respectent pas suffisamment leur sol et ne réfléchissent pas suffisamment à la manière de répondre à ces problèmes et recourent donc à nouveau à la vieille erreur ! Ici en S.E. Aux Pays-Bas, où nous avons été presque entièrement submergés en 2016, on pouvait facilement supprimer les parcelles des non-laboureurs cette année-là. Et de manière très positive grâce aux tunnels à vers qui assurent un très bon drainage biologique. Sans compter les autres effets positifs sur la vie et la structure du sol.
Abonné
Jupe 10 Juin 2018
Hans a écrit :
"Pourquoi s'énerver contre quelqu'un d'autre si tu es heureux ?"

Restez agréable et satisfait, pendant que, par exemple,

d'autres, collègues, détruisent votre prix par la surproduction alimentée par l'industrie,
ou donner une mauvaise réputation à votre secteur auprès de vos clients à travers des pratiques illégales,
ou, par votre client ou vos politiciens, des règles infondées sont introduites, vous faisant supporter des coûts sans possibilité d'obtenir de meilleurs prix,
si votre acheteur traite mal votre produit, au détriment du produit et de votre prix.

Je vais juste mentionner quelques choses, mais apparemment cela n'a pas d'importance pour certaines personnes, alors elles restent simplement satisfaites.


Hans, tu ferais mieux d'aller chercher de l'aide.
hans 10 Juin 2018
Kjol, ne t'inquiète pas pour moi, merci.
les meilleurs timoniers 10 Juin 2018
Ce qui me surprend vraiment, c'est que M. Jaap H occupe depuis des années une position influente au sein des organisations professionnelles. Très à gauche, très à droite.
Maintenant, depuis les coulisses, il sait soudainement mieux et « nous » devons y aller...
L'agriculture chimique et les organisations de stands sont toutes deux dépassées.
Aucun « agriculteur conscient » (qui se concentre uniquement sur l’agriculture chimique) ne peut rivaliser avec cela, même si vous allez au cinéma avec Donald Trump !
Wim Vogels alias Pendelaa 10 Juin 2018
Pete a écrit :
@Pendelaar; Ces fossés ne sont pas là pour une petite averse, mais pour des averses sur une courte période de temps. Que l'on laboure ou non, aucune parcelle ne peut rivaliser avec cela. Et sur de nombreux sols, le labour reste une bonne opération.

Piet, je suis retourné à la campagne et j'ai filmé quelque chose, bien que amateur, mais suffisamment pour voir ce que je veux dire. Jetez un œil au lien suivant : https://youtu.be/FVSl3DPZvOQ
Cordialement et bon dimanche.
Raymond Collines 18 Juillet 2018
Merci à tous ceux qui ont donné à mon entreprise une bonne réputation en matière de financement. notre objectif est d'aider les gens avec de l'argent à un faible taux d'intérêt de 3 %. nous proposons des prêts dans le monde entier. J'aimerais utiliser ce média pour informer toute personne ayant besoin d'un financement par prêt de tout type, n'hésitez pas à nous contacter en utilisant les coordonnées ci-dessous.

Téléphone : +1 (201) 514-3274
WhatsApp : +1 (631) 483-9149
courriel : raymondhillsfinance@gmail.com
site Web : http://www.raymondhills12345.wixsite.com/loan
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Actualités Politique

« Viande de culture et protéines végétales pour réduire le nombre de cheptels »

Interview Henk Janknegt

"La demande doit rendre l'agriculture protéique pérenne"

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login