Shutterstock

Opinie Jaap Majeur

Les Pays-Bas sont complètement verrouillés. Qui m'explique pourquoi ?

24 Novembre 2020 - Boerenbusiness - Commentaires 12

Les organisations de protection de la nature et de l'environnement et la politique de gauche sont convaincues que le bétail doit être réduit de moitié. J'ai également reçu des réponses aux différents articles que j'ai écrits sur l'agriculture et qui s'adressaient à la politique et aux organisations de la nature et de l'environnement. C'était toujours pareil.

En fait : les forêts tropicales sont abattues pour l'alimentation animale. Ainsi, notre industrie de l'élevage est la cause de l'abattage des forêts tropicales humides. Maintes et maintes fois, je leur ai expliqué à quoi sert le soja. Pour la consommation humaine comme substitut de viande et pour la fabrication de biocarburant. Seuls 20% du soja peuvent être utilisés pour cela et le reste du soja (farine de soja) est un déchet. Ces déchets sont utilisés pour fabriquer des aliments pour animaux. La preuve est sur le Le site de Nevedic.

Quelques exemples : J'ai eu une discussion avec un député du Parti pour les Animaux. Quand je lui ai expliqué cela, j'ai eu la réponse : "on ne peut pas s'entendre, je m'en vais". Il se retourne et disparaît. Un autre a répondu : "Je ne crois pas". Greenpeace s'est engagé à me répondre sous 5 jours ouvrés. Après plusieurs mails, cette réponse n'était toujours pas là et j'ai arrêté de poser des questions. La réponse ne vient pas.

Cheval de bataille de la politique de gauche
Un autre cheval de bataille de la politique et des médias de gauche est : les émissions d'azote proviennent de l'agriculture. L'azote d'origine agricole (ammoniac, NH3) et l'azote dégagé lors de la combustion d'énergies fossiles (oxyde d'azote, NOx) sont regroupés. Dans les journaux, il est fréquemment cité que le NH3 issu de l'agriculture cause de graves dommages aux réserves naturelles.

Il a été prouvé que le NH3 d'origine agricole se précipite à moins de 400 mètres de l'étable. A ma grande surprise, les émissions de l'agriculture (qui est du NH3 naturel et appartient au cycle court) émises dans le Brabant comptent également à Overijssel par exemple. Les émissions de NOx d'une route comptent pour un maximum de 5 kilomètres.

Parmi les NOx du trafic aérien, seuls les décollages et les atterrissages comptent. De plus, l'avion est en l'air et ne compte pas dans les émissions. Si vous émettez du NOx par une cheminée haute, cela ne compte plus. Étranges calculs et cela alors que les émissions de NOx n'appartiennent pas au cycle court.

Les zones Natura2000 doublées
Les recherches du STAF montrent également que les autorités de la nature ont simplement désigné près de 90.000 2000 hectares de terres comme réserves naturelles pauvres en azote. Par exemple, les zones NaturaXNUMX ont presque doublé. Sans aucune consultation, juste écrit sur la carte chez Aerius. Des exploitations agricoles qui ne sont pas situées dans une réserve naturelle sont du coup situées dans une réserve naturelle et la terre de l'agriculteur est soudainement devenue une nature pauvre en azote, alors qu'il ne s'agit que de prairies.

Alors ça ne se discute pas, mais le fermier doit foutre le camp. Il peut même être exproprié et ne pas être autorisé à réinvestir son argent dans une autre ferme. Il doit régler les revenus de sa ferme avec les autorités fiscales, il doit donc rembourser et il se retrouve avec une dette importante auprès de la banque. Et cela alors que l'UE doit encore importer 20 % de notre alimentation et 10 % de notre viande d'autres parties du monde, car nous produisons trop peu en Europe.

Si l'agriculture disparaît d'Europe, nous, les humains, devrons encore manger. Chaque hectare de terres agricoles retiré des Pays-Bas coupe 10 hectares de forêt tropicale sous les tropiques. Quel est alors le gain environnemental visé par les partis de gauche ? Le monde est plus grand que les Pays-Bas, n'est-ce pas ? Cette campagne de diffamation menée par la politique de gauche, les médias et les organisations de la nature et de l'environnement contre l'agriculture est incompréhensible.

Des images de rêve font disparaître un fermier
De plus en plus j'ai l'idée qu'il ne s'agit plus de faits, mais d'un rêve, sans réaliser que la nourriture n'est pas un luxe, mais une nécessité. Qui peut me dire comment approcher ce groupe de personnes pour les convaincre des faits. Il semble qu'il n'y ait pas de journaliste, de politicien, d'organisation de la nature et d'organisation environnementale aux Pays-Bas pour lancer la discussion, pour entendre notre histoire. Et notre histoire est pleine de faits et de vérités.

Leurs images de rêve font disparaître les agriculteurs, enferment complètement les maisons et la construction de routes. De même, l'industrie ne peut plus se développer. Après tout, veuillez noter que, selon la loi, il n'est autorisé à se développer à nouveau que lorsque les émissions d'azote dans les réserves naturelles sont inférieures aux valeurs de dépôt critiques (KDW). Les Pays-Bas seront donc définitivement verrouillés jusqu'à ce que le KDW soit atteint. Irresponsable! Sachant que dans 25% des zones, le KDW est de toute façon irréalisable, selon l'Agence néerlandaise d'évaluation environnementale. Même lorsqu'il n'y a plus d'agriculteurs aux Pays-Bas.

Jaap Majeur
Bas Zuthem

Boerenbusiness

Sous Boerenbusiness les avis sont postés par des auteurs qui, en principe, donnent leur avis une fois Boerenbusiness.nl ou de personnes qui préfèrent rester anonymes. Le nom et le lieu de résidence sont toujours connus des éditeurs.
commentaires
Commentaires 12
Abonné
Jupe 24 Novembre 2020
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/column/10890165/nederland-com Compleet-op-slot-wie-legt-mij-uit-Why]Les Pays-Bas sont complètement verrouillés. Qui m'explique pourquoi ?[/url]
Vous avez tout à fait raison... mais presque personne ne s'en soucie plus. Les derniers à savoir ce qui se passe sont tués. Considérez cela comme une réinitialisation matérielle de la campagne, ce sera complètement différent et même si vous perdez tout, la décision a déjà été prise.
Abonné
jk 24 Novembre 2020
belle pièce Jaap, mais malheureusement cette histoire n'atteint pas les personnes qui doivent la lire. cela vaut-il la peine de faire du crowdfunding pour le placer en tant que contenu sponsorisé dans un journal ?
Abonné
étreinte 24 Novembre 2020
lourd t....g là-bas à La Haye
Abonné
Oncle Henk 24 Novembre 2020
dont l'acte.
Marché 25 Novembre 2020
Bien écrit. Comme déjà noté : CELA DOIT ÊTRE TRÈS LARGE (PAGE) DANS TOUS LES MAGAZINES. Ce sont les faits.
Abonné
mt 25 Novembre 2020

Qu'ils viennent ici ! Car à quoi ça sert de cultiver dans un tel pays... complètement marre de toutes ces conneries sur les filières. Sans parler des prix des recettes et des coûts, profondément triste.
Abonné
travail 25 Novembre 2020
bien résumé ! Haut! mais comment s'en sortir ? J'ai bien peur qu'il n'y ait pas de retour en arrière, surtout quand on voit que le système juridique de gauche pense en grande partie la même chose !!
Pieter 25 Novembre 2020
Bien écrit.
Dans quel genre de monde vivons-nous ? Est-ce que tout le monde croit que les plantes poussent plus vite à l'air d'une étable ? Quel esprit, c'est si peu de divisions cellulaires supplémentaires, vous ne pouvez pas le voir.
Roel 27 Novembre 2020
On oublie facilement que l'excès d'azote et le faible niveau des nappes phréatiques contribuent à la disparition de nombreuses espèces végétales et animales, et que tous ces labours pour le maïs et l'abaissement de la nappe phréatique favorisent les émissions de gaz à effet de serre. Si tous les producteurs laitiers ont cessé de labourer les prairies pour le maïs ou les fleurs, l'entreprise pourrait être fermée. Ensuite, les éleveurs de porcs et de poulets ne peuvent plus se débarrasser de leur fumier aussi facilement (à moins qu'ils ne remettent en place une comptabilité alternative), et les gens autour pourraient à nouveau avoir des poumons propres. Moins de bétail, tout comme moins de mouches, est vraiment inévitable dans notre pays surpeuplé.
Abonné
Gerrit 27 Novembre 2020
roel a écrit:
On oublie facilement que l'excès d'azote et le faible niveau des nappes phréatiques contribuent à la disparition de nombreuses espèces végétales et animales, et que tous ces labours pour le maïs et l'abaissement de la nappe phréatique favorisent les émissions de gaz à effet de serre. Si tous les producteurs laitiers ont cessé de labourer les prairies pour le maïs ou les fleurs, l'entreprise pourrait être fermée. Ensuite, les éleveurs de porcs et de poulets ne peuvent plus se débarrasser de leur fumier aussi facilement (à moins qu'ils ne remettent en place une comptabilité alternative), et les gens autour pourraient à nouveau avoir des poumons propres. Moins de bétail, tout comme moins de mouches, est vraiment inévitable dans notre pays surpeuplé.
pffffff des fois c'est mieux de ne rien dire
Abonné
jp 27 Novembre 2020
roel a écrit:
On oublie facilement que l'excès d'azote et le faible niveau des nappes phréatiques contribuent à la disparition de nombreuses espèces végétales et animales, et que tous ces labours pour le maïs et l'abaissement de la nappe phréatique favorisent les émissions de gaz à effet de serre. Si tous les producteurs laitiers ont cessé de labourer les prairies pour le maïs ou les fleurs, l'entreprise pourrait être fermée. Ensuite, les éleveurs de porcs et de poulets ne peuvent plus se débarrasser de leur fumier aussi facilement (à moins qu'ils ne remettent en place une comptabilité alternative), et les gens autour pourraient à nouveau avoir des poumons propres. Moins de bétail, tout comme moins de mouches, est vraiment inévitable dans notre pays surpeuplé.
Roel, je m'assiérais dans le Randstad près de Schiphol. Vous aurez certainement des poumons propres !!
Abonné
Jupe 28 Novembre 2020
Exterminer ces fermiers pourris et obtenir de la nourriture de l'étranger, c'est tellement bon pour notre monde et l'environnement. Heureusement, dans la Randstad, ils savent mieux que quiconque comment faire les choses à la campagne, plus de maisons et de routes, etc.
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Fond Humeur azotée

Le boomerang à azote de Bromet et le cabinet

Actualités Économies

« Le secteur agricole n’est pas neutre pour le climat en 2050 »

Fond Humeur azotée

La gueule de bois d'un agriculteur la semaine précédant le carnaval

Analyse Politique

Point de rupture des finances, l’agriculture aussi ne va pas bien

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception